La championne en titre de la Coupe Banque Nationale, la Française Océane Dodin, était sur Grande Allée samedi pour assister au tirage au sort du tableau principal.

Un tirage favorable à Dodin

Dame Nature était d'humeur maussade, mais Dame Chance a compensé, samedi, pour la championne en titre de la Coupe Banque Nationale, Océane Dodin.
La sympathique Française était présente sur la Grande Allée pour le tirage au sort de la 25e présentation du tournoi québécois de la WTA. Sous un mélange de soleil et de pluie, elle a participé à la composition du tableau principal dont elle est la deuxième favorite, derrière la Tchèque Lucie Safarova, une autre ex-championne.
Dodin affrontera une qualifiée au premier tour. Et si elle l'emporte, une autre au deuxième tour, puisque deux joueuses issues des qualifications se feront face d'entrée de jeu dans la portion du tableau au-dessus de la sienne. «Vous savez qui a fait le tirage, hein? Vous avez vu le tableau», a plaisanté le directeur du tournoi, Jacques Hérisset.
Il y a un an, Dodin avait conquis son premier titre de la WTA - et le public québécois - pendant une semaine de rêve. Elle occupait alors le 132e rang mondial. Aujourd'hui, elle est 48e.
«Gagner mon premier tournoi de la WTA, ça m'a donné de la confiance. C'est vrai qu'ici, c'est une surface que j'adore, ça va super vite. Mes coups sont vraiment efficaces, c'est une surface pour moi. Maintenant, je croise les doigts», a affirmé l'athlète de 20 ans.
Désormais membre de l'élite mondiale, elle connaît une saison 2017 faite de hauts et de bas, comme le démontre sa fiche de 19 victoires et 22 défaites. Dernièrement, elle a atteint les demi-finales du tournoi de Washington, battant les dangereuses Jelena Jankovic, Sara Errani et Sabine Lisicki. Elle a toutefois perdu en première ronde de ses deux dernières épreuves, à Toronto et à Cincinnati. Plus tôt cet été, elle avait baissé pavillon au premier tour de Wimbledon contre... Safarova, un revers de 6-2 et 6-2.
La favorite... des Québécois
Malgré la présence d'au moins quatre Canadiennes dans le tableau principal, on prévoit que Dodin recevra une large part des encouragements cette semaine, au PEPS. «Ici, je me sens comme à la maison. Tout le monde parle français. Tout le monde est super attentionné avec moi. Je suis un peu la chouchoute du tournoi. C'est plus un plaisir qu'une pression d'être ici», a affirmé la native de Lille, à l'aube de sa première défense en carrière sur le circuit.
De son côté, Safarova aura l'Américaine Anna Tatishvili dans les pattes en début de semaine. La 37e joueuse mondiale a triomphé à Québec lors de sa dernière de quatre visites, en 2013. Elle avait amorcé ce tournoi en battant Tatishvili. En demi-finale, elle a ensuite montré la sortie à une Eugenie Bouchard alors en pleine progression. Safarova est la meilleure joueuse de double au monde.
Malgré le retrait crève-coeur de Bouchard, annoncé vendredi, Jacques Hérisset se réjouit de voir la composition du 25e tableau principal de la compétition qu'il a fondée. «Ça va être du bon tennis. Du tennis équilibré, comme ce qu'on a toujours promis à nos amateurs», a indiqué «Jack».
***
Vers un choc Wozniak-Abanda?
Aleksandra Wozniak (à gauche), qui espère toujours remonter dans le<em> top</em> 100 du classement de la WTA, pourrait affronter une autre Québécoise, Françoise Abanda, au deuxième tour.
Le hasard a décidé que le deuxième tour de la Coupe Banque Nationale de Québec pourrait réserver un choc entre les Québécoises Aleksandra Wozniak et Françoise Abanda.
Actuellement 292e au monde, la Blainvilloise Wozniak continue de travailler dur pour retourner dans le top 100. L'ex-21e joueuse mondiale a subi en 2014 une opération à l'épaule qui l'a tenue à l'écart des courts pendant un an. Depuis son retour, elle se bat d'arrache-pied. Un travail payant à Gatineau, où elle a remporté un tournoi de l'ITF, en juillet.
