Avant l'Omnium de Miami, John Isner n'avait remporté que deux victoires en 2018 puis, le vent a tourné, lui qui est maintenant qualifié pour le carré d'as en Floride.

Tout a changé en une semaine pour John Isner

MIAMI — L’Américain John Isner, armé de son service surpuissant, a balayé le Sud-Coréen Chung Hyeon en quarts de finale à Miami, mercredi, et peut viser à 32 ans son premier sacre dans un tournoi Masters 1000.

En l’espace d’une semaine, la saison d’Isner a changé du tout au tout. Avant son arrivée à Key Biscayne, il n’avait remporté que deux matchs en 2018 et avait été éliminé dès son entrée en lice aux Internationaux d’Australie, à Acapulco ou à Indian Wells.

À Miami, l’Américain de 6’10” a enchaîné quatre victoires sans perdre un seul set, en faisant mordre la poussière à deux gros «clients», le Croate Marin Cilic (3e joueur mondial) en huitièmes de finale, et Chung (23e) mercredi. Le Sud-Coréen, révélé au grand public par son épopée lors des Internationaux d’Australie où il s’était hissé dans le dernier carré, a été étouffé par Isner et s’est incliné 6-1, 6-4 en un peu plus d’une heure de jeu.

«Face à un tel service, c’est très difficile et je lui ai donné des points faciles», a constaté Chung. Isner a frôlé lui la perfection avec ses 13 aces et 97 % de points gagnés sur ses premières balles de service.

Un sacré défi

La seule balle de bris pour Chung, Isner l’a repoussée sans trembler avec un service gagnant. «J’ai très bien joué durant ce match, je progresse à chaque match, c’est bon signe pour la suite, les conditions sont parfaites pour moi», a-t-il expliqué.

«Les courts ne sont pas trop rapides, les balles rebondissent bien, c’est exactement ce qu’il me faut», a souligné le 17e joueur mondial, qui va redevenir numéro un américain et entrer dans le top 10 mondial, lundi.

Pour viser sa première victoire en Masters 1000 après trois échecs en finale (Paris-Bercy en 2016, Cincinnati en 2013 et Indian Wells en 2012), Isner a encore un sacré défi à relever. Il sera opposé en demi-finales à l’Argentin Juan Martin del Potro (6e), vainqueur coup sur coup à Acapulco et Indian Wells, ou au Canadien Milos Raonic (25e), proche de son meilleur niveau après une saison 2017 cauchemardesque, qui s’affrontaient tard mercredi soir.