Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Une douzième place satisfaisante pour Béatrice Lamarche

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À ses deuxièmes championnats du monde, la patineuse de vitesse de Québec Béatrice Lamarche a réalisé une belle performance sur 1 000 m samedi, terminant en douzième place alors qu’elle avait fini vingt et unième à la même épreuve l’an dernier.

«Honnêtement, je ne m’attendais pas à ça. Je faisais ma course pour moi et je ne pensais pas avoir de bons résultats. C’est un peu une surprise, mais en même temps, j’ai travaillé très fort au cours des dernières semaines après une année sans pouvoir patiner au Québec», explique l’athlète de 22 ans.

Jumelée à la Polonaise Kaja Ziomek, Lamarche a été la première à franchir le fil d’arrivée en 1:16.66, presque une seconde de moins que son adversaire. La médaille d’or a été remportée par l’Américaine Brittany Bowe, 32 ans, qui a établi en 2019 un nouveau record mondial sur 1 000 m. L’athlète la plus âgée de la compétition a encore une fois démontré qu’elle n’avait rien à envier à ses cadettes avec un chrono de 1:14.12.

«J’avais préparé un peu ma course dans ma tête en fonction de la patineuse contre qui je courrais. J’étais contente de voir ma vitesse dans le premier tour, car ma force demeure toujours le dernier tour. J’étais quinzième après deux tours et j’ai réussi à remonter douzième», poursuit-elle.

Dimanche, Béatrice s’attaquera à l’épreuve du 1 500 m qui conclura sa saison. «Je suis contente de ma progression cette année. J’ai travaillé beaucoup d’autres aspects étant donné que je ne pouvais pas patiner chez moi. J’ai fait beaucoup de travail de musculation et ça a été payant. J’ai amélioré ma force et ma forme physique. J’ai aussi fait beaucoup de vélo. Il fallait faire avec ce qu’on avait», résume-t-elle.

Malgré la pandémie et le manque d’entraînement sur glace, la patineuse de Québec n’était pas inquiète de ses résultats. «J’avais confiance en moi, car je savais que j’étais plus en forme et plus forte que l’an passé.»