Membre du Rouge et Or de l’Université Laval depuis trois ans, le Français Baptiste Mory figure parmi les favoris pour remporter la 84e présentation du Duc de Kent.

Un Duc de Kent à la française

Il avait envie de découvrir l’été au Québec! Au lieu de retourner en France, comme il le faisait chaque année depuis son arrivée avec le Rouge et Or de l’Université Laval, Baptiste Mory a décidé de joindre l’utile à l’agréable. Non seulement fait-il plus chaud qu’il ne le pensait, mais le voilà que son nom figure parmi les favoris pour la 84e présentation du Duc de Kent, le prestigieux tournoi de golf amateur disputé, lundi et mardi, au club Royal Québec .

Vice-champion canadien universitaire en 2016 et 2017, Mory a récemment fait ses débuts dans les compétitions provinciales de Golf Québec. Voilà 15 jours, il remportait le Championnat U25 ans avec une carte cumulative de - 11.

«Il y a pas mal de joueurs qui ne me connaissaient pas, qui ne m’avaient jamais vu. Je crois qu’après la deuxième ronde, ils ont commencé à se demander qui était Baptiste Mory», relatait-il au Soleil en prévision de son entrée au Duc de Kent.

Pourtant, le joueur de Lille, en France, est membre du Rouge et Or depuis trois ans. Sauf que l’été venu, il retournait en Europe, ce qu’il n’a pas fait, cette fois-ci.

«J’avais le goût de voir comment se passait l’été, à Québec. Et c’est «cool» de se confronter aux autres joueurs québécois, outre ceux du réseau universitaire», ajoutait le golfeur de 21 ans qui profite de l’exemption remise au champion universitaire du RSEQ en 2017.

Dès lundi, il marchera sur les allées du terrain de Boischatel qu’il connaît fort bien puisque le Rouge et Or s’y entraîne. S’il ne l’a jamais joué, il a déjà entendu parler de ce tournoi dont l’origine remonte à 1935.

«Dès mon arrivée à l’Université Laval, mes coéquipiers m’en parlaient. J’ai découvert qu’il s’agissait de l’un des tournois les plus prestigieux au Québec. Je pense pouvoir rivaliser avec les favoris. J’ai la chance de pratiquer sur ce terrain. Bon, je ne suis pas hyper entraîné comme en saison, mais le parcours n’est pas super compliqué.»

Le Duc de Kent est l’un des trois tournois de la triple couronne de golf du Québec, les deux autres étant l’Alexandre de Tunis et le Championnat provincial amateur. Mory n’a pas fait le Tunis, mais il prévoit être au Québec amateur, la semaine prochaine.

Il est l’un des prétendants du 84e Duc de Kent, comme Julien Sale (Rivermead), vainqueur du Tunis. Étienne Papineau (Pinegrove), qui s’est incliné en prolongation au Tunis et au Championnat U25, sera aussi à surveiller, ainsi que le champion défendant du Duc, Émile Ménard (Pinegrove). Les champions de 2016 (Francis Berhiaume) et de 2015 (Vincent Blanchette) seront aussi de la partie. Tous ces jeunes joueurs prendront le départ entre 10h30 et 11h30, lundi.

Dans la région des Hauts-de-France, on utilise l’expression de dynastie golfique lorsque l’on parle des Mory, dont plusieurs membres de la famille pratiquent ce sport. Son frère, Félix, est l’un des bons joueurs de son coin de pays. «Il a 23 ans, il joue un peu mieux que moi, mais je ne suis pas très loin, je crois», répond en riant Baptiste, qui prend habituellement part à des tournois dans sa région, dans le sud de la France, en Suisse et en Belgique.

Il a arrêté son choix sur l’Université Laval, où il pouvait conjuguer les études et le golf. «Ce n’était pas possible de le faire en France, ces programmes n’existent pas. On fait l’un ou l’autre, mais pas les deux. Pour le moment, je n’ai pas l’ambition de percer chez les pros, mais j’aimerais bien être un très bon joueur amateur», ajoutait l’étudiant en Administration des affaires.

Gagné absent

Pour une première fois depuis 55 ans, on notera l’absence du vénérable André Gagné. Son état santé ne lui permet pas, pour l’instant, de profiter de son exemption à vie pour disputer le Duc. Le membre du Temple de la renommée de golf Québec a remporté le tournoi en 1966, 1975 et 1979.

+

FIN D'UNE TRADITION: LE TOURNOI AMATEUR PASSE EN SEMAINE

Pour la première fois de son histoire, le Duc de Kent délaisse sa traditionnelle plage horaire du vendredi et samedi. Le tournoi qui loge au club de golf Royal Québec, à Boischatel, depuis 1945 imite ainsi les deux autres membres de la triple couronne, qui ont aussi lieu la semaine.

«Comme tous les clubs privés au Québec, nos journées les plus en demande par nos membres sont le vendredi et le samedi. Nous sommes le dernier tournoi de la triple couronne à se jouer en semaine, mais je ne crois pas que cela enlève du lustre au Duc de Kent», explique Mario Bouchard, directeur général au Royal Québec.

Coordonnatrice des tournois masculins à Golf Québec, Diane Bruneau a cependant noté une moins grande demande pour les inscriptions.

