Heidi Levasseur se prépare à sa traversée de l’Atlantique.

Traversée de l’Atlantique pour Heidi Levasseur: la machine est en marche

Shawinigan — Heidi Levasseur est déterminée à effectuer sa traversée de l’Atlantique dès le mois de décembre et l’athlète met tout en oeuvre pour que son plan se réalise comme souhaité.

La nageuse a tenu mardi une conférence de presse à Shawinigan pour discuter des grandes lignes de cet ambitieux projet de nager entre le Sénégal et le Brésil, une traversée de quelque 3000 km. Heidi Levasseur a besoin d’au moins 500 000 $ pour couvrir toutes les dépenses reliées au projet Atlantica (membres d’expédition, bateau accompagnateur, ravitaillement, etc.). Elle refuse de dévoiler le montant amassé à ce jour, car elle attend des réponses pour du financement qui proviendrait de la coproduction d’un documentaire sur sa traversée. Elle se dit néanmoins persuadée de parvenir à trouver l’argent nécessaire d’ici les prochains mois, notamment par le biais d’une campagne de sociofinancement qui a amassé près de 5600 $, selon son site Internet.

«Je pars, c’est sûr! On discute avec des entreprises. Il y a de l’ouverture en France, mais j’ai plus de contacts au Québec. Il faut que ça se fasse (le projet). Le timing est bon pour le documentaire (pour de l’accès à du financement) et il y a une préoccupation de la population pour l’environnement», estime Heidi Levasseur.

Ce thème est au coeur de la démarche de l’athlète qui se dit préoccupée par la protection de l’eau. La visibilité médiatique découlant de sa traversée sera utilisée pour conscientiser la population à l’importance d’adopter un mode de vie écoresponsable afin de préserver les écosystèmes marins.

Selon ses estimations, elle donnera deux millions de coups de bras durant son périple qui s’étirera sur quatre à six mois. L’athlète souhaite amasser deux millions de dollars via des dons. Elle veut ainsi soutenir des fondations dont la mission est reliée à la préservation de l’environnement.

L’athlète a aussi annoncé avoir une entente avec Environnement Canada. Elle bénéficiera d’informations concernant entre autres les courants. En retour, Environnement Canada recueillera différentes données réelles en milieu marin.

150 jours

Heidi Levasseur s’attend à nager environ 150 jours avec l’objectif de franchir entre 20 et 25 km par jour. Depuis Noël, elle a accentué son rythme d’entraînement. Elle nage entre 25 et 40 km par semaine. Cela s’ajoute aux séances en gymnase pour l’aspect musculaire et à de la course à pied.

«J’ai plus de 2500 km accumulés. Je sais doser mon entraînement», raconte celle qui a notamment franchi la distance entre Québec et Matane (2011), entre Montréal et Québec (2010) et entre La Tuque et Trois-Rivières (2009 et 2010).

Nager en eau salée représente aussi un défi. Heidi Levasseur portera une combinaison qui servira à la protéger de blessures cutanées qui seraient plus difficiles à guérir en eau salée. De plus, elle a prévu se munir d’un bracelet anti-requin.

Heidi Levasseur vise à devenir la première femme à traverser à la nage l’océan Atlantique. Pour y parvenir, quelques activités de financement seront organisées au fil des prochains mois. Une soirée-bénéfice sera présentée le 23 mai au salon Wabasso du Trou du diable de Shawinigan.

La microbrasserie shawiniganaise figure parmi les entreprises qui soutiennent la nageuse.

«Au Trou du diable, on est des rêveurs. Si on peut la supporter pour réaliser son rêve, on va le faire», commente Franck Chaumanet, chef cuisinier de l’établissement, qui salue l’audace, la détermination et l’humilité de Heidi Levasseur.