Icône du journalisme du golf, Dan Jenkins, photographié en 2009, est décédé il y a un mois à l’âge de 89 ans. Sa présence à Augusta en 2019 aurait constitué sa 69e participation au Tournoi des Maîtres. Sa passion pour le golf et le sport en général, il l’avait transmise à sa fille Sally, chroniqueuse sportive au Washington Post.

Tournoi des Maîtres: comme le veut la tradition

AUGUSTA — La place de stationnement est vide, le siège H25 est vide. Et sur le bureau trônent une casquette, noire, caractéristique du journaliste, une photo, sa carte d’accréditation du Masters 2019 et une pile de guides concernant les joueurs qui participent au tournoi.

Dan Jenkins, une icône du journalisme de golf, n’est plus. Il est décédé à un mois exactement du début du Tournoi des Maîtres, à l’âge de 89 ans. Ç’aurait été sa 69e participation à l’événement par excellence du monde du golf.

Les traditions étant très importantes pour les dirigeants au club Augusta National, on n’allait certainement pas oublier la contribution d’un Dan Jenkins, qui a longtemps travaillé pour le quotidien de sa ville natale de Fort Worth, puis pour les magazines Sports Illustrated et Golf Digest. Tout en écrivant une vingtaine de livres.

Le Tournoi des Maîtres démontre beaucoup de reconnaissance pour les journalistes assidus. Chaque mois d’avril, quand les scribes se pointent au «palace» de presse, les personnes en charge de l’accueil les reçoivent avec un plaisir non feint.

La tradition est tout aussi présente pour les joueurs, toujours bienvenus. Que l’on pense aux coups de départ protocolaires lors de l’ouverture du Tournoi, le jeudi matin, où les amateurs pouvaient renouer avec d’anciens champions comme Gene Sarrazen, Sam Snead, Byron Nelson, Ken Venturi, Jack Hutchison, Fred McLeod, Arnold Palmer, Jack Nicklaus et Gary Player.

Les traditions sont aussi présentes dans les concessions de restauration et de souvenirs où les prix demeurent très abordables, depuis les tout débuts.

Parlant de tradition, les journalistes qui ont plus d’une vingtaine de présences à Augusta se souviennent très bien de la salle de presse en forme de hutte qui leur servait de point d’ancrage, où le crépitement des lourdes machines à écrire emplissait les oreilles et où l’omniprésente fumée des cigarettes, cigares et pipes formait un nuage perpétuel. Pour préserver le souvenir, la salle à manger du nouveau centre de presse est une réplique de la hutte.

235 tournois majeurs

Dan Jenkins avait un style parfois incisif et il ne se gênait pas pour émettre des opinions très franches. Comme la fois où, répondant à une question, il avait dit qu’il ne couvrait pas de tournois autres que les majeurs parce qu’il ne voulait pas s’endormir. D’un autre côté, il savait faire preuve d’un grand sens de l’humour.

Avec 68 Tournois des Maîtres sous la casquette, et un total de 205 tournois majeurs, Jenkins a eu l’occasion de se faire de bons amis dans le monde du golf.

L’un d’entre eux était nul autre que Ben Hogan qui lui a montré à jouer. Ce qui avait permis au journaliste de devenir un très bon golfeur. Les deux ont développé une amitié sincère et durable et on les retrouvait à quelques occasions pour disputer une ronde de golf.

Dan Jenkins aura connu personnellement presque tous les grands golfeurs du siècle dernier. Il jouissait d’une grande réputation auprès d’eux.

Il aura servi de modèle à plusieurs journalistes aux États-Unis dans les médias traditionnels.

+

LU

Le menu concocté par Patrick Reed, le champion défendant du Tournoi des Maîtres, qui était l’hôte, mardi soir, du dîner des Champions. L’entrée offre le choix entre une salade César et une salade ordinaire. Le plat principal consistait en une pièce de bœuf de style Ribeye alors que les joueurs à l’appétit plus léger pouvaient opter pour de la truite. Le tout accompagné de macaroni-fromage, d’épinards à la crème, d’une crème brûlée au maïs et de brocoli. Le dessert était composé d’un tiramisu, d’une crème brûlée à la vanille et d’un gâteau au fromage. La liste des vins comprenait un Château Montelena 2016, Napa Valley et un Caymus Vineyards 2013, 41anniversaire.  

VU

Eric Mercier, professionnel enseignant au club de golf Hillsdale, en compagnie de son frère André, pour leur première visite au Tournoi des Maîtres. Les deux ont décidé de s’inscrire, au dernier jour, à la loterie pour acheter des billets pour le tournoi. «Trois semaines plus tard, je recevais un courriel du Masters pour me dire que j’avais les quatre billets demandés, pour la journée de mardi», explique le professionnel natif de Sainte-Marie, qui a déjà participé à quelques tournois du Duc de Kent au Royal Québec. Comme pour tous ceux qui gagnent à la loterie, il lui en a coûté 75 $US, pour un billet des rondes de pratique.  

ENTENDU

Les sirènes qui hurlent un peu partout sur le terrain et le haut-parleur dans la salle de presse avertissant que des orages, avec éclairs, sont sur le point d’atteindre la région d’Augusta. C’est le signal pour «inviter», sans faute, les amateurs et les joueurs à quitter le terrain. Toute activité, même les visites aux kiosques de souvenir, est interdite. Jusqu’à ce que le danger soit passé. Les amateurs attendent dans leur auto jusqu’à ce que les portent ouvrent de nouveau. Lundi après-midi, ils n’ont pu revenir alors que mardi matin l’attente a duré plus de deux heures.