L’ailier des Remparts Mikaël Robidoux revenait tout juste jeudi d’une suspension de deux matchs. La saison des Remparts n’est vieille que de quatre rencontres.

Un coup de Robidoux ternit la victoire

DRUMMONDVILLE — On devrait se réjouir de la belle victoire de 3-2 des Remparts contre les Voltigeurs, une équipe plus forte. Mais personne n’est reparti du Centre Marcel-Dionne avec le sourire, samedi soir. Parce que Xavier Simoneau, lui, est parti en civière.

Voyage à l’horizontale gracieuseté de Mikaël Robidoux. L’ailier des Remparts revenait tout juste jeudi d’une suspension de deux matchs. La saison des Remparts n’est vieille que de quatre rencontres.

Et gageons que le directeur de la sécurité des joueurs, l’ancien Rempart Éric Chouinard, imposera une sérieuse période de réflexion au multirécidiviste Robidoux.

Car depuis ses débuts dans les rangs juniors, il y a trois ans, le numéro 18 des Diables rouges a été suspendu sept fois pour un total de 11 parties, en plus d’avoir écopé d’une amende de 500 $, l’an passé.

Vendredi, l’entraîneur Patrick Roy avouait que son joueur marchait dorénavant «sur une glace mince». Voilà que la glace a cassé sous ses pieds, par sa faute.

Simple «collision»?

Roy a quand même couvert son joueur, après la victoire. Il venait de piquer une petite jasette avec Robidoux avant de s’adresser aux journalistes.

«On n’aime pas voir un joueur tomber sur la glace comme ça, a d’emblée affirmé Roy. Par contre, le gars allait au filet et lui [Robidoux] est arrivé au même moment. C’est plus une collision.

«C’est la dernière chose que tout le monde veut voir, mais en même temps, un gars qui s’en va au filet, souvent, il y a des choses qui arrivent et ça fait partie du jeu. On n’aime pas voir le résultat, mais on ne peut pas laisser le gars aller au filet», a avancé le coach, constatant que «la ligue va probablement revoir le geste et prendre une décision».

Alors que Simoneau, petit centre de 5’ 7” âgé de 17 ans, tentait de déborder le défenseur des Remparts sur le flanc gauche, Robidoux est venu le happer dans l’angle mort d’un coude au visage. Le choix de première ronde des Voltigeurs en 2017 s’est aussitôt affalé jusque dans le coin de la patinoire, bougeant à peine les jambes de douleur.

«C’est triste qu’en 2018, on parle encore de gestes disgracieux comme ça dans notre sport. C’est tellement une belle game que pour moi, ça n’a pas sa place», a de son côté commenté l’entraîneur des Voltigeurs, Steve Hartley, après la rencontre.


« On n’aime pas voir le résultat, mais on ne peut pas laisser le gars aller au filet »
Patrick Roy

Les nouvelles de l’hôpital parlaient alors d’un Simoneau «conscient et stable» et sur le point de passer des radiographies.

Puis Hartley s’est attardé à l’auteur du coup, Robidoux. «Le joueur en question va être rendu à son huitième code disciplinaire. À toutes les fois qu’il va être sur la glace, on peut s’attendre à ce que ce soit du pareil au même. J’espère que la ligue va démontrer un certain sérieux dans son cas», souhaite Hartley.

Comme si ce n’était pas assez, Simoneau a déjà subi une importante commotion cérébrale en janvier 2016, autre coup à la tête qui avait mis fin à sa première saison midget.

Retournés aux vestiaires

Samedi, les soins se sont vite organisés autour du petit 81 et, comme son état a été jugé assez sérieux pour sortir la civière, la minute 55 secondes à jouer en deuxième a été reportée après l’entracte. Les officiels ont renvoyé les deux équipes aux vestiaires.

Les esprits ne se sont toutefois pas refroidis tant que ça et la troisième période a laissé place à du brouhaha. Question de ne pas perdre le contrôle, les arbitres Marc-Antoine Chagnon et Dominick Bédard n’hésitaient pas à lever le bras. Bédard a entre autres puni Nicolas Beaudin pour conduite antisportive parce qu’il a nargué le banc des Remparts après avoir marqué le deuxième but des Voltigeurs.

Car oui, il y a eu des buts. Et, hormis le coup de Robidoux et ses conséquences, un bon match de hockey junior apprécié par 2522 spectateurs. Philipp Kurashev a inscrit son premier but de la saison en deuxième période pour faire 1-0, Pierrick Dubé a porté la maque à 2-1 en début de troisième et Louis-Filip Côté a dénoué l’égalité avec 1 min 17 à jouer.

Anthony Morrone a fait forte impression à son premier match officiel devant la cage des Remparts, affrontant 33 rondelles et surtout sept supériorités numériques d’un club qui avait gagné 12-1 la veille. De l’autre côté, Olivier Rodrigue a bloqué 19 tirs.

Olivier Mathieu était incertain de disputer le match à cause de sa hanche, mais la recrue Gabriel Montreuil a finalement hérité d’une place dans les estrades, comme le dictait le plan initial. Mathieu a joué son meilleur match, aux dires de Roy, qui a promis de lui remontrer sa prestation contre Drummondville à chaque baisse de régime.

Les Remparts ont congé d’entraînement dimanche et lundi, puis attendent la visite des Mooseheads de Halifax mercredi, à Québec, avant de prendre la route de l’Abitibi.