Samedi midi, elle était sur Grande Allée avec la jeune Canadienne Bianca Andreescu pour échanger des balles avec les passants et les jeunes joueurs de l'Académie de tennis Hérisset-Bordeleau. Six petits terrains temporaires avaient été aménagés au milieu de l'artère de la haute-ville.
«J'ai eu un été assez chargé, j'ai joué plusieurs matchs. Je me sens vraiment en forme, j'ai une bonne confiance», a expliqué Wozniak, qui vient tout juste d'avoir 30 ans. Elle en sera à une 13e participation au tournoi de Québec, elle qui a été du tableau des qualifications pour la première fois à l'âge de 13 ans.
Toujours du plaisir
Même si sa quête de succès s'avère parfois ardue, Wozniak prend toujours plaisir à frapper des balles. «Je suis juste heureuse de seulement avoir une longue carrière de tennis. C'était mon rêve depuis que j'étais toute petite fille, de jouer mon sport préféré aussi longtemps que je pouvais», a poursuivi celle  qui affrontera la cinquième favorite Varvara Lepchenko (64e) en première ronde.
De son côté, Françoise Abanda se mesurera à l'Américaine Asia Muhammad (137e) d'entrée de jeu. La Montréalaise de 20 ans connaît une bonne saison : elle est passée du 164e rang mondial, fin 2016, au 117e aujourd'hui.
Andreescu devra quant à elle négocier avec Jennifer Brady (91e), sixième favorite. Perçue comme l'avenir du tennis canadien chez les femmes, l'athlète de 17 ans essaie de ne pas absorber toute cette pression. «Je fais mon propre chemin. Je dois faire confiance au processus. Mon but est d'être la meilleure personne que je peux être. Je dois continuer de m'améliorer», a dit l'Ontarienne (169e). 
***
Retrait d'Eugenie : Lapierre déçu, mais positif
Le vice-président chez Tennis Canada, Eugène Lapierre, admet être déçu du retrait d'Eugenie Bouchard à la Coupe Banque Nationale. Mais il préfère y voir le positif. «Je pense que ça va être l'occasion pour d'autres Canadiennes de se mettre en valeur. Tout le monde a toujours le focus juste sur Eugenie, mais on a d'autres top», a affirmé Lapierre, parlant de Françoise Abanda, Bianca Andreescu et Aleksandra Wozniak. «On aimerait bien ça que ce soit une de nos joueuses qui crée le spectacle cette semaine.»
Quant à l'infortune persistante de la meilleure joueuse canadienne, présentement victime d'un virus, Lapierre se demande ouvertement si elle ne devrait pas prendre une longue pause afin de recharger ses batteries. «J'en parlais avec Louis Borfiga [le responsable du Centre national d'entraînement]. Lui disait : "Il faut qu'elle joue, il faut qu'elle joue". Moi, je disais : "J'ai l'impression qu'elle devrait prendre un bon repos, repartir les affaires à zéro". Mais si on savait c'était quoi la bonne réponse...»
***
Bon départ pour Robillard-Millette
Charlotte Robillard-Millette a bien amorcé sa quête d'une place dans le tableau principal de la Coupe Banque Nationale, samedi au PEPS, en battant la septième favorite des qualifications. La Québécoise de 18 ans a vaincu l'Italienne Camilla Rosatello 7-6 (4) et 6-2. Elle accéderait à la grande danse, dimanche, en ayant le meilleur sur la Suissesse Conny Perrin, deuxième favorite et 193e joueuse mondiale. Robillard-Millette (639e), une résidente de Blainville, est l'une des trois Canadiennes victorieuses samedi, avec Gabriela Dabrowski et Petra Januskova. Le tournoi de Mireille Moreau, Catherine Leduc et Carson Branstine est toutefois terminé. L'action reprend à 10h, au PEPS, avec les six derniers matchs des qualifications en simple. Les rencontres du tableau principal débuteront à 11h, lundi.