Le Québécois a pris la mesure du Français Pierre-Hugues Herbert 6-0, 6-7 (6) et 7-6 (9) au deuxième tour jeudi.

Tournoi en salle de Marseille: Auger-Aliassime en quarts, non sans peine

MARSEILLE, France — Cette fois-ci, Félix Auger-Aliassime a commencé son match sur les chapeaux de roue. Sauf qu’il n’a pu maintenir le rythme, et a même dû s’accrocher, avant de se qualifier pour les quarts de finale du tournoi en salle de Marseille.

Le Québécois, septième tête de série, a pris la mesure du Français Pierre-Hugues Herbert 6-0, 6-7 (6) et 7-6 (9) au deuxième tour jeudi, mettant ainsi la table pour un duel contre le vainqueur du match entre le Belge David Goffin, troisième tête de série, et le qualifié Egor Gerasimov, du Bélarus.

La veille, Auger-Aliassime avait effacé un déficit d’un set en travaillant d’arrache-pied pour venir à bout de l’Italien Stefano Travaglia 6-7 (3), 7-6 (6) et 6-3. Cette fois-ci, c’est tout le contraire qui s’est produit.

Le tennisman âgé de 19 ans n’a fait qu’une bouchée de Herbert au premier set, le scellant après seulement 27 minutes de jeu. Sauf que ça s’est gâté par la suite. Auger-Aliassime a tenté de poursuivre sa lancée en deuxième manche, mais son adversaire, 79e joueur mondial, lui a donné beaucoup plus de fil à retordre. Le 18e joueur mondial s’est défendu du mieux qu’il a pu, avant de concéder la deuxième manche au bris d’égalité.

Le même scénario s’est reproduit au troisième set, avant qu’Auger-Aliassime fasse preuve de résilience — surtout au bris d’égalité ultime — pour sceller l’issue de la rencontre en deux heures et 40 minutes.

Shapovalov se relance

Un peu plus tôt jeudi, le Canadien Denis Shapovalov a mis un terme à une séquence de quatre défaites en disposant du Croate Marin Cilic 6-4, 4-6 et 6-2 au deuxième tour.

Shapovalov, la quatrième tête de série, avait reçu un laissez-passer pour le deuxième tour avant d’évincer Cilic, 39e raquette mondiale, en un peu moins de deux heures de jeu.

Shapovalov, qui est classé 15e au monde, a décoché 17 as et n’a commis que deux doubles fautes. L’Ontarien, originaire de Richmond Hill, a également préservé six des sept balles de bris offertes à son adversaire.

Il affrontera en quarts de finale le Kazakh Alexander Bublik, 55e joueur mondial.

Par ailleurs, Vasek Pospisil et son partenaire de jeu Nicolas Mahut ont atteint le carré d’as du double masculin.

Pospisil et Mahut ont défait le Français Édouard Roger-Vasselin et l’Autrichien Jürgen Melzer 6-3, 6-4 jeudi. Le duo franco-canadien aura rendez-vous samedi avec les Allemands Kevin Krawietz et Andreas Mies, favoris du double.

Entre-temps, le Vancouvérois croisera le fer avec la deuxième tête de série, le Grec Stefanos Tsitsipas, en quarts de finale du tournoi de simple vendredi. S’il l’emporte, Pospisil pourrait alors devoir affronter Shapovalov en demi-finales.

Shapovalov, qui est âgé de 20 ans, a grimpé jusqu’au 13e échelon mondial le mois dernier, avant d’encaisser une défaite au premier tour des Internationaux d’Australie, le premier tournoi du Grand Chelem de la saison.

+

PAS DE ROLAND-GARROS POUR FEDERER, QUI EST PASSÉ SOUS LE BISTOURI

PARIS — Roland-Garros se jouera sans Roger Federer : le Suisse aux vingt trophées en Grand Chelem a été opéré du genou droit mercredi et ne prévoit un retour sur les courts qu’après le tournoi parisien, lors de la saison sur herbe.

«Je ressentais une gêne au genou droit depuis un petit moment. J’espérais qu’elle disparaisse, mais après avoir consulté et avoir discuté avec mon équipe, j’ai décidé de subir une arthroscopie hier [mercredi] en Suisse», écrit Federer sur les réseaux sociaux jeudi.

«Par conséquent, je vais manquer Dubaï, Indian Wells, Miami et Roland-Garros», poursuit l’ex-numéro un mondial, actuellement troisième, avant de se dire «impatient de rejouer» et de donner rendez-vous pour la saison sur gazon.

S’il revient sur le circuit au moment de la saison sur herbe, comme il l’entend, c’est en juin qu’il devrait renouer avec la compétition. Juste avant Wimbledon (29 juin-12 juillet), son tournoi de coeur. Et à peine plus d’un mois avant les Jeux olympiques de Tokyo (25 juillet-2 août), le dernier grand défi de sa carrière : seul l’or olympique en simple échappe jusque-là à son imposant palmarès.

Le Bâlois de 38 ans a été médaillé d’argent en simple, en 2012 à Londres, et sacré en double, avec Stan Wawrinka, quatre ans plus tôt à Pékin. Il n’a pas participé aux Jeux de Rio en 2016.

En attendant, Roland-Garros (24 mai-7 juin) est lui privé de Federer pour la quatrième fois en cinq ans.

«On est déçus de ne pas revoir Federer à Roland-Garros, on se souvient de son parcours l’année dernière», a réagi Guy Forget, le directeur du tournoi, au micro de France Info. «S’il a pris cette décision, c’est que c’était la plus sage», a-t-il ajouté, reconnaissant quand même que «lorsqu’un joueur comme Roger déclare forfait, c’est toujours embêtant».

En 2019, le champion suisse avait fait son grand retour sur la terre battue parisienne, quatre ans après sa dernière participation et dix ans après son unique sacre. Avec une certaine réussite sportive, puisqu’il s’était hissé jusqu’en demi-finales.

Depuis le début de l’année, Federer n’a disputé qu’un tournoi, les Internationaux d’Australie. Il y a atteint le dernier carré, avant de s’incliner face à Novak Djokovic, futur lauréat de premier Grand Chelem de la saison. AFP