En fin de semaine dernière, face au Sporting de Kansas City, l’Impact avait subi le pire revers de son histoire, une défaite de 7 à 1. Le gardien Evan Bush en avait vu de toutes les couleurs, notamment face à Krisztian Nemeth.

Un match «particulier» attend l’Impact

MONTRÉAL — Le début de saison de l’Impact de Montréal aura été pour le moins atypique. Et ce n’est pas le match de samedi après-midi qui ramènera une forme quelconque de normalité à son étrange calendrier.

Après un camp d’entraînement en Floride, des matchs en Californie, au Texas, de nouveau en Floride et, pour finir, une dégelée historique au Missouri — le tout entrecoupé d’entraînements à Montréal, parfois à l’intérieur, parfois en plein air —, la troupe de Rémi Garde se prépare pour un match qui promet d’être différent de la coutume face au New York City FC.

L’affrontement aura lieu au Yankee Stadium, le fameux Temple du baseball majeur qui s’adapte, toutefois, plus mal que bien à la pratique du soccer à cause de ses dimensions restreintes.

Tant bien que mal, d’ailleurs, la formation montréalaise a essayé de reproduire pareilles conditions de jeu lors de l’une de ses séances d’entraînement plus tôt cette semaine. C’est d’autant plus important que pour certains porte-couleurs de l’équipe, il s’agira d’une toute première expérience.

«C’est un petit terrain. Ça va être un champ de bataille, ça va être intense, très physique et je pense que ça vient à point pour nous», estime le milieu de terrain Samuel Piette.

«Mercredi, on a fait une opposition 9 vs 9 sans utiliser toute la largeur de la surface. Oui, on a des joueurs qui n’ont pas encore joué sur ce terrain, mais on est tous avertis de ce qui nous attend samedi. Je pense que tout le monde est prêt. Ce sera crucial de gagner nos duels.»

Rémi Garde est lui aussi conscient des difficultés inhérentes à ce stade, mais il ne veut pas que ça devienne une excuse.

«C’est un terrain très, très particulier. Dans les matchs que nous avons observés et que (le NYCFC) vient de jouer, le temps de possession n’est pas très long pour chaque équipe et les duels sont très nombreux. On va essayer de bien préparer ce match, dans ces particularités qui sont très importantes. Si la MLS autorise que l’on joue dans ces conditions, c’est que tous les règlements sont respectés. Alors, allons-y sans cette excuse», a déclaré l’entraîneur-chef de l’Impact.

Novillo du voyage

Le Yankee Stadium est un endroit, aussi, où l’Impact n’a jamais connu beaucoup de succès, comme l’indique sa fiche d’un gain — le 1er août 2015 — deux revers et deux verdicts nuls. Si jamais cette disette prend fin samedi, ce sera malgré l’absence d’Ignacio Piatti, dont la blessure au genou droit est à ce point sévère qu’on sait déjà qu’il ne pourra pas affronter le D.C. United le 9 avril à Washington.

Par contre, Garde pourra peut-être compter sur Harry Novillo de la première à la dernière minute de jeu. La fameuse saga du passeport semble réglée, bien que les informations sortent au compte-gouttes.

Y a-t-il eu une sanction? On ne le sait trop. Et si jamais une sanction est imposée, rien ne dit que l’équipe en dévoilera la teneur.

«Il y a eu un processus qui s’est mis en place, comme c’est déjà arrivé dans le passé, en interne, pour des fautes qui méritaient qu’on s’y attarde, a déclaré Garde. Mais il n’est pas obligatoire que je vienne expliquer toutes les sanctions. Il y a des choses qui doivent rester à l’intérieur. L’important, c’est de laver le linge sale en famille, qu’il soit lavé et que ce soit clair pour le groupe.»

L’autre préoccupation de l’Impact sera de faire oublier la défaite de 7-1 survenue samedi dernier à Kansas City. À ce compte, le NYCFC est dans le même bateau après avoir été blanchi 4-0 par le Toronto FC à son dernier match.