Un simple de Tim Smith (25) après deux retraits en 10e a poussé Sébastien Boucher au marbre pour semer la joie chez les Capitales.

Un premier gain en manche supplémentaire pour les Capitales

Don't stop Believin', a chanté le groupe Journey sur les Plaines, dimanche soir. Quelques heures plus tôt, les Capitales de Québec n'ont pas arrêté d'y croire, eux non plus, ce qui leur a permis de combler un déficit de trois points en fin de match pour vaincre les Jackals du New Jersey 8-7 au terme d'une manche supplémentaire.
Un simple de Tim Smith après deux retraits en 10e manche a poussé Sébastien Boucher au marbre pour semer la joie dans l'équipe qui l'emportait une première fois cette saison en prolongation. Il s'agissait du troisième point produit de l'après-midi pour le frappeur gaucher.
«Voilà pourquoi on joue au baseball, c'est pour se retrouver dans ce genre de situations. Il n'y a pas meilleur sentiment que d'en faire encore plus pour les gars», a indiqué Smith, qui avait créé l'égalité 4-4 en septième manche à l'aide d'un simple à l'avant-champ.
Les Capitales ont joué avec le feu en huitième quand la relève a donné trois points aux visiteurs. Au lieu de s'écraser, ils ont plutôt levé la tête pour rebondir de belle façon.
Une poussée de deux points en huitième et un circuit égalisateur de Balbino Fuenmayor, son 10e de la saison, a forcé la tenue d'une manche de plus de travail. Jusque-là, les Capitales n'avaient pas gagné en quatre tentatives quand le match nécessite une ou plusieurs manches supplémentaires.
«Quand nous perdions par trois points [en milieu de huitième], je ne sais pas si les gens y croyaient dans les estrades, mais sur le banc, j'avais le pressentiment qu'on pouvait revenir de l'arrière. Comme fin de match, c'est énorme et hyper formateur parce que tu te mets à croire en toi et en tes coéquipiers», disait Patrick Scalabrini.
Le gérant était ravi par la contribution de Smith, un joueur débarqué à Québec en raison de la blessure de Josué Peley (voir autre texte). «Son coup sûr victorieux était important, mais son autre en septième alors qu'il y avait également deux retraits, l'était tout autant», estimait le gérant.
Gaspillage évité
Les Capitales ont bien failli gaspiller un autre départ de leur meilleur lanceur. Karl Gélinas a travaillé pendant sept manches,  quittant la bute avec une égalité de 4-4. Il n'avait pas été aidé en septième par une erreur défensive et une autre d'inexpérience du voltigeur Matt Helms, ce qui a mené à deux points des Jackals. Gélinas a donné cinq coups sûrs et retiré sept frappeurs au bâton.
«Quand notre as est sur le monticule, il faut gagner. Dernièrement, on ne l'a pas beaucoup aidé. À leur dernière visite à Québec, les Jackals avaient réussi à nous balayer et notre but est de leur jouer le même tour», a indiqué Scalabrini, dont l'équipe a remporté les deux premiers matchs de cette série de trois pour se rapprocher à trois matchs de New Jersey. Ils occupent toujours le troisième rang du classement de la ligue Can-Am de baseball indépendant à 3,5 matchs des Boulders de Rockland, les nouveaux meneurs.
Au total, les Capitales ont frappé 14 coups sûrs, dont trois par Mike Provencher. Rene Leveret en a réussi deux, dont un circuit de deux points en quatrième. Le releveur Jay Johnson (1-0) a obtenu trois retraits au bâton en 10e manche pour mériter sa première victoire dans l'uniforme des Capitales.
<p>Ler releveur gaucher Jay Johnson</p>
Tim Smith pourrait rester longtemps à Québec
Avant même de s'amener à Québec, Tim Smith avait déjà la mentalité typique d'un joueur des Capitales. Incluant le match de dimanche, le frappeur gaucher n'a été victime que d'un seul retrait au bâton en 51 présences.
«Je l'adore, il joue comme un bon vrai Canadian Boy, il montre de l'émotion, il donne tout ce qu'il a. Il est le genre de joueur qui pourrait rester ici pendant plusieurs saisons», a admis le gérant Patrick Scalabrini à propos de celui qui s'est amené à Québec sur un essai d'un mois en raison de la blessure à Josué Peley.
En début de saison, celui qui a produit trois points - dont celui de la victoire - avait discuté avec les Capitales, mais ceux-ci n'avaient pas de place dans leur alignement pour ce joueur de statut LS-5. Avec le départ de Sébastien Boucher pour Ottawa, l'an prochain, il y aurait une ouverture pour lui. «Je veux jouer tant et aussi longtemps qu'on ne m'enlèvera pas l'uniforme sur le dos. Je jouais dans l'IBL [senior en Ontario] et je travaillais, mais le baseball tous les jours me manquait. Je suis ravi de jouer au Canada, je n'aurais plus de problème de visa», a raconté Smith, qui a brièvement joué à Winnipeg en 2013.
Le frappeur gaucher de 28 ans a été repêché trois fois par les ligues majeures, soit les Mets de New York en 2004 (21e ronde), les Brewers de Milwaukee en 2005 (17e) et les Rangers du Texas en 2007 (7e). Le natif de Toronto a joué six saisons dans les mineures, obtenant 255 présences au bâton au niveau AA. Il montre une moyenne offensive supérieure à ,300 en carrière.
«Ma plus grande fierté dans le baseball, c'est d'avoir porté l'uniforme de l'équipe nationale. Ça passera toujours avant le reste», disait celui qui a été courtisé par son compatriote Jonathan Malo pour venir à Québec. 
Et de son côté, Smith a joué un rôle dans la venue du releveur gaucher Jay Johnson (photo). «Jo Malo est toujours aussi plaisant à voir jouer. Les jeux ont l'air de la routine pour lui alors qu'ils ne le sont pas, il n'y a rien de surprenant dans son cas. Ernie Whitt [qui dirigeait l'équipe nationale] a toujours été un grand fan de Malo», notait le voltigeur qui est aussi utilisé au premier but par les Capitales. Dimanche, il patrouillait le champ droit à la place d'Asif Shah, frappeur de choix d'un jour. 
Sur le losange
En raison d'une légère blessure à la hanche, le voltigeur Asif Shah a obtenu un congé défensif pour le match dominical... Le troisième match de la série entre les Capitales et les Jackals, lundi à 19h, opposera des lanceurs aux fiches inversées, soit Leondy Perez (1-4) pour les blancs et Michael Antonini (4-1) pour les rouges... Avant le match de dimanche, les Capitales alignaient les quatre joueurs ayant marqué le plus de points dans la ligue Can-Am... Même s'il ne sera pas disponible, le receveur Josué Peley pourrait accompagner l'équipe pour la première partie du long voyage au Texas, en fin de semaine prochaine, et revenir à Québec pendant celui-ci afin d'y accueillir le Cubain Yuniesky Gourriel.