La victoire d'Eugenie Bouchard, que l'on voit ici lors du tournoi de Birmingham la semaine dernière, en qualifications à Wimbledon, mardi, a beaucoup moins fait parler que son attitude lors de son entrevue d'après-match.

Une entrevue d'Eugenie Bouchard fait jaser

LONDRES — Eugenie Bouchard a défrayé les manchettes, mardi, et ce n’était pas en raison de sa victoire au premier tour du tableau des qualifications à Wimbledon.

Finaliste au All-England Club en 2014, Bouchard a offert une entrevue d’après-match laconique après sa victoire de 6-0 et 6-2 face à la Chinoise Lin Zhu. Malgré ce gain facile, la Québécoise de 24 ans n’a pas semblé très enthousiaste et a fourni des réponses pour le moins concises.

On ignore pour l’instant pourquoi Bouchard semblait de si mauvaise humeur. Les réactions en ligne n’ont pas tardé après la diffusion sur les médias sociaux de l’extrait vidéo de l’interview de 35 secondes.

La manchette en ligne du New York Post disait : «Eugenie Bouchard ne semble pas heureuse après une rare victoire.»

The Independent a souligné que les réponses de Bouchard étaient «sèches», ajoutant dans un gazouillis sur Twitter que «cette entrevue d’après-match glaciale laisse perplexe.» Metro News a aussi qualifié l’interaction de «glaciale».

Dans l’extrait, diffusé en direct sur Eurosport 2, l’intervieweuse commence par féliciter Bouchard pour la victoire et lui demande son évaluation de la victoire. «Merci, oui, c’était plutôt solide», réplique l’ancienne no 5 mondiale, qui dégringolé jusqu’au 191e rang au classement de la WTA.

À la question à savoir si elle était satisfaite de son début de match, la réponse a été aussi brève. «Très heureuse. C’est important de bien commencer sur gazon», a dit Bouchard.

Au sujet de l’influence de l’entraîneur Robert Lansdorp, elle n’a pas été plus volubile. «Il m’a vraiment aidé. Je pense que c’est un bon entraîneur.»

La question la plus difficile a été gardée pour la fin. L’intervieweuse a rappelé que Wimbledon constitue évidemment un endroit spécial pour Bouchard, puisqu’elle y a disputé la finale dans le passé. «À quel point est-ce difficile d’avoir disputé une finale ici et d’y revenir et de passer par les qualifications?» a-t-elle demandé.

«Ce n’est pas difficile du tout», a déclaré Bouchard sans émotion. «Je suis heureuse d’être ici.»

L’intervieweuse a remercié Bouchard, qui a rapidement quitté le terrain. «Eh bien, vous avez probablement remarqué qu’elle n’était pas désireuse d’accorder l’entrevue», a-t-elle conclu.

Abanda éliminée

Bouchard affrontera maintenant la Tchèque Karolina Muchova, 219e joueuse mondiale, au prochain tour. Une victoire au troisième tour lui permettrait de se qualifier pour le tableau principal de ce tournoi du Grand Chelem, qui commence lundi.

Dans un autre match de première ronde, l’Ontarienne Bianca Andreescu a défait l’Américaine Grace Min 6-2 et 6-0.

La Montréalaise Françoise Abanda et l’Ontarienne Carol Zhao ont pour leur part subi l’élimination d’entrée de jeu. Abanda s’est inclinée 7-5, 6-4 face à l’Allemande Antonia Lottner et Zhao a perdu 6-2, 5-7, 6-3 devant l’Italienne Deborah Chiesa.

Chez les hommes, le Montréalais Brayden Schnur a triomphé 6-1 et 6-2 de l’Argentin Andrea Collarini et l’Ontarien Peter Polansky a vaincu l’Espagnol Alejandro Davidovich Fokina 7-5 et 6-2.

Les Ontariens Denis Shapovalov (26e joueur mondial) et Milos Raonic (32e), ainsi que le Britanno-Colombien Vasek Pospisil figurent déjà dans le tableau principal. Raonic a abandonné au tournoi de Queen’s la semaine dernière, se plaignant d’une blessure, mais il semble être rétabli pour ce tournoi du Grand Chelem.