Tyson Barrie a terminé la saison régulière avec 59 points (14 buts, 45 passes), un sommet pour un défenseur de l’Avalanche, depuis que Raymond Bourque en a totalisé 59 en 2000-01.

Tyson Barrie, le défenseur qui pense comme un attaquant

DENVER — Le défenseur Tyson Barrie de l’Avalanche du Colorado a acquis la réputation de se comporter comme un attaquant.

Il est facile de comprendre pourquoi : il pense constamment comme un attaquant. Son père était un attaquant dans la LNH. Enfant, il était un attaquant. Et présentement, il se présente en territoire adverse un peu comme un attaquant.

Barrie totalise un but et sept passes jusqu’à présent en séries éliminatoires. Il a obtenu son premier but en séries éliminatoires, dimanche, lors du deuxième match à San Jose, aidant l’Avalanche à égaler la série de deuxième tour 1-1. Le troisième match a lieu mardi au Centre Pepsi.

«J’ai vraiment confiance en moi en ce moment, a confié Barrie, âgé de 27 ans. J’aime jouer contre les meilleurs trios des autres équipes. J’aime ce défi. En ce qui concerne la dimension offensive de mon jeu, je dois continuer à le démontrer.»

Son premier but en éliminatoires, dimanche, a démontré son instinct offensif : après un tir de Gabriel Landeskog repoussé par le gardien Martin Jones des Sharks, Barrie a sauté sur le retour et a tiré la rondelle dans le coin du filet. C’est la manière de faire Barrie. Il a terminé la saison régulière avec 59 points (14 buts, 45 passes), un sommet pour un défenseur de l’Avalanche, depuis que Raymond Bourque en a totalisé 59 en 2000-01.

«Tyson a développé son jeu au cours des dernières années et il parvient très bien à créer de l’offensive, à s’impliquer dans l’action et à compléter des jeux quand il est en zone offensive, a décrit Landeskog. Il se défend aussi très bien dans sa zone parce que c’est avant tout un défenseur. Sans aucun doute, il a le talent d’un attaquant et il peut compléter les jeux.»

Affaire de famille

Se porter à l’attaque est logique dans la famille. Le père de Tyson, Len, était un attaquant qui a disputé 184 matchs dans la LNH avec les Flyers de Philadelphie, les Panthers de la Floride, les Penguins de Pittsburgh et les Kings de Los Angeles. Len Barrie a terminé sa carrière avec 19 buts et 45 passes.

Tyson Barrie a joué comme attaquant jusqu’à l’adolescence, ce qui explique selon lui sa propension pour le jeu offensif.

«Si vous évoluez comme défenseur depuis toujours, vous ne développez pas autant vos habiletés offensives, a noté Barrie, originaire de Victoria, en Colombie-Britannique. J’ai toujours fait ça. J’ai toujours veillé à privilégier ce rôle quand je jouais au hockey. Je pense que ça se voit dans ma façon de jouer. J’aime marquer et essayer de battre les gars à un contre un.»

Malgré sa transformation en défenseur, ses talents offensifs restent solidement enracinés. Il a été le meilleur buteur chez les défenseurs à chacune de ses quatre saisons complètes avec Kelowna de la Ligue de hockey de l’Ouest. L’Avalanche a sélectionné Barrie au troisième tour du repêchage de 2009.

Depuis, il contribue à la production offensive. Il est devenu le défenseur qui a amassé le plus de points dans l’histoire de la concession plus tôt cette saison, dépassant John-Michael Liles. Barrie totalise 75 buts en saison régulière et 232 passes.

«Il a développé un ensemble de qualités qui lui permettant de devenir une menace offensive sur la patinoire, a ajouté Landeskog. Il est récompensé pour ça.»

Soyons clairs : Barrie ne se soustrait pas à ses responsabilités en défensive pour se porter à l’attaque. Il a développé la capacité de savoir exactement quand il peut se lancer en zone adverse.

«Certains des jeux qu’il exécute, ce ne sont pas des initiatives à haut risque. Ses incursions en zone adverse ont un impact, a noté l’entraîneur Jared Bednar. Il prend les bonnes décisions quant à l’opportunité de tirer au but ou de patienter. Il envoie les rondelles au filet et il est très compétitif sur le plan défensif.

«Il fait de son mieux chaque soir pour avoir son mot à dire dans le match.»

Barrie a récolté cinq mentions d’aide contre les Flames Calgary, dont trois lors du dernier match. Il a également aidé à contrer le joueur vedette des Flames, Johnny Gaudreau.

Lors du deuxième match contre les Sharks, il a obtenu deux aides en plus de son but.

«Il a été vraiment bon, a poursuivi Bednar. Il est certainement un gars qui s’améliore de plus en plus. En séries éliminatoires, il est passé à un tout autre niveau.»