Milos Raonic, 32e tête de série, a eu raison de Marin Cilic 6-4, 6-3 et 7-5 dimanche après-midi.

Un 10e duel Raonic-Djokovic

MELBOURNE — Milos Raonic semble en pleine possession de ses moyens depuis le début des Internationaux de tennis d’Australie. Reste à voir si les bonnes dispositions dans lesquelles se trouve le Canadien lui permettront finalement de venir à bout d’un adversaire qui n’a fait que le dominer depuis 2013.

Pour la dixième fois de sa carrière, Raonic aura rendez-vous avec le Serbe Novak Djokovic, cette fois en quarts de finale à Melbourne Park mardi. Et pour la première fois de sa carrière, il tentera de gagner au moins deux sets lors d’un même match contre Djokovic et, mieux encore, gagner le match tout court.

De nouveau dominant au service, Raonic, 32e tête de série, a eu raison de Marin Cilic 6-4, 6-3 et 7-5 dimanche après-midi. Le Canadien a battu le Croate en deux heures et 19 minutes, concrétisant la victoire avec son 35e as du match.

L’Ontarien se trouve en quarts de finale en Australie pour la cinquième fois en six ans.

De son côté, Djokovic s’est défait de l’Argentin Diego Schwartzman en trois manches de 6-3, 6-4, 6-4.

Depuis le début de la quinzaine à Melbourne Park, Raonic n’a encore concédé aucun set en quatre matches, au fil desquels il a récolté 82 as. Il a disputé un seul bris d’égalité.

«J’ai fait beaucoup de choses très bien, a analysé le Canadien après sa victoire contre Cilic. J’avais une idée de la façon dont je voulais jouer et je suis content d’avoir réussi et d’avoir répondu à ces attentes.»

«J’ai eu beaucoup de difficultés avec mon service pendant la semaine d’entraînement. Lors du premier match, je ne me sentais pas nécessairement bien parce que c’était un peu venteux sur ce court», a raconté Raonic, en faisant allusion au court 19.

«J’ai fini par retrouver mon rythme. Lorsque je retrouve mon rythme, et à partir du moment où je joue de façon continue, ça revient. Le service est la chose la plus naturelle pour moi.»

Cilic a bénéficié de deux balles de set lors de la troisième manche. Raonic a effacé la première grâce à un as d’une vitesse de 225 km/h. Face à la seconde balle de bris, il a réussi un autre as, celui-là à 210 km/h.

L’histoire des duels entre Raonic et Djokovic se résume très simplement. Djokovic a gagné ses neuf matchs face au Canadien, et 21 sets sur 23.

«C’est évident que je vais devoir servir avec efficacité. Et ensuite, je vais devoir enregistrer un pourcentage élevé au retour de service, le forcer à jouer beaucoup de points», a fait remarquer Raonic.

Lors de son entrevue sur le court après sa victoire contre Schwartzman, Djokovic a émis des propos semblables. Surtout, il s’est dit heureux des succès de Raonic à Melbourne.

«Excellente personne»

«Je suis vraiment content que Milos soit en santé et qu’il joue de nouveau à un haut niveau. Il est une excellente personne, nous parlons la même langue, et je suis heureux de le voir en quarts de finale.»

Il y a un an, à ce tournoi, Raonic a réintégré le top 15 en se rendant en quarts de finale. Il avait été absent de ce groupe depuis 18 mois.

Mais plus tard en 2019, il a dû se ranger à l’écart à cause de blessures, un thème récurrent pour lui. Raonic a dû se décommander de Roland-Garros, de New York et des finales de la Coupe Davis.

«Ce fut difficile pour moi de faire impasse sur la Coupe Davis, mais j’avais besoin de temps parce que j’avais ressenti des douleurs au dos pendant presque toute l’année», a-t-il expliqué.

«J’ai été contraint de passer environ un mois sans pouvoir faire de services. Toutefois, ça m’a permis de me concentrer sur autre chose, de devenir plus fort et en meilleure condition physique.»

Raonic, dont l’entraîneur est Mario Tudor depuis l’Omnium de Washington de 2019, s’est présenté en 2020 avec un optimisme prudent.

«J’ai été capable de m’entraîner pendant six, sept semaines consécutives sans ressentir de gêne et sans répercussion négative. J’en suis reconnaissant.»

Par ailleurs, en double, la Canadienne Gabriela Dabrowski et la Lettone Jelena Ostapenko ont gagné 6-2 et 6-4 devant Asia Muhammad et Sabrina Santamaria, des États-Unis.