Ben Roethlisberger et ses Steelers ont subi une défaite crève-cœur, dimanche, face aux Patriots.

Une défaite crève-cœur difficile à avaler pour les Steelers

PITTSBURGH — Peut-être Mike Tomlin a pris la décision. Peut-être était-ce Todd Haley. Peut-être que Ben Roethlisberger et Eli Rogers ont décidé de faire à leur tête.

Le chaos entourant la décision des Steelers de Pittsburgh de tenter de marquer un touché, tard au quatrième quart, au lieu d’essayer de forcer la tenue d’une période de prolongation dans un revers de 27-24 face aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, dimanche, ne mène à aucune réponse évidente.

À l’origine, Roethlisberger a dit avoir reçu la directive de tenter un jeu plutôt que de projeter le ballon au sol et mettre la table pour un botté de précision de routine.

Par la suite, il a révisé ses propos et admis qu’il aurait dû stopper l’horloge, peu importe ce qui se passait. «Nous ne reviendrons pas en arrière et remettre en doute quiconque ou quelque décision que ce soit», a déclaré Roethlisberger.

En fin de compte, ça importe peu. Les Steelers sont conscients qu’ils ont eu maintes opportunités, pendant les 59 premières minutes du match, de mettre fin à des années de frustration aux mains de Tom Brady, Rob Gronkowski et compagnie. «Ils sont battables, a lancé le maraudeur Sean Davis au sujet des Patriots, qui ont défait les Steelers pour une cinquième fois consécutive.

«C’est difficile. Il y a eu de mauvaises décisions contre nous, mais je ne blâmerai pas les officiels. Mais on ne peut pas laisser l’issue du match dans les mains des arbitres. Nous détenions une confortable avance. La prochaine fois, il faudra planter le dernier clou.»

Ralentir Gronkowski

Une meilleure couverture contre Gronkowski aiderait. À 6’1’’, Davis a vu de très près la difficulté de stopper l’ailier rapproché de 6’6’’. Gronkowski a capté trois passes pour des gains de 69 verges et converti une transformation de deux points qui a permis aux Patriots de se donner une avance de trois points.

Mais les Steelers (11-3) auraient pu éviter toute cette séquence si le ballon n’avait pas échappé à Davis à la suite d’une passe de Brady, qui avait d’abord été déviée, lors de la dernière poussée offensive des Patriots. «Brady a réussi plus de jeux que nous. Ils ont réussi plus de jeux que nous», a analysé Davis.

Les Steelers auront une journée additionnelle pour se remettre de cette défaite crève-cœur avant de se rendre à Houston pour affronter les Texans le jour de Noël.

Une victoire contre les Texans et une autre face aux Browns de Cleveland, la veille du Jour de l’An, leur assureront un laissez-passer pour la deuxième ronde des séries. Et ils pourraient même doubler les Patriots si ces derniers s’accrochaient les pieds à domicile face aux Bills de Buffalo ou aux Jets de New York.

C’est possible, mais peu probable. De sorte que si les deux équipes se retrouvent lors des séries éliminatoires, ce sera probablement à Foxborough.