Ashton Eaton et Brianne Theisen-Eaton avaient respectivement remporté l'or au décathlon et le bronze à l'heptatlon lors des JO de Rio.

Un couple olympique se retire

Le couple olympique Ashton Eaton et Brianne Thiesen-Eaton a causé la surprise en annonçant la fin de leur carrière, mercredi, à l'âge de 28 ans.
L'Américain, double champion olympique en titre et recordman du monde du décathlon, et la Canadienne, médaillée de bronze à l'heptatlon aux Jeux de Rio, ont annoncé leur décision sur leurs comptes Twitter et Instagram. «Les huit dernières années ont été vraiment formidables. Faire quelque chose que nous aimons tous les jours et poursuivre nos rêves, ç'a vraiment comblé nos vies. Mais nous devons maintenant penser à la prochaine étape, à notre prochaine passion et au prochain chapitre de nos vies. Nous quittons l'athlétisme. Merci d'avoir partagé cette aventure avec nous!»
C'est donc un monument du décathlon qui tire sa révérence. Eaton, déjà sacré à Londres en 2012, venait tout juste d'ajouter à Rio une ligne de plus à son prestigieux palmarès, devenant le troisième homme à conserver sa couronne olympique dans cette discipline après Bob Mathias (1948 et 1952) et Daley Thompson (1980 et 1984).
De quoi donner encore plus d'envergure à une carrière exceptionnelle, marquée également par deux médailles d'or aux Mondiaux (2013 à Moscou, 2015 à Pékin) et un record du monde (9045 points à Pékin). Mais après avoir tout raflé et livré un duel homérique à Rio avec son dauphin Français Kevin Mayer (8893 points contre 8834), Eaton, élu athlète de l'année en 2015 par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), a sans doute estimé avoir fait le tour de la question.
«J'ai tout donné pour le décathlon. J'ai fait tout ce que j'ai pu. Merci de m'avoir offert le meilleur moment de ma vie. Je prends ma retraite», a-t-il écrit.
Fatigue mentale
Sur leur site Internet, Eaton et son épouse ont ainsi tenu à expliquer plus en détail les motifs de leur retrait des pistes. «Il n'y a pas beaucoup d'autres choses à faire dans le sport, j'ai donné les plus belles années de ma vie à essayer d'atteindre mes limites. Y suis-je parvenu? Pour être honnête, je ne suis pas sûr que quiconque y arrive», a noté le natif de Portland.
Thiesen-Eaton a de son côté indiqué avoir ressenti «une fatigue mentale» après avoir franchi la ligne d'arrivée du 800 m aux JO de Rio. «C'est comme si je ne voulais plus faire un autre heptathlon», a ajouté la double médaillée d'argent de la discipline aux Mondiaux (2013 et 2015) et médaillée d'or du pentathlon aux Mondiaux en salle de 2016. 
Mayer refuse le titre de nouvel homme à battre
La retraite soudaine d'Eaton peut-elle constituer une aubaine pour Mayer, qui s'était seulement incliné de 59 points à Rio? Sous le «choc», le Français a en tout cas refusé d'endosser le costume de nouvel homme à battre du décathlon qui lui tend pourtant les bras alors que la saison 2017 sera marquée par les Mondiaux à Londres (5-13 août).
«Il y aura toujours quelqu'un pour me mettre des bâtons dans les roues. J'aurais aimé faire une dernière compétition avec lui. Il n'y avait plus un énorme écart entre nous, ça aurait pu donner encore de belles courses.»
Mayer a toutefois rendu un hommage appuyé à un athlète qu'il considère comme un exemple. «Il a énormément apporté au décathlon et l'a porté plus haut qu'il ne l'était. C'était très inspirant de courir avec lui.»
Et le combat féroce livré à Rio a forcément noué des liens particuliers entre les deux hommes. «C'est très fort ce qu'on a vécu», a expliqué Mayer. «Ça a créé une sorte de relation amicale entre nous deux. C'est pour ça que je suis triste qu'il arrête.»  La Presse canadienne