L'Arkema au départ de Québec, dimanche. Le trimaran a été le premier voilier de la Transat à franchir la bouée de Rimouski, lundi vers 14h.

Transat Québec-Saint-Malo: rude bataille en tête de la classe 40

Après avoir passé la bouée de Matane en tête au coucher du soleil, empochant les 4000 $ en jeu, Thibault Vauchel-Camus ne pouvait pas modérer la cadence de son voilier Solidaires en peloton-Arsep, lundi soir. Pas moins de cinq autres monocoques de classe 40 pieds le talonnaient à deux kilomètres ou moins.
En cette deuxième journée de la neuvième Transat Québec-Saint-Malo, la lutte a été très chaude en tête de la catégorie de loin la plus populeuse de la plus ancienne traversée transatlantique à la voile d'ouest en est. Dans le peloton de tête de la classe 40, le Français Vauchel-Camus a été le seul à mener son embarcation au sud de l'île du Bic, tout près de la côte sud du fleuve Saint-Laurent, à l'approche de Rimouski.
Un pari payant, littéralement avec la bourse gagnée à Matane. Mais encore lundi soir, ils étaient 12 bateaux de la classe 40 à naviguer dans un intervalle d'environ six milles nautiques, soit une douzaine de kilomètres. L'Imerys du Britannique Phil Sharp, le Black Pepper-Les P'tits Doudous du skip français Armel Tripon et l'équipage allemand, ainsi que l'espagnol Tales 2 de Gonzalo Botin avançaient encore à moins de deux kilomètres derrière Solidaires.
<p>Le voilier<i> Solidaires en peloton-Arsep</i>, à Québec, le 10 juillet</p>
Bien sûr, ils sont loin derrière trois des quatre multicoques de 50 pieds qui amorçaient déjà à ce moment le contour de la pointe gaspésienne. En début d'après-midi, l'Arkema du skip Lalou Roucayrol a été le premier à contourner la bouée de Rimouski, payante pour les mutli50. En soirée, le Ciela Village conduit par Thierry Bouchard suivait encore dans le sillage de l'Arkema, à une vingtaine de kilomètres.
Échoué à l'île d'Orléans dimanche à peine trois heures après le départ, l'Obportus 3 skippé par Olivier Roussey est reparti de Québec, lundi vers 16h, malgré 27 heures et quelque 300 km de retard.
Ajoutons que le départ du bassin Louise des ultimes Spindrift 2 et Musandam-Oman Sail a été fixé mercredi, à 16h. Les 24 autres embarcations déjà en route n'auront pas trop de 75 heures d'avance contre ces deux géants des mers.