Avant la première mise en jeu, les clubs de soccer devront relancer leurs inscriptions, finaliser les alignements des équipes de toutes les catégories et produire des calendriers.
Avant la première mise en jeu, les clubs de soccer devront relancer leurs inscriptions, finaliser les alignements des équipes de toutes les catégories et produire des calendriers.

Un cadeau de Noël en plein été pour le soccer

«Un cadeau de Noël en plein été», voilà comment Samir Ghrib a accueilli la nouvelle de la reprise des matchs de soccer, dévoilée mercredi par la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest.

En fait, celui qui est l’entraîneur-chef du club de soccer masculin Rouge et Or de l’Université Laval et directeur technique de l’Association de soccer de Beauport admettait même être «agréablement» surpris par la vitesse à laquelle le ballon rond pourra rouler à nouveau sur les terrains de la région et de la province.

«Le mot-clé du jour, c’est normalité. Et après avoir parlé pendant des mois de coronavirus, de pandémie, de confinement, c’est avec plaisir que je le prononce. Moralement, ça fait du bien de savoir qu’il y aura un retour à la normale dans la pratique du soccer», disait-il, mercredi.

Le monde du soccer québécois se réjouissait à l’idée de passer directement à la phase 5 de son plan de relance alors que les phases 1 et 2 étaient en place depuis le 8 juin, seulement.

«J’avoue qu’on nous prend un peu à contre-pied, mais la phase 5, ça veut dire la reprise des matchs locaux et de la compétition entre les régions. Il faut maintenant redémarrer la machine, terminer les sélections, remettre nos jeunes en forme et tout faire pour qu’ils évitent les blessures. Il faudra aussi appliquer rigoureusement les mesures sanitaires recommandées», notait celui qui mène aussi le club masculin senior du Royal-Sélect (AAA) de Beauport. Dirigée par Samir El Akkati, l’équipe senior féminine du Royal-Sélect est pour sa part championne canadienne en titre.

Des matchs en juillet

Avant la première mise en jeu, les clubs devront cependant relancer leurs inscriptions, finaliser les alignements des équipes de toutes les catégories et produire des calendriers.

«Dans la région couverte par l’ARSQ, on parle d’une reprise des matchs de nos ligues participatives et compétitives vers le 11 juillet. Pour ce qui est du niveau provincial, ce serait plus entre le 13 et le 17 juillet», indiquait Philippe Bernard, directeur général de l’Association régionale de soccer de Québec à la sortie d’une réunion virtuelle avec Soccer Québec.

De 24 000 qu’il était, l’an passé, le nombre de joueurs est présentement de 14 000 à l’ARSQ. Et avant la relance juin, le «membership» avait baissé de 50 %.

«On pense pouvoir limiter la perte de membres à 25 %, ce qui va sauver la mise pour les clubs. Déjà, ce matin [mercredi], on avait pris 200 nouvelles inscriptions», précisait-il.

Pour l’instant, les séances d’entraînement en équipe seront permises à compter de lundi. Pour les futurs matchs, le soccer disputé entre les lignes blanches sera pratiquement le même qu’auparavant, mais des mesures sanitaires devront être respectées.

«Sur le banc des joueurs, la distanciation sera appliquée, les joueurs auront leur propre gourde, etc. Sur le terrain, certaines choses ne seront pas tolérées, comme parler dans le visage d’un adversaire. Si un joueur crache, il recevra un avertissement. Nous avons eu une petite frayeur, lundi, avec le discours sur la distanciation à 1 mètre ou 1,5 mètre, mais la notion des contacts physiques sporadiques est très bonne pour notre sport», ajoutait Bernard.

L’ARSQ sera flexible sur la demande des différents clubs régionaux. Au niveau participatif, les calendriers pourraient offrir deux matchs par semaine aux équipes; au niveau compétitif, la saison pourrait s’étendre jusqu’à la fin du mois de septembre et le début d’octobre. «Ce qui est important pour les jeunes, c’est qu’ils reviennent sur le terrain et qu’ils aient du plaisir», indiquait-il.

Philippe Bernard croit que la reprise des matchs, cet été, est aussi une bonne nouvelle pour le sport étudiant qui reprendra, à l’automne.

«Je trouve que c’est de bon augure pour les différents programmes sport-études dans les écoles. Si on ne revient pas en arrière, la pratique du sport à l’automne pourrait être relativement normale», pensait le DG de l’ARSQ.