Tom Brady n'est pas encore remis de la défaite d'il y a deux ans face aux Eagles lors le Super Bowl.

Tom Brady a encore sur le coeur la défaite face aux Eagles au Super Bowl

PHILADELPHIE — La défaite d’il y a deux ans aux mains des Eagles de Philadelphie lors du Super Bowl dérange encore Tom Brady, même si les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont rebondi pour signer leur sixième titre de la NFL, la saison dernière.

«Il y a encore beaucoup de cicatrices mentales, a affirmé Brady lors de son apparition hebdomadaire à la radio bostonnaise WEEI. C’était un match difficile. De plusieurs façons, nous avons appris de cette défaite et nous sommes revenus en force l’année suivante. Nous avons gagné le Super Bowl. C’est une question de perspective. Quand tu participes au Super Bowl, tu joues contre de bonnes équipes et tu ne pourras pas toujours l’emporter. Ils méritaient la victoire cette année-là. Les circonstances sont maintenant différentes pour la partie de dimanche.»

Les Eagles (5-4) croiseront le fer avec les Patriots (8-1) dimanche après-midi et pour une première fois depuis que le quart remplaçant Nick Foles a mené la formation de Philadelphie vers un gain de 41-33, le 4 février 2018, pour offrir à l’équipe un premier championnat depuis 1960.

Foles joue maintenant pour les Jaguars de Jacksonville, ce qui veut dire que les Patriots verront pour la première fois le quart Carson Wentz. Wentz se remettait d’une intervention chirurgicale au genou lorsqu’il a vu Foles être nommé le joueur le plus utile du Super Bowl.

«Il peut tout faire. Il a un bon bras, il est athlétique et il peut prolonger les jeux, a exprimé l’entraîneur-chef des Patriots, Bill Belichick, à propos de Wentz. C’est un quart qui peut bien lire les défensives et il a beaucoup de responsabilités sur la ligne de mêlée.»

Les Eagles ont gagné leurs deux dernières parties après avoir encaissé un cuisant revers contre les Cowboys de Dallas. Ils sont d’ailleurs à égalité avec les Cowboys pour le premier rang de la section Est de l’Association Nationale. Les Patriots reviennent quant à eux de leur première défaite de la saison, un revers de 37-20 contre les Ravens.

Les deux formations ont bénéficié de leur semaine de congé, les joueurs sont donc reposés et en meilleure santé.

Comparaison historique

Alors qu’ils occupent le premier rang ou près du premier rang de la NFL dans plusieurs catégories défensives, les Patriots ont attiré les comparaisons avec la défensive des Ravens de Baltimore de 2000.

Cette unité défensive, menée par le secondeur et membre du Temple de la renommée du football Ray Lewis, a limité ses adversaires à une moyenne de seulement 10,3 points par match pendant toute la saison, ce qui constitue un record de la NFL. Les Ravens ont par la suite eu un parcours sans failles en séries pour vaincre les Giants de New York au Super Bowl.

Après neuf matchs cette saison, les Patriots ont alloué en moyenne 10,9 points, tout en accordant le plus bas total de verges par partie (249,3). Ils se retrouvent au premier rang pour les interceptions (19), au deuxième échelon pour les verges allouées par la passe (150,2) et en quatrième place pour les sacs (32).

L’entraîneur-chef des Eagles, Doug Pederson, a joué comme quart avec les Browns de Cleveland lors du deuxième duel de la saison contre les Ravens, en 2000, et il a subi une blessure aux côtes dans un cuisant revers de 44-7. Pederson indique qu’il voyait des similitudes entre les deux défensives.

«Je crois qui saute aux yeux en ce moment, c’est leur différentiel de revirements, a-t-il observé. Le fait qu’ils aient réussi six touchés défensifs cette saison, avec toutes les interceptions et les échappés qu’ils provoquent