Le jour de Noël, le marin français de 48 ans a signé un temps de 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Il a franchi la ligne d'arrivée virtuelle, au large d'Ouessant (France) à 16h57 TMG après avoir parcouru 52 597 km à la vitesse moyenne de 24,09 noeuds (45 km/h).

Tour du monde à la voile: Coville gagne son pari

Moins de 50 jours pour faire le tour de la planète! Thomas Coville, le skipper de Sodebo Ultim', a réussi son pari fou en pulvérisant dimanche le record du tour du monde à la voile en solitaire avec huit jours d'avance sur le temps de référence.
«Vous êtes extrêmement connecté pendant 49 jours avec votre bateau, avec la nature et, d'un seul coup, le rêve de 10 ans de travail arrive. C'est un mélange d'une émotion extrêmement puissante et dense, qui vous monte du fond des tripes», a déclaré Coville quelques heures après son exploit.
Le jour de Noël, le marin français de 48 ans a signé un temps de 49 jours, 3 heures, 7 minutes et 38 secondes. Il a franchi la ligne d'arrivée virtuelle, au large d'Ouessant (France) à 16h57 TMG après avoir parcouru 52 597 km à la vitesse moyenne de 24,09 noeuds (45 km/h).
Coville améliore de 8 jours, 10 heures, 26 minutes et 28 secondes le temps de référence (57 jours et 13 heures) signé en 2008 par son compatriote Francis Joyon sur le multicoque Idec.
Il n'est attendu à terre à Brest que lundi matin, après une dernière nuit «de décompression» à bord de son maxi-trimaran, où l'a rejoint son équipe.
«L'émotion la plus forte que vous pouvez partager avec votre public, c'est le départ et l'arrivée. Je pense qu'on sera à quai demain matin à Brest», a-t-il expliqué.
«Thomas signe un superbe chrono, au terme d'un tour parfaitement négocié. Bravo pour sa performance et pour sa persévérance», a réagi dans un communiqué Francis Joyon, qui tente actuellement de battre le record du tour du monde à la voile en équipage et sans escale.
Deux ans de préparation
La cinquième tentative a été la bonne pour Coville, après deux tours du monde sans record et deux abandons. «J'ai tenté, j'ai échoué, je suis tombé, je me suis relevé, je me suis reconstruit. C'est toute cette histoire humaine pour arriver à concrétiser tous ces efforts qui est valorisante et que je retiendrai; 49 jours, effectivement c'est un très bon temps, mais c'est plus le chemin pour y arriver qui m'émeut et qui est intéressant dans ce grand voyage», a commenté Coville.
Il est le troisième marin a établir un record du tour du monde à la voile, en solitaire, en multicoque et sans escale. Le pionnier a été Francis Joyon (Idec) en 2004. La Britannique Ellen MacArthur (B&Q/Castorama) a abaissé le temps en 2005 avant que Joyon reprenne son record en 2008, finalement effacé par Coville.
Le secret de la réussite époustouflante de Coville? Un bateau puissant (31 m de long pour 21 m de large), équipé de foils - appendices latéraux qui permettent de surélever le bateau et de lui faire gagner de la vitesse - et pour la première fois d'un safran (la partie immergée du gouvernail) avec des plans porteurs, qui stabilisent le bateau.
Des candidats à la succession de Coville se sont déjà fait connaître. François Gabart, vainqueur du Vendée Globe 2012-2013, s'attaquera au record du tour du monde avec son multicoque Macif (30 m) en 2017.