Lac-Beauport a immortalisé Helder Duarte en donnant son nom à un parc qui s’est animé il y a quinze ans grâce à la créativité et aux folles idées du coach que l’on appelait «Monsieur Soccer».

Un parc à la mémoire d'Helder Duarte à Lac-Beauport [VIDÉO]

Depuis le décès de l’entraîneur et bâtisseur du soccer régional Helder Duarte, plusieurs événements ont eu lieu pour rappeler sa mémoire, mais l’inauguration d’un parc à son nom à quelques pas de sa résidence de Lac-Beauport revêtait certes un caractère particulier. Celui qui est décédé le 21 février d’un arrêt cardiaque à l’âge de 56 ans vivra maintenant pour toujours à travers un parc qu’il a contribué à développer.

«Pour vous dire à quel point Helder était précieux à Lac-Beauport... On l’appelait «Monsieur Soccer» et, sans lui, on n’aurait pas cette belle zone de soccer», a déclaré le maire Michel Beaulieu vendredi lors de l’inauguration du parc Helder Duarte. «Ce parc s’est animé grâce à la créativité et aux folles idées d’Helder. Il y a quinze ans, c’est grâce à lui que c’est ici qu’on a eu la première surface synthétique de la région de Québec après celle de l’Université Laval. C’est ici que son équipe féminine a réussi à évoluer au niveau AAA», poursuit Daniel Voyer, président de l’Association de soccer de Lac-Beauport.

M. Voyer a d’ailleurs souligné que c’est aussi grâce à Helder Duarte si, aujourd’hui, près de 10 % de la population de 7281 habitants de Lac-Beauport pratique le soccer, comme en font foi les quelque 606 inscriptions enregistrées à l’Association cette année. «Helder nous a souvent sortis de notre zone de confort, il trouvait toujours des façons de faire différent», a poursuivi M. Voyer, annonçant que tous les joueurs de l’Association porteraient aussi les initiales «HD» sur leur chandail cette année.

Sa famille émue

L’hommage rendu à l’homme de soccer a été bien reçu par son épouse France Gauthier et leurs filles Amélie et Emmanuelle présentes lors de l’inauguration. «Immortaliser Helder, ça met un baume sur nos blessures. Quand on passera dans la rue, on aura toujours un sourire en coin, on se dira qu’il est probablement au fond du terrain en train de parler de soccer», a déclaré Mme Gauthier, soulignant que jeudi, douze semaines s’étaient écoulées depuis le décès de son mari. «Ça a fait 12 semaines qu’Helder nous a joué ce «vilain tour», mais tout l’amour qu’on reçoit nous permet de passer à travers. Cet hommage est plus grand que nature et justement, Helder était plus grand que nature», a-t-elle poursuivi.

L’émotion était palpable tout le long de la cérémonie, aucun des interlocuteurs ne réussissant à retenir ses larmes pour celui dont le départ est encore trop frais dans la mémoire. En entrevue avec Le Soleil, le maire Beaulieu gardait le souvenir d’un homme engagé. «S’impliquer, c’était dans son ADN! Il ne nous lâchait jamais avec ses projets et nous rappelait, au conseil, de ne pas oublier l’Association de soccer», poursuit-il. «Encore deux semaines avant son décès, il était présent au conseil même s’il était très engagé au niveau provincial et il nous a dit de penser à l’association... Et ensuite il m’a écrit un e-mail que je n’effacerai jamais pour me dire à quel point il était satisfait de notre rencontre», termine-t-il.