Bruno Langlois (à droite) ne vise pas le maillot jaune au Tour de Beauce, mais s'attend tout de même à être un coureur marqué lors des étapes à sa portée.

Un 17e Tour de Beauce pour Bruno Langlois

Lorsqu'il enfourchera son vélo mercredi matin pour la première étape du 30e Tour de Beauce, le Matanais Bruno Langlois en sera à sa 17e participation, un record. Tout un exploit pour celui qui n'a commencé le cyclisme qu'à l'âge de 18 ans!
Si tu m'avais dit au début de ma carrière que j'allais faire cette course-là 17 fois dans ma vie, je t'aurais pas cru», dit Langlois, de l'équipe Garneau-Québecor. En fait, le cycliste de 36 ans pourrait même en être à une 18e présence. En 2007, une fracture à la jambe l'a tenu à l'écart.
Il a connu son meilleur moment en Beauce lorsqu'il a remporté la dernière étape du Tour 2012, à Saint-Georges. Une victoire acquise devant ses parents, le jour de la fête des Pères. «J'ai eu plusieurs pires moments aussi», rigole-t-il, mentionnant quelques culbutes et cette fois où ses adversaires et lui ont dû affronter une chute... de grêle.
Riz blanc et pâtes
Langlois aura fait face à l'adversité tout au long de sa carrière. «J'ai souvent failli arrêter», laisse-t-il tomber au cours de son entretien avec Le Soleil. «Mais j'ai pas lâché, j'ai travaillé fort.»
Pourtant, à l'adolescence, Langlois était plutôt du genre à flâner avec ses amis. En 1996, voyant qu'il a d'excellentes capacités cardio vasculaires, il tente sa chance au triathlon. Mais il déteste la course à pied. L'année suivante, il se consacre au vélo. Il deviendra coureur professionnel en 2005, alors qu'il a déjà 26 ans. Mais qui dit pro ne dit pas forcément grand luxe. «On couchait à cinq dans une chambre d'hôtel, se rappelle Langlois. On mangeait du riz blanc et des pâtes. Mais j'avais la passion du vélo.»
Grâce à cette passion, il s'accroche. Il perd certains contrats, mais se retrouve toujours une niche. Il connaît sa meilleure saison en 2012, à 33 ans. En plus de sa victoire d'étape en Beauce, il finit deuxième du classement général au Tour de Québec - tout juste derrière Hugo Houle -, compétition qu'il avait remportée l'année d'avant. Il remporte aussi des victoires d'étape au Rwanda, en Guadeloupe et en République dominicaine.
Remise en question
L'an dernier, il a connu une saison difficile dans une équipe américaine, 5-hour Energy. Il s'est alors remis en question. «Je me suis demandé : est-ce que j'ai perdu l'esprit de fighter que j'avais?»
Non. De retour dans l'équipe Garneau cet été, il a remporté deux des quatre étapes au Grand Prix cycliste de Saguenay. «J'ai repris confiance. La forme est là.»
À tel point qu'il croit que ses rivaux l'auront à l'oeil dans les prochains jours. Il ne vise pas le maillot jaune, loin de là, mais s'attend tout de même à être un coureur marqué lors des étapes à sa portée. «Il va falloir que je sois intelligent, que je fasse des moves stratégiques au bon moment. Ma force, c'est de flairer le bon coup», analyse-t-il, ajoutant que le calibre du peloton est particulièrement relevé cette année.
Quelque 145 coureurs de 21 équipes seront du Tour de Beauce 2015. Ils rouleront tous les jours jusqu'à dimanche.
=> LES ÉTAPES
Mercredi
Étape 1 : 186,2 km
• Départ : Saint-Georges
• Arrivée : Saint-Georges
Jeudi
Étape 2 : 169 km
• Départ : Lac-Mégantic
• Arrivée : Mont Mégantic
Vendredi
Étape 3a : 21 km (contre-la-montre), Saint-Georges
Étape 3b : 60 km (critérium), Saint-Georges
Samedi
Étape 4 : 124,8 km (circuit urbain) haute ville de Québec
Dimanche
Étape 5 : 122,4 km (circuit urbain), Saint-Georges