Cette semaine, l'Impact a présenté à la presse sa nouvelle acquisition, le milieu de terrain suisse Blerim Dzemaili (à gauche).

Un vent nouveau souffle chez l'Impact

Un vent nouveau positif a frappé l'Impact de Montréal cette semaine.
Après une première victoire à l'étranger et un premier jeu blanc dans un gain de 1-0 face au D.C. United, à Washington, samedi dernier, le milieu de terrain suisse Blerim Dzemaili est arrivé en renfort cette semaine. De plus, l'Impact amorcera une première séquence à domicile en 2017 en accueillant le Crew de Columbus, samedi au stade Saputo.
«Nous savons tous que l'équipe a passé une période difficile», a mentionné l'entraîneur-chef Mauro Biello, plus tôt cette semaine. «Il y a encore du travail à faire, mais nous avons offert une bonne performance contre D.C. Le moral est bon. Il y a aussi un joueur important qui vient d'arriver. Il amène un esprit gagnant et dégage de la confiance.
«Nous avons un match important contre Columbus et nous devons bâtir sur le match précédent. Nous avions affiché une excellente intensité lors de ce match et nous devons continuer dans la même veine à domicile.»
L'Impact (2-3-4) demeure en position précaire avant son duel face au Crew (5-5-1), mais les solutions semblent claires dans l'esprit de l'entraîneur et des joueurs, alors que l'équipe disputera ses trois prochains matchs de MLS devant ses partisans.
«Je pense que nous pouvons tirer beaucoup d'éléments positifs d'une victoire de 1-0 à l'étranger», a soutenu le gardien Evan Bush. «Nous avons fait preuve de courage, de détermination. Ce sont des facteurs intangibles. Ce n'est pas une question tactique ou technique. C'est de reconnaître qu'il faut tout donner pour gagner. Personnellement, je préfère gagner 1-0 en protégeant une avance d'un but pendant 75 minutes plutôt que de gagner 3-2 dans un match de fous.
«Notre approche n'était pas tout à fait à point par moments cette saison», a ajouté Bush en faisant référence aux fois où l'Impact a échappé des points en fin de rencontre. «Nous tentions peut-être trop souvent d'aller chercher un but en plus. Contre D.C., tout le monde avait en tête de préserver le jeu blanc et ça fait bien sûr mon affaire.»
Des ajustements à faire
De son côté, le défenseur Laurent Ciman croit que le crédit doit aussi revenir à l'adversaire, qui a peut-être développé des moyens pour neutraliser les meilleurs éléments de l'Impact. Il a noté que les équipes tentaient de bloquer le côté gauche de la formation montréalaise, où l'on retrouve Ignacio Piatti et Ambroise Oyongo.
Il y a deux semaines, lors d'un revers de 2-1 face à Vancouver, Ciman, qui joue habituellement comme défenseur central gauche, n'avait presque pas touché au ballon du match. Les Whitecaps avaient préféré attaquer le côté droit, où l'on retrouvait plutôt Ballou Jean-Yves Tabla, Chris Duvall et Kyle Fisher.
Lors du match suivant à Washington, Biello a inversé Fisher et Ciman au centre de la défensive. «Ç'a bien fonctionné», a admis le vétéran belge, qui prend souvent la responsabilité de relancer l'offensive quand l'équipe est en possession du ballon. «Pour ma part, il y a deux ou trois ajustements à faire, mais je me sens bien là. J'espère que ça va continuer comme ça.»
L'émergence de Ballou sur le flanc droit et l'ajout de Dzemaili au centre de la ligne de milieux offensifs pourraient aussi libérer de l'espace pour Piatti. «Avec Ballou qui montre vraiment qu'il a les qualités pour être un partant et Dzemaili qui va arriver, je pense que ça va être difficile de nous bloquer juste d'un côté», a rappelé Ciman.
L'Impact n'a pas encaissé la défaite face au Crew en 2016, compilant un dossier de 1-0-2 face à la formation de l'Ohio. Le Bleu-blanc-noir n'a toutefois pas encore fait du stade Saputo sa forteresse, avec un dossier de 1-1-0 dans son domicile régulier cette saison.
«Je pense que nous avons eu du succès dans le passé contre Columbus grâce à notre contre-attaque», a noté Bush. «Je crois qu'ils sont meilleurs à ce niveau cette saison, mais si nous restons compacts en défensive et que nous contre-attaquons rapidement, nous aurons de bonnes chances de l'emporter.»