Le prochain gala de boxe professionnelle présenté à Québec réunira les étoiles montantes de la discipline. Hubert Poulin, Leila Beaudoin, Lexson Mathieu, Vincent Thibault et Clovis Drolet seront en vedette au Complexe Capitale Hélicoptère le 25 octobre.

Trois étoiles locales dans le ring le 25 octobre [VIDÉOS]

Les trois étoiles montantes de la boxe à Québec se produiront sur la même carte, le 25 octobre, devant leurs partisans. Lexson Mathieu, Clovis Drolet et Vincent Thibault seront du gala professionnel à saveur local qui se tiendra au Complexe Capitale Hélicoptère, une première.

La salle voisine de l’aéroport Jean-Lesage, à L’Ancienne-Lorette, pourra accueillir 1570 amateurs de boxe. «C’est moi qui vais être le plus proche, dans le coin, mais tout le monde dans la place va être ring side», illustre l’entraîneur François Duguay, qui aura deux protégés en action ce soir-là.

À commencer par le très prometteur Mathieu (5-0, 4 K.O.), 20 ans seulement, qui livrera son premier combat professionnel dans sa ville, Québec. Mais il doit d’abord se concentrer sur sa sortie du 28 septembre, au Casino de Montréal, contre Juan Sergio Torres Perez (7-8, 6 K.O.). Le Mexicain de 22 ans a perdu contre Thibault en janvier, par décision unanime.

«Je me suis souvent battu à Québec dans les rangs amateurs, mais je sais qu’il va y avoir plus de monde. Plusieurs n’ont pas encore eu la chance de me voir et cette fois, tout le monde va être là. L’énergie des gens me donne de la force», indique celui qui était accompagné à la conférence de presse par ses deux jeunes frères, Kensley et Wilkens, qui devraient suivre ses traces dans les prochaines années.

Au camp de Jean Pascal

Thibault (9-0, 3 K.O.) aura sa horde de fans baptisée Team Tibo, encore plus bruyante dans une plus petite salle. «C’est moi qui monte sur le ring, mais j’ai une maudite gang derrière moi qui déploie beaucoup d’énergie. Ils sont déchaînés!» assure le produit de Beauport, qui livrera alors son premier combat de huit rounds. 

Le gaucher de 26 ans a eu un avant-goût de la vie de champion, cet été, quand il a été partenaire d’entraînement de Jean Pascal pour 40 rounds en vue du combat qu’il a gagné contre Marcus Browne, un gaucher aussi. Thibault avait fait de même avant le duel contre Lucian Bute, une autre patte gauche.

De son côté, Drolet (10-0, 6 K.O.), en qui le promoteur Camille Estephan voit un «prochain Éric Lucas», s’est présenté sur la petite scène avec des restes d’yeux au beurre noir. «C’est le métier. Les menuisiers se font des échardes, les boxeurs des yeux au beurre noir», lance celui qui se voit combattre pour un titre mineur dans la prochaine année.

La finale mettra aux prises Artem Oganesyan (10-0, 8 K.O.) et le Russe Konstantin Ponomarev (34-2, 13 K.O.), tandis que Sadriddin Akhmedov (9-0, 8 K.O.), Avery Martin-Duval (2-0, 2 K.O.) et Gleb Bakshi (débuts pros) seront aussi en action.

Mixologie et hockey

Deux boxeurs locaux effectueront de plus leurs premiers pas chez les pros. Une mixologue et un joueur de hockey.

Leila Beaudoin, 23 ans, se lance dans la boxe pro après avoir gagné le championnat canadien amateur chez les 132 lb. La native de Cabano, dans le Bas-du-Fleuve, avait pourtant d’abord dit non à la boxe, «pour ne pas briser mon visage», puis non à la boxe professionnelle.

Inspirée par les Kim Clavel et Marie-Ève Dicaire, elle a pêché conseil auprès de l’entraîneuse Danielle Bouchard et de l’ancienne olympienne Ariane Fortin pour ne pas regretter de faire une croix la boxe amateur et une possible participation olympique.

Pour sa part, Hubert Poulin se bat depuis de longtemps, mais sur la patinoire. Il a joué dans le junior majeur, dont 11 matchs avec les Remparts de 2007-2008. Le résident de Saint-Georges de Beauce évolue depuis 10 ans dans la Ligue nord-américaine, circuit où il compile près de 2000 minutes de pénalité (1940). L’athlète de 30 ans continue de jouer pour le Cool-FM de Saint-Georges et a son propre club de boxe. Il s’entraîne sous les ordres de Duguay, tout comme Mathieu.