«Si Québec n’embarquait pas, il n’y aurait pas eu de 54e finale», a indiqué le directeur général de SportsQuébec, Alain Deschamps, en faisant référence au désistement inattendu de la MRC de la Vallée-de-l’Or, qui s’était au départ vue accorder ce rendez-vous annuel.

Un sauvetage réussi des Jeux du Québec

La 54e finale des Jeux du Québec, dont le premier bloc de compétition vient de prendre fin dans la capitale, a bien failli ne jamais avoir lieu. Pour SportsQuébec, c’est un véritable sauvetage que réalise l’équipe des coprésidents Pierre-Michel Bouchard et Serge Ferland.

«On ne se racontera pas d’histoire, c’est un sauvetage», avouait le directeur général de SportsQuébec, Alain Deschamps, en marge du point de presse faisant le bilan de la première moitié des jeux. 

«Si Québec n’embarquait pas, il n’y aurait pas eu de 54e finale», ajoute-t-il en faisant référence au désistement inattendu de la MRC de la Vallée-de-l’Or, qui s’était au départ vue accorder ce rendez-vous annuel.

«La grande différence avec d’autres jeux, c’est le haut niveau de compétence des membres du comité organisateur. Ce ne sont pas de petites jeunesses! Ils sont habitués d’organiser des événements. Et vous n’alliez pas me faire croire que Québec n’était pas capable d’organiser des jeux d’hiver!» indique M. Deschamps.

«Souvent, pour les jeux, on prend des jeunes qui vont chercher des compétences pour ensuite décrocher un emploi. Là, avec un an et demi pour organiser tout ça, il fallait des gens d’expérience. Et c’est ce qu’on a : des gens avec une capacité organisationnelle hors-norme qui ont tout préparé à la vitesse grand V et en accéléré», poursuit-il.

Village des athlètes

L’hébergement de toutes les délégations au même endroit était également une première pour les jeux et le comité organisateur parle d’ores et déjà d’une réussite. Le Centre des congrès de Québec est à la fois devenu dortoir, cafétéria et aire de divertissement pour les milliers de jeunes athlètes.

«Généralement, les jeunes partent de huit endroits différents alors que là, ils sont tous ensemble. On a relevé le défi et les athlètes sont très heureux : ils ne veulent plus partir!» lance Martial De Rome, directeur général de la 54e finale.

Deux athlètes présents au point de presse et qui participent à des épreuves des deux blocs de compétition ont d’ailleurs confirmé leur grande appréciation de leur milieu de vie pour la durée des jeux.

«C’est vraiment amusant que tout le monde dorme à la même place, l’ambiance est vraiment bonne», a déclaré Julianne Proulx, hockeyeuse et joueuse de badminton de Rivière-du-Loup. 

Le karatéka Étienne Vallée, qui participe aussi aux épreuves de curling, a également eu un coup de cœur pour le «village olympique». «C’est la grosse différence avec les autres jeux, toutes les délégations peuvent se côtoyer et tisser des liens», indique l’athlète de Sept-Îles.

Plus que satisfait de la première moitié des jeux, Alain Deschamps respirait aussi plus à l’aise, sachant d’ores et déjà qu’une prochaine annonce du gouvernement du Québec augmenterait le financement des prochaines finales. «Cet ajustement sera le bienvenu, surtout que ce sera le premier depuis le début des années 2000», conclut-il.