La course prend fin quand un seul coureur est en piste et complète un dernier tour seul.
La course prend fin quand un seul coureur est en piste et complète un dernier tour seul.

Un premier Big Wolf’s Backyard Ultra au Québec malgré la COVID

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Alors que la plupart des événements de course à pied ont été annulés en raison de la pandémie de COVID-19, la première course d’endurance Big Wolf’s Backyard Ultra à avoir lieu au Québec prendra place à Rivière-Ouelle, dans le Bas-Saint-Laurent, le 26 septembre.

Créé en 2012 au Tennessee par le directeur de courses Lazarus Lake, le concept du Big Wolf’s Backyard Ultra est fort simple : tous les participants courent jusqu’à l’abandon, jusqu’à ce qu’un seul coureur reste en piste.

«Il n’y a que nous, Harricana et le Bromont Ultra qui n’avons pas annulé. Par contre, nous accueillerons seulement 70 participants plutôt que les 125 prévus étant donné que les athlètes internationaux ne pourront pas se déplacer ici», explique Yvan L’Heureux, promoteur du Big Wolf’s Backyard Ultra et créateur du Défi Everest.

Crainte du gel

C’est en participant à l’épreuve originale au Tennessee l’an dernier que L’Heureux a eu l’idée de transposer la course d’endurance au Québec. Au départ, l’événement devait avoir lieu à L’Isle-Verte le 16 juillet, mais sa nouvelle mouture a dû être déménagée à Rivière-Ouelle.

«L’Isle-Verte, ce n’est pas la même chose en juillet qu’en septembre. Nous étions inquiets des possibilités de gel. On ne voulait pas prendre le risque d’avoir des coureurs en hypothermie ou en hypoglycémie», explique L’Heureux, qui était à la recherche d’une destination en bordure du Saint-Laurent.

Plusieurs sites ont été analysés entre Montmagny et Rimouski pour que l’organisation finisse par préférer Rivière-Ouelle. «Après avoir reporté l’événement, nous avons confirmé que nous le faisions il y a trois ou quatre semaines», poursuit-il.

Mesures sanitaires

L’organisation a investi beaucoup dans les mesures sanitaires, notamment la distanciation alors que les coureurs ne pourront être près les uns des autres sur la ligue de départ et devront maintenir 5 m entre eux. Leurs chaises seront aussi disposées à 3 m de distance et leurs équipes de soutien ne pourront compter plus d’une personne. Ce sont également des bénévoles qui se déplaceront pour amener de l’eau aux coureurs.

Une quarantaine de courses à travers le monde ont repris l’idée du Big Wolf’s Backyard Ultra. À Rivière-Ouelle, les coureurs s’élanceront sur une boucle de 6,7 km qu’ils devront faire et refaire dans un délai de 60 minutes. 

Ceux qui ne se pointent pas à la ligne de départ à l’heure précise seront disqualifiés. La course prend fin quand un seul coureur est en piste et complète un dernier tour seul.

Cependant, en cette année où l’événement original fait relâche pour être remplacé par une course virtuelle, il n’est pas encore clair si le gagnant de l’épreuve québécoise recevra son billet pour l’épreuve au Tennessee en 2021. «Il faudra voir le nombre d’invitations lancées par les organisateurs l’an prochain», termine Yves L’Heureux.