Le Tales 2 du skip espagnol Gonzalo Botin détient un coussin d'une soixantaine de kilomètres en tête, mais un sérieux ralentissement est à prévoir après les grands vents de l'Atlantique.

Transat: dernier sprint tout en lenteur

Le sprint final de la 9e Transat Québec-Saint-Malo s'amorce jeudi midi avec l'arrivée dans l'embouchure de La Manche des meneurs des monocoques de 40 pieds. Le Tales 2 du skip espagnol Gonzalo Botin détient un coussin d'une soixantaine de kilomètres en tête, mais un sérieux ralentissement est à prévoir après les grands vents de l'Atlantique.
«Ça y est, le vent molli comme prévu en Manche. La traversée de l'Atlantique a été rapide. On est resté en tête tout le temps et c'est une belle satisfaction. Le bateau va bien. On a pu faire un peu le trou, mais je ne sais pas si ce sera suffisant», a commenté Botin, dont les propos ont été relayés par l'organisation.
«Il n'y a pas beaucoup de vent en Manche et si nous sommes arrêtés plus de trois heures, ils vont vite revenir sur nous. À ce moment précis, rien n'est vraiment fait. Tout peut encore arriver. En tous les cas, c'est une course passionnante à vivre», a poursuivi celui qui sait pertinemment que ses adversaires sont loin d'avoir baissé les bras.
Avec moins de 90 milles nautiques (166 km) à parcourir jusqu'au fil d'arrivée de Saint-Malo, le Tales 2 est suivi par trois embarcations françaises : Solidaires en peloton-ARSEP (à 55 km), Earendil (à 65 km) et Générali-Horizon Mixité (à 78 km).
8 en bonne position
En fait, ils sont encore 8 des 19 concurrents de la Class40 à pouvoir espérer un bon classement final, se trouvant dans un rayon d'une centaine de kilomètres à l'entrée de La Manche. Dont les audacieux Cora Moustache solidaire et V and B, qui tentent une voie plus au sud que les six autres.
Notons que le Tales 2 de Botin est sur le point de rattraper le dernier trimaran toujours en mer, l'Olmix du Français Pierre Antoine. Les trois autres Multi50 et les deux Ultimes ont déjà rallié l'arrivée.
À 13 h jeudi, les bateaux participants à la plus ancienne course transatlantique d'ouest en est auront quitté Québec depuis exactement 11 jours, soit 264 heures. Le gagnant de la Class40 est attendu sous les remparts de Saint-Malo vendredi, en fin d'après-midi à l'heure de la France.