Selon le capitaine Félix Bibeau, la rencontre à huis clos tenue par les joueurs des Remparts avant le match de samedi, contre les Tigres a été bénéfique pour la formation québécoise. Elle lui a notamment donnée du momentum.

Un huis clos bénéfique pour les Remparts

Le huis clos d’une quinzaine de minutes tenu par les joueurs des Remparts avant leur départ pour le match contre les Tigres de Victoriaville samedi a été bénéfique. Les Diables rouges ont disputé un bon match même s’ils ont échappé la victoire face aux Félins avant de signer un gain convaincant de 8 à 2 face aux Islanders de Charlottetown au Centre Vidéotron.

«On est entré dans le vestiaire sans les coachs, on a fermé la porte et, pendant une quinzaine de minutes, chacun a dit ce qu’il avait à dire. Quand il y a de la franchise comme ça entre les coéquipiers, il en ressort de bonnes choses», a déclaré le capitaine Félix Bibeau après l’entraînement des Remparts mercredi matin.

«On savait que les coachs essayaient de nous aider alors qu’on traversait une séquence plus difficile, mais on savait aussi que c’était nous, le problème», a-t-il ajouté pour expliquer ce qui avait motivé les joueurs à réclamer cette rencontre au sommet où ils se sont dit leurs quatre vérités quelques heures après un humiliant revers de 7 à 1 face aux Cataractes de Shawinigan.

Gérer son temps

«Tout ça a été très bon pour nous, on a joué un bon match à Victoriaville et ça nous a donné le momentum pour le match d’après. On gère mieux notre temps et notre énergie. Les matchs précédents, plusieurs joueurs étiraient leurs présences sur la glace. Ensuite, c’est normal qu’on ait de la difficulté contre des équipes qui gèrent mieux leur temps et qui ont toujours des joueurs frais et reposés contre nos gars qui sont fatigués», analyse le capitaine.

Bibeau, qui a remporté la Coupe Memorial l’an dernier avec les Huskies de Rouyn-Noranda, s’y connaît en matière de séquences. «Quand ton équipe traverse une période difficile, on dirait que tout va toujours mal. À l’inverse, quand ton équipe va bien, on dirait que tout fonctionne», raconte-t-il en rappelant la série de victoires des Huskies du 31 décembre 2018 au 8 mars 2019. «On avait une séquence de 25 victoires consécutives et tout marchait bien. Je me souviens même d’un match où Blainville avait touché trois poteaux en prolongation et on avait gagné pareil!»

Revoir les Tigres

Ceci étant dit, Bibeau et ses coéquipiers sont très heureux de revoir les Tigres jeudi soir à la maison. «C’est ce qu’on s’est dit après le match de samedi : ”au moins, on les repogne” jeudi!», poursuit Bibeau, ajoutant qu’il n’est pas vraiment inquiet à l’idée de revoir le jeune gardien Nikolas Hurtubise, qui a blanchi les Remparts et obtenu le titre de joueur de la semaine dans la LHJMQ. «Je pense qu’on ne l’a pas vraiment testé et je crois que ça pourrait être différent demain. Cependant, Victo joue très bien défensivement et il faudra rester patients.»

Le capitaine des Remparts était aussi encouragé au terme de la séance d’entraînement de mercredi. «On vient d’avoir une très bonne pratique où tout le monde a donné son maximum. On a aussi beaucoup pratiqué l’avantage numérique, qui n’avait pas vraiment donné de résultats samedi», termine-t-il en faisant référence au fait que les siens n’avaient pas réussi à inscrire un seul but et avaient eu peu de bonnes chances de marquer en trois supériorités numériques au Colisée Desjardins.

+

COURNOYER DE RETOUR AU JEU CONTRE LES TIGRES

Alors que les Remparts de Québec ont beaucoup souffert des blessures à des joueurs clés depuis le début de la saison, l’entraîneur-chef et directeur général Patrick Roy se réjouit à l’idée d’en voir quelques-uns revenir au jeu au cours des prochaines semaines.

Le défenseur Édouard Cournoyer sera de retour jeudi contre les Tigres, mais les Remparts seront tout de même privés de l’attaquant Thomas Caron et de l’arrière Dylan Schives, suspendus pour un match.

«Cournoyer jouait bien avant sa blessure et j’espère que ça continuera», a déclaré Roy mercredi après l’entraînement de l’équipe, dressant en même temps le bilan des éclopés de sa formation. « (Aleksei) Sergeev va passer une autre radiographie la semaine prochaine. On avait toujours ciblé la période du 4 au 9 décembre pour son retour. Pour Nicolas Savoie, on parle d’un retour autour du 4 décembre et pour Jacob Melanson, on parle plutôt du 28 décembre au 3 janvier.»

Pour l’instant, Roy utilise le défenseur ontarien Colton O’Brien avec le vétéran Darien Kielb. «Le gars qu’on veut là, c’est Savoie, mais Colton est «safe», il joue un jeu simple et il prend de bonnes décisions avec la rondelle», commente-t-il, ajoutant que des arrières comme Romain Rodzinski, Félix-Olivier Chouinard et la recrue Charle Truchon ont aussi beaucoup plus de temps de glace en raison des blessures. «Charle, on ne veut pas l’amener trop rapidement, alors on l’utilise surtout en avantage numérique puisqu’il bouge très bien la rondelle.»

Pas éternellement

On sent vite que Roy a hâte de pouvoir enfin compter sur un alignement complet, une rareté chez les Remparts puisque Sergeev est blessé depuis le premier match de la saison. «On a vu l’effet que ça peut avoir quand on a joué contre les Islanders de Charlottetown, qui doivent se débrouiller sans (Nikita) Alexandrov et (Lukas) Cormier. On peut jouer un bout de temps sans eux, mais on ne peut pas jouer éternellement en étant privés de ces joueurs.»

Roy estime tout de même que les siens ont repris beaucoup de confiance depuis les matchs de la fin de semaine. «On a bien joué contre Victoriaville. Je ne comprends pas comment on a fait pour ne pas marquer de but! Le lendemain contre Charlottetown, on était encore plus intenses et plus solides sur la rondelle et on gérait bien notre jeu. Le sport en général, pas seulement le hockey, c’est beaucoup axé sur la confiance. Quand on commence à prendre confiance, le reste vient rapidement.»