Lexson Mathieu a fait ses débuts en boxe professionnelle le 21 janvier 2019. Il montre une fiche immaculée de 6-0-0 à ce jour et a remporté cinq de ses six victoires par K.-O., dont la plus récente au Casino de Montréal, le 28 septembre, et ce, avant même la fin du premier round.

Une année chargée jusqu’à la fin pour Lexson Mathieu

En pleine préparation pour son combat prévu à Québec, le 25 octobre, Lexson Mathieu s’est offert une pause de quelques heures pour participer à la conférence de presse dévoilant les grandes lignes d’un gala de boxe qui mettra David Lemieux en vedette, le 7 décembre, à Montréal.

Le fait de savoir à quel moment il grimpera dans le ring pour son huitième combat avant même d’avoir livré son septième n’était pas quelque chose qui dérangeait beaucoup le jeune boxeur de Québec

«Ça ne fait pas une grande différence, j’en ai l’habitude parce que ça arrive souvent. Honnêtement, ça ne change rien parce que je me concentre sur une chose à la fois, que ce soit l’entraînement, la conférence de presse ou le combat à venir. Alors chaque chose en son temps. Il y a quand même pas mal de temps entre le 25 octobre et le 7 décembre pour bien se préparer», indiquait le pugiliste de 20 ans, mardi, sur le chemin du retour de Montréal après avoir assisté à la conférence de presse du gala du 7 décembre.

Mathieu a fait ses débuts en boxe professionnelle le 21 janvier 2019. Il montre une fiche immaculée de 6-0-0 à ce jour et a remporté cinq de ses six victoires par K.-O., dont la plus récente au Casino de Montréal, le 28 septembre, et ce, avant même la fin du premier round. Il fait peu de cas de l’Italien Giovanni Carpenieri (8-3-3) qu’il affrontera, le vendredi 25 octobre, lors de la carte à saveur régionale présentée au Complexe Capitale Hélicoptère.

«Mon entraîneur le connaît, mais moi, je ne sais que son prénom. Et ça ne m’intéresse pas plus que ça d’en savoir plus. Je veux le mettre K.-O. au premier round», indiquait le protégé de François Duguay.

En fait, Mathieu a été expéditif dans la plupart de ses combats jusqu’à présent, à l’exception de l’avant-dernier, où il l’avait emporté par décision unanime en six rounds. Il est prêt pour des combats un peu plus longs, et ça pourrait commencer dès le 7 décembre, où l’on pourrait lui offrir un combat plus important que tous ceux livrés jusqu’ici.

«Je m’entraîne toujours pour de longs combats et je suis assez en forme pour ça. Mais plus ça dur longtemps, et plus il y a des risques de manger des coups de poing… Quand je monte dans le ring, je veux en finir le plus vite possible. Et je peux dire qu’à date, ç’a bien été pour moi.»

Mathieu souligne qu’il ne devrait plus connaître une année aussi chargée que 2019, où il aura livré huit combats en moins de 12 mois après celui du 7 décembre, au Centre Bell.

«Huit combats, c’est une bonne cadence. L’an prochain, ça devrait ralentir un peu. Les combats seront plus longs et un peu moins rapprochés. Mais ils seront aussi de plus en plus importants.»

Outre Mathieu, les boxeurs de la région de Québec Clovis Drolet, Vincent Thibault, Hubert Poulin et Leïla Beaudoin seront aussi de la partie, le 25 octobre.

Pour ce qui est de la carte du 7 décembre, Mathieu sera en bonne compagnie avec les gros canons de EOTTM, soit les David Lemieux, Arslanbek Makmudov, Simon Kean, Kim Clavel et Adam Braidwood.