Après s’être battu deux fois au Canada en 2019, Marc-André Barriault livrera sa prochaine bataille le 21 décembre à Dongnae-gu, en Corée du Sud, contre un adversaire de ce pays nommé Jun Yong Park, qui montre une fiche quasiment similaire à la sienne chez les professionnels.

Un troisième combat pour montrer la valeur de Barriault

Toujours à la recherche d’une première victoire en UFC, Marc-André Barriault estime que sa troisième présence dans l’octogone de la prestigieuse organisation de combats d’arts martiaux mixtes pourrait lui permettre de montrer sa véritable valeur.

Après s’être battu deux fois au Canada, en 2019, Barriault (11-3) livrera sa prochaine bataille le 21 décembre à Dongnae-gu, en Corée du Sud, contre un adversaire de ce pays nommé Jun Yong Park (10-4), qui montre une fiche quasiment similaire à la sienne chez les professionnels.

«J’avais hâte de connaître la date de mon prochain combat et l’identité de mon adversaire. Le mois de décembre était idéal, pour moi, parce que ma blonde [Jade Masson-Wong] se battra le 6 décembre au TKO 50. Le fait d’avoir des combats rapprochés nous permet d’avoir un bel équilibre de vie, autant sur le plan personnel que professionnel, car on sera à peu près à la même place à l’entraînement et dans tout ce qui entoure notre préparation», expliquait-il, rejoint quelque part sur une route du Nebraska.

Barriault et sa copine roulaient en direction du Colorado, deuxième étape d’un séjour de deux mois aux États-Unis, où ils vont peaufiner leur entraînement. Ils venaient d’ailleurs de passer deux jours dans un réputé gym de Milwaukee. Ils séjourneront aussi par la Californie avant de s’arrêter plus longtemps pour un camp à Las Vegas.

«Je ne suis pas en train de me chercher une nouvelle équipe, je fais ce voyage pour élargir mes horizons, pour vivre une nouvelle expérience. J’avais besoin de m’entraîner avec des gars de mon calibre. À Québec, l’équipe est en train de préparer un plan de match pour les quatre semaines qui resteront avant le combat», racontait-il alors que sa blonde était au volant.

Les démarches

Natif de Gatineau, Barriault est installé à Québec depuis près de 10 ans. Il a lui-même fait les démarches pour se retrouver sur cette carte «Fight Night» dont le combat principal opposera Brian Ortega à Chan Sung Jung, dit le Zombie coréen. 

«Après deux défaites, je n’étais peut-être pas le principal combattant à placer sur un gala. Je suis un peu à l’origine de ce combat, j’ai trouvé l’adversaire et la date, puis mon agent a fait le reste. Une loi non écrite dit qu’on doit performer à son troisième combat en UFC, mais je n’aurai pas l’impression de me battre avec l’énergie du désespoir. Mes premiers combats [en UFC] ont été audacieux. Oui, je suis passé proche de gagner, mais je ne me reconnaissais pas dans la cage, je me retenais au lieu d’imposer mon rythme et de réagir. Ce combat sera plus sécuritaire et il pourra me permettre de rebondir et de montrer ma valeur», confiait celui que l’on surnomme «Power Bar» dans le milieu. 

Le gala aura lieu à l’aréna Sajik, à Dongnae-gu, municipalité de 300 000 habitants au nord de Busan, deuxième ville en importance en Corée du Sud après Séoul.

«Après deux combats à Ottawa et Edmonton, ça va me faire du bien de sortir du pays. Je serai dans un territoire où la pression sera sur mon adversaire», ajoutait-il à propos de l’affrontement chez celui qui livrera un deuxième combat en UFC. Barriault s’est incliné par décision unanime contre Andrew Sanchez lors de son baptême de feu à Ottawa, le 4 mai, et par décision partagée contre Krzysztof Jotka, le 27 juillet, à Edmonton.