«L’an passé, nous avons refusé 45 joueurs; cette année, on a pris tout le monde. Les meilleurs joueurs sont là, mais je pense qu’en général, le calibre n’est pas tout à fait le même. L’an passé, le différentiel pour y participer était de 7, alors que là se rend à 19», estime celle qui émet l’hypothèse que la tenue du Championnat provincial junior, en même temps, prive le Duc de quelques bons jeunes éléments.

Vétéran ayant rivalisé avec le vainqueur, il y a deux ans, Danny Turbide n’est pas contre l’idée de jouer lundi et mardi. «Ça devenait problématique parce que les membres jouent beaucoup la fin de semaine, c’est correct comme ça», disait-il, tout en soulignant que plusieurs joueurs de Montréal ne pouvaient se farcir une ronde de pratique, dimanche au Royal, en raison de la tenue d’un tournoi interclubs dans leur région.

Turbide n’a pas été dans le coup, la semaine dernière, au Tunis, jouant + 11. Une mauvaise nouvelle médicale dans sa famille l’avait perturbé. Pour l’instant, il est inscrit au Duc, mais il se réservait le droit de ne pas se présenter au départ pour la même raison.

«Il y a deux ans, j’avais le jeu pour gagner en masse, il est moins là, cette année. Les jeunes sont bons, ils frappent loin, ils ont du fun. Étienne Papineau  [Pinegrove] est solide, même chose pour Julien Sale [Rivermead]. Ils ont joué - 4 au Tunis, c’était du gros golf.»  

+

LES GAGNANTS AU FIL DES ANS

1935 Gordon B. Taylor, Kanawaki 

1936 Guy Rolland, Laval

1937 Phil Farley, Marlborough

1938 William D. Taylor, Summerlea

1939 Carroll M. Stuart, Grovehill

1940 Adjutor Dussault, Kent

1941 Léo Bourgault, Royal Québec

1942 Léo Bourgault, Royal Québec

1943 Maurice Huot, Royal Québec

1944 Gaston Amyot, Royal Québec

1945 Guy Rolland, Laval

1946 Ant. Huot, Royal Québec

1947 Joe Poulin, Marlborough

1948 Ant. Huot, Royal Québec

1949 R. Vezina, Royal Québec

1950 Gordon B. Taylor, Kanawaki

1951 J.M. Guthrie, Royal Montreal

1952 Clermont Vezina, Royal Québec

1953 Jack Innes, Whitlock

1954 Elliot Godel, Elm Ridge

1955 George Ostapuik, Summerlea

1956 Fred Chouinard, Royal Québec

1957 Les Palmer, Donnacona

1958 Alfred Chouinard, Royal Québec

1959 Dave Hardie, Hampstead

1960 Henry Setlakwe, Thetford

1961 Guy Rousseau, Orléans

1962 Ed MacLaine, Summerlea

1963 Bob Stimpson, Ottawa Hunt 

1964 Claude Clément, Valleyfield

1965 Roger Charbonneau, Montréal Municipal

1966 André Gagné, Royal Québec

1967 Don Brock, Royal Québec

1968 Don Davidson, Chaudière

1969 C.M. Batten, Beauchâteau

1970 Paul Pouliot, Royal Québec

1971 Paul Pouliot, Royal Québec

1972 Daniel Talbot, Beloeil

1973 Graham Cooke, Summerlea

1974 Pierre Archambault, Laval

1975 André Gagné, Royal Québec

1976 Jirka Danek, Cap Rouge

1977 Yves Tremblay, Sorel-Tracy

1978 Rénald Paquet, Orléans

1979 André Gagné, Royal Québec

1980 Mickey Batten, Beauchâteau

1981 Rénald Paquet, Orléans

1982 Mickey Batten, Beauchâteau

1983 Pierre Trépanier, Royal Québec

1984 Rémi Bouchard, Hemmingford

1985 Jacques Lemieux, Royal Québec

1986 Graham Cooke, Summerlea

1987 Eric Mercier, Milby

1988 Graham Cooke, Summerlea

1989 Stephane Houle, Royal Québec

1990 Pierre Trépanier, Royal Québec

1991 Graham Cooke, Summerlea

1992 Michel Alary, Beloeil

1993 Steve Davies, Royal Montreal

1994 Graham Cooke, Summerlea

1995 Tom Moore, Ottawa Hunt

1996 Michel Giroux, Royal Québec

1997 Denis Hénault; Royal Bromont

1998 Craig Matthews; Royal Montreal

1999 Claude Charpentier; Milby

2000 Dave Kelly; Beauce

2001 Maxime Barré; Farnham

2002 Lee Curry; Rideau View

2003 Lee Curry; Rideau View

2004 Claude Charpentier; Milby

2005 Marc-André Roy; Rosemère

2006 Stéphane Pellerin; Ki-8-Eb

2007 Keven Fortin-Simard; Royal Québec

2008 Mathieu Rivard; Royal Bromont

2009 Mathieu Rivard; Royal Bromont

2010 Jean-Philippe Paiement; Le Blainvillier

2011 Raoul Ménard; St-Jean

2012 Sonny Michaud; Royal Québec

2013 Mathieu Perron; Laval-sur-le-Lac

2014 Raoul Ménard; Pinegrove

2015 Vincent Blanchette; Pinegrove

2016 Francis Berthiaume; Laval-sur-le-Lac

2017 Émile Ménard; Pinegrove