«On dirait qu’en ce moment, on ne trouve pas les façons de gagner», se désolait dimanche l’entraîneur-chef de l'Océanic, Serge Beausoleil.

Un troisième revers pour l’Océanic dans les Maritimes

RIMOUSKI — «Décevant». C’est le premier mot qui venait en tête à Serge Beausoleil à l’issue du match de dimanche lors duquel son équipe a été défaite au compte de 5-4 par les Wildcats à Moncton. L’Océanic, qui complétait son voyage de trois parties dans les Maritimes, revient bredouille à Rimouski. «On dirait qu’en ce moment, on ne trouve pas les façons de gagner», se désolait l’entraîneur-chef du Bas-Saint-Laurent.

«Dans ce voyage-là, on a donné beaucoup trop de buts, a-t-il continué. Quatorze buts en trois matchs, c’est trop!» C’est Ozzie King des Wildcats qui, avec son premier but au sein de la LHJMQ, a ouvert la marque en début de première période. Mais à 7:45, Dmitry Zavgorodniy (9e) a nivelé la marque en avantage numérique.

À 2:30 de la deuxième période, Moncton a brisé l’égalité sur un but d’Alexander Khovanov (6e). Radim Salda, qui en était seulement à son deuxième duel dans l’uniforme des Bleus, a marqué son premier but à 7:36. Puis, Jimmy Huntington (7e) a permis à Rimouski de prendre les devants à 15:33. Alors que la deuxième période tirait à sa fin, Charle-Édouard D’Astous (5e) a creusé l’écart en désavantage numérique d’un spectaculaire lancer de la pointe du bâton. «On était en contrôle, on dominait la situation, a analysé Beausoleil. On était partout sur la patinoire. On a marqué de superbes filets! On avait une avance de deux filets avec 20 minutes à écouler.»

Ébranlés par un but

Le dernier vingt a pris une autre tournure pour les visiteurs. Dans les premières secondes, Mika Cyr (7e) a réduit le déficit à un seul but. «On dirait que ce premier but en troisième nous a ébranlés comme ce n’est pas possible, a constaté le pilote des visiteurs. Avec le meilleur trio sur la glace, le meilleur défenseur, on n’était pas prêts quand la rondelle est tombée.» À 6:52, Brady Pataki (3e) a recréé l’égalité et avec 7:51 à faire, Khoranov (7e) en a ajouté un autre avec son deuxième de la rencontre. 

«On est tombés dans certains pièges en troisième, estimait Beausoleil relativement aux huit punitions, dont la plupart ont été accordées pour accrochage. Il faut être plus prudents, plus responsables avec notre bâton!»