Les ailiers rapprochés Clive Walford (à gauche), Neal Sterling et Chris Herndon font partie des cinq à se battre pour le poste de partant chez les Jets de New York.

Un nouveau casse-tête offensif pour les Jets

FLORHAM PARK — Les Jets de New York ont déjà l’esprit bien occupé à se demander qui de Sam Darnold, de Josh McCown et de Teddy Bridgewater occupera le poste de quart-arrière partant.

Mais c’est chez les ailiers rapprochés que la compétition la plus féroce du camp d’entraînement se joue.

New York possède un groupe de cinq joueurs discrets qui tentent de gagner une place parmi ceux qui attraperont des passes de quiconque remportera le job derrière le centre.

«C’est difficile, avoue l’entraîneur Todd Bowles. On a beaucoup de compétition. Ces gars-là donnent leur maximum tous les jours. Je crois qu’on a le plus de profondeur à ce poste depuis que je suis ici.»

Clive Walford et Neal Sterling comptent le plus d’expérience parmi le groupe, puisqu’ils en sont à leur quatrième saison dans la NFL, même s’ils n’ont jamais brûlé le terrain. Eric Tomlinson s’est imposé comme un solide ailier rapproché en protection de passes depuis son entrée dans la ligue en 2015.

Jordan Leggett a été un choix de cinquième ronde l’année dernière, mais il a passé le plus clair de la saison sur la liste des blessés, et il doit encore gérer une blessure qui l’a laissé de côté pour les dernières pratiques.

Les Jets ont également repêché Chris Herndon cette année en quatrième ronde, et il a une opportunité de gagner le poste de partant.

Un sixième coupé

Pour la petite histoire, les Jets ont commencé le camp avec six ailiers rapprochés, mais ont coupé Bucky Hodges après deux pratiques.

«Je crois qu’ils font tous du bon travail et j’appréhende la décision, car elle sera difficile. Il s’agit d’une des batailles de position les plus difficiles que nous aurons à régler», a opiné Bowles. «On va continuer à garder un œil sur la situation, mais tous les gars font du bon boulot.

La position d’ailier rapproché n’était pas un problème pour les Jets depuis quelques saisons, avec Austin Seferian-Jenkins — en 2017, il a attrapé 50 ballons et s’est classé troisième dans l’équipe pour les réceptions. Mais il a signé avec Jacksonville en mars après que les Jets lui aient permis de quitter comme agent libre.

«Ils ont tous de bonnes mains, a confirmé pour sa part l’entraîneur des ailiers rapprochés Jimmie Johnson en juin. Je ne peux honnêtement pas vous dire s’il y a meilleur receveur que les autres.»