Le Sherbrookois Mathieu Boutin

Un Sherbrookois qui a joué pour Humboldt se souvient

Mathieu Boutin a joué pour les Broncos de Humboldt, en Saskatchewan, pendant la saison 2006-2007. Lorsqu’il a vu vendredi sur les réseaux sociaux que l’autobus de cette équipe de hockey junior avait été impliqué dans un grave accident, celui qui est aujourd’hui entraîneur des Harfangs du Triolet s’est dit que ce n’était pas possible.

«Ma première réaction était que j’avais de la misère à croire ça», relate le Sherbrookois, aujourd’hui âgé de 32 ans. «Après, quand j’ai entendu qu’il y avait 14 morts [une quinzième personne est décédée par la suite], j’ai trouvé que ça n’avait pas de bon sens, ce n’était pas juste un petit accident! C’est vraiment une tragédie.»

En plus des 15 personnes décédées (dont l’entraîneur en chef de l’équipe, Darcy Haugan), 14 personnes ont été blessées lorsque l’autobus est entré en collision avec un semi-remorque sur la route 35, dans le centre-nord de la Saskatchewan.

LIRE AUSSI: Une vigile dimanche soir à Humboldt pour les victimes

LIRE AUSSI: L'enquête sera longue, dit la GRC

Vendredi soir, après avoir échangé quelques messages avec des coéquipiers de l’époque, M. Boutin est allé consulter l’alignement actuel de l’équipe, afin de voir si des gens qu’il connaissait en faisaient encore partie. «Je me suis aperçu que le garçon d’une famille qui m’a hébergé pendant que j’étais là était dans l’alignement», rapporte-t-il.

Mathieu Boutin a passé une nuit difficile, se demandant entre autres si le jeune homme faisait partie des victimes. «Je pensais juste aux gens là-bas. [Samedi] matin, j’ai contacté la famille, et heureusement leur fils ne s’en est sorti qu’avec des blessures.»

Le Sherbrookois Mathieu Boutin faisait partie de l'alignement des Broncos de Humboldt lors de la saison 2006-2007. On le voit ici dans la deuxième rangée, troisième à partir de la gauche.

Une communauté fan de hockey

La ville de Humboldt compte moins de 6000 habitants, et un grand nombre d’entre eux suivent avec attention les performances de leur équipe de hockey. «Quand j’y jouais, partout où on allait, on se faisait questionner sur les matchs. On nous demandait comment ç’avait été la veille, on nous souhaitait un bon match pour le lendemain… les gens étaient derrière l’équipe», se souvient M. Boutin.

«Même à l’échelle de la Saskatchewan, cet accident, c’est quelque chose qui va affecter tout le monde du hockey là-bas. À travers les équipes, on connaît toujours des joueurs qui évoluent ailleurs.»

L’autobus, un classique du hockey junior

En tant qu’entraîneur des Harfangs, Mathieu Boutin monte fréquemment à bord d’un autobus avec son équipe pour aller disputer des parties à l’extérieur. «Ça fait partie du quotidien dans le hockey junior, c’est la même réalité dans toutes les ligues à travers le Canada. On fait beaucoup de rides d’autobus! Généralement, c’est un super bon moment pour les joueurs, on passe du temps ensemble. Beaucoup de bons souvenirs se forment dans l’autobus. Mais pour ces jeunes-là, ç’a viré au cauchemar.»

Au moment où La Tribune l’a contacté samedi après-midi, M. Boutin s’apprêtait justement à aller rencontrer son équipe. Il ne savait pas encore s’il aborderait directement le sujet avec ses joueurs. «Prendre l’autobus, c’est comme chaque fois qu’on part en voiture, il y a une chance qu’on ait un accident. C’est assez rare, et on ne veut pas trop y penser, sinon on serait paranoïaques… Je ne sais pas encore ce que je vais faire avec ça, mais mes pensées et mes prières sont avec les gens là-bas. J’espère qu’ils auront assez de courage pour se relever après ce qui est arrivé.»