Sébastien Bouchard peaufine sa préparation en vue du combat qui l’opposera au Québécois Ayaz Hussain, le 23 novembre, au Centre Vidéotron.

Un combat aux nombreux enjeux pour Sébastien Bouchard [VIDÉO]

À deux semaines d’une première présence dans le ring depuis près d’un an, Sébastien Bouchard ne laisse pas transparaître une plus grande nervosité qu’à l’habitude. Mais le boxeur de 32 ans admet que le combat qui l’opposera au Québécois Ayaz Hussain, le 23 novembre au Centre Vidéotron, sera le plus important de sa carrière.

Bouchard avait donné rendez-vous aux médias de Québec, mardi, au club Empire, où il peaufine sa préparation en vue du gala présenté la même journée que la Coupe Vanier de football universitaire. Il piaffe d’impatience à l’idée de retourner sur la grande scène.

Et pour lui, l’enjeu est grand, puisqu’une victoire le propulserait dans le top 15 du classement des mi-moyens de la Fédération internationale de boxe (IBF).

«La défaite n’est pas une option parce que je me bats aussi contre le temps. Je vieillis et il faut se placer dans les rangs mondiaux. Nous avons un an de retard, ça devait se faire le 1er décembre [2018], mais je ne suis pas usé, je n’ai pas mangé de coup sur la tête depuis», indique le pugiliste de 32 ans.

Ce combat revêt plusieurs enjeux pour le natif de Baie-Saint-Paul. Bilan de santé à confirmer, contrat à renégocier, ententes commerciales à renouveler avec ses commanditaires, il y aura plus que la ceinture nord-américaine de l’IBF au cœur de cette bataille de 10 rounds entre les Québécois.

«Il faut mettre la charrue devant les bœufs, il faut que ça déboule. Il s’agit d’un gros combat face à un gars qui a déjà été champion canadien et qui cogne dur des deux mains. Comme moi, il n’a pas boxé depuis longtemps. On verra qui chassera la rouille le plus rapidement», souligne celui qui se dit prêt à livrer une longue bataille après avoir passé beaucoup de temps à se remettre de blessures à un biceps et à l’épaule.

«Ce n’est pas un pied de céleri qui sera devant moi. Si je peux lui passer le KO au premier round, je ne laisserai pas passer la chance, mais je pense que ça va se décider par décision ou par un KO dans les derniers rounds», prédisait-il sur un ton respectueux.

Adversaire coriace

Car Hussain, privé de combat en raison d’une mésentente avec un ancien promoteur, n’est pas un adversaire à prendre à la légère.

«Ce n’est pas un client facile qui sera devant nous. On a un bon dossier dans les mains. Ce qui me plaît, c’est que le combat sera stratégique, et avec “Sébas”, on est en business. On va amener Ayaz dans des eaux où il n’a jamais été. Il va trouver ça extrêmement dur de se battre contre Sébastien. Ça fait longtemps qu’on attendait l’occasion de se battre pour un combat de championnat, on en a maintenant la chance», a dit l’entraîneur François Duguay.

Le promoteur Yvon Michel pense aussi que Bouchard a le potentiel pour gravir l’escalier menant au sommet. Il doit cependant grimper la première marche qui le sépare de la reconnaissance internationale.

«Il est possible de faire un événement avec Sébastien en finale, et le fait d’aller chercher une ceinture, de rentrer dans les classements mondiaux, ça lui amènera une crédibilité. Ça nous donnera plus de contrôle sur l’évolution de sa carrière. Au lieu de recevoir une offre de 50 000 pour se battre sur une carte de Showtime, comme il a déjà eu, ça pourrait lui en amener une de 10 fois plus», a noté le président de GYM à propos de l’avenir de Bouchard, que l’on pourrait revoir dès le mois de mars au Centre Vidéotron, si les choses tournent en sa faveur le 23 novembre. Il est aussi au cœur d’un projet pour se battre au Capitole dans une série de galas qui pourrait naître à cet endroit en 2020.

+

FORFAIT DE GABRIELS

Le projet d’un combat d’unification des ceintures féminines des super mi-moyens de l’IBF et de la WBA a du plomb dans l’aile. En raison d’une blessure à l’épaule qui nécessitera une intervention chirurgicale et une rééducation de quatre à six mois, Hanna Gabriels ne sera pas en mesure de défendre son titre de la WBA, le 23 novembre, contre une adversaire qui restait à identifier. Le promoteur Yvon Michel était en négociation avec la WBA et l’IBF pour voir si Marie-Ève Dicaire, qui a pour sa part rendez-vous avec Ogleidis Suarez (Venezuela) pour la troisième défense de sa ceinture IBF, ne pourrait pas affronter plutôt la gagnante d’un combat d’aspirantes à un titre intérimaire dans les prochains mois. Des discussions avec un diffuseur auront aussi lieu «pour voir si ça vaut la peine d’investir dans un tel combat», a noté le président de GYM Yvon Michel.  

+

ZEWSKI: NOUVEL ADVERSAIRE

Mikaël Zewski fera encore les frais de la demi-finale de la carte du 23 novembre, à Québec, mais il n’affrontera pas l’Américain Brad Solomon comme prévu. L’adversaire du Trifluvien n’a pas franchi l’étape de validation de son dossier criminel et le promoteur de la soirée craignait qu’il soit refoulé à la frontière canado-américaine en raison de ses antécédents judiciaires puisque Salamon a déjà fait de la prison. Zewksi (31-1-0, 22 K.-O.) se mesurera plutôt à Alejandro Davila, un Mexicain toujours invaincu (19-0-2, 7 K.-O.). Un combat de championnat du monde junior entre Devin Tomko et Dieudonné Wilfred Seyi Ntsengue a aussi été ajouté à la carte qui mettra en vedette Marie-Ève Dicaire et Ogleidis Suarez dans le combat principal.  

+

PAS DE RIVALITÉ LOCALE

Yvon Michel a placé Sébastien Bouchard un peu sur la défensive, mardi, en déclarant qu’il était «le boxeur numéro 1 de la ville de Québec», et ce, pendant que l’étoile montante Lexson Mathieu s’entraînait à la mezzanine supérieure du club de boxe Empire. «Le jeu des comparaisons avec un collègue, je ne suis pas fort là-dessus. On évaluera cela à la fin de nos carrières respectives. Lexson est un boxeur prometteur, c’est une fleur qui est en train d’éclore, alors que moi, je suis éclos. J’ai ma place, je vends beaucoup de billets, je me plais à me comparer à Éric Lucas. Comme lui, je suis un gars qui travaille fort et les gens s’identifient à nous», a dit Bouchard, dont l’entraîneur François Duguay est aussi celui de Mathieu.