L'Espagnol Alberto Contador (à gauche) et son coéquipier, l'Autrichien Michael Gogl, ont chuté mercredi durant la 11e étape de 203,5 kilomètres du Tour de France, entre Eymet et Pau.

Tour de France: Kittel dépasse son record

Le roi du sprint, l'Allemand Marcel Kittel, a enlevé son cinquième succès et dépassé son record personnel dans le Tour de France, mercredi à Pau, avant l'entrée dans les Pyrénées.
Le Tour s'est offert un nouveau sprint dans cette 11e étape à la veille de l'arrivée sur l'altiport de Peyragudes. Mais il change désormais de braquet et attend le match entre le maillot jaune, le Britannique Chris Froome, et ses rivaux les plus proches, l'Italien Fabio Aru et le Français Romain Bardet.
Si Froome, serein, est passé à travers les gouttes à la veille des Pyrénées, ses deux adversaires ont eu leur lot de mauvaises nouvelles avant l'étape-reine entre Pau et Peyragudes.
Pour Aru, c'est surtout la chute de son lieutenant danois Jakob Fuglsang, l'une des nombreuses qui ont émaillé cette journée dans la plaine du Sud-Ouest. Le récent vainqueur du Dauphiné souffre de deux «très petites fractures» au poignet gauche, mais veut poursuivre la course. Leur coéquipier d'Astana, l'Italien Dario Cataldo, a été pour sa part contraint à l'abandon dans cette chute (poignet lui aussi) survenue dans la zone de ravitaillement.
Pour Bardet, c'est seulement un nuage dans un ciel qui était serein. L'Auvergnat s'est retrouvé à terre lui aussi, à deux reprises. Sans avoir d'autre dommage apparent qu'un choc à un genou. Mais quelle en sera la conséquence?
«Je suis content d'être indemne et d'en finir avec les étapes de plat», a réagi le grimpeur de l'équipe AG2R La Mondiale. «J'espère que ça ira. Il faut courber un peu l'échine et attendre des jours meilleurs.»
Troisième chute d'Alberto Contador
L'Espagnol Alberto Contador, malheureusement habitué aux chutes dans le Tour, a eu sa part de malheur. Au seuil des 20 derniers kilomètres, le double vainqueur de l'épreuve (2007, 2009) a goûté au bitume. Pour la troisième fois depuis le départ du Tour.
Pour échapper au stress du peloton, il fallait partir à l'avant, comme l'ont fait l'Italien Marco Marcato, le Polonais Maciej Bodnar et le Belge Frederik Backaert dès la sortie d'Eymet. Le trio a été contrôlé à distance, à moins de cinq minutes. Bodnar a distancé ensuite ses compagnons à 28 kilomètres de l'arrivée et a résisté longtemps, longtemps. Jusqu'à 250 mètres de la ligne.
Vrai rouleur, le Polonais a donné l'exemple à suivre. Il a aussi redonné le sourire à l'équipe Bora, décapitée après la sortie par la petite porte du champion du monde, le Slovaque Peter Sagan (exclusion), et la chute du grimpeur polonais Rafal Majka (abandon).
À Pau, Kittel a pu s'autoriser à lever le bras bien avant la ligne. Il a devancé de plus d'un demi-vélo le Néerlandais Dylan Groenewegen. À 29 ans, l'Allemand compte désormais 14 étapes du Tour à son compteur. Soit 14 victoires dans les 30 sprints massifs disputés depuis sa première participation en 2012.
Jusqu'à présent, Kittel avait gagné au mieux quatre étapes d'un même Tour, en 2013 et 2014.
S'il continue sur sa lancée, Kittel est en mesure d'égaler le record de victoires d'étape dans un seul Tour (8 succès). Le prochain rendez-vous? Romans-sur-Isère, mardi prochain.
Jeudi, la 12e étape rejoint Peyragudes, après six ascensions et 214,5 kilomètres à partir de Pau.
Froome connaît les lieux. Lors de la première venue du Tour, en 2012, il avait humilié le futur vainqueur de l'épreuve, son coéquipier Bradley Wiggins, en l'attendant ostensiblement à plusieurs reprises. Mais le Britannique, prudent, s'est gardé à l'avance de tout triomphalisme. «Ma priorité principale est de ne pas permettre à qui que ce soit de revenir au classement. Bien sûr, j'aurai un oeil sur Aru, qui est seulement à 18 secondes. Je vais le coller comme de la glu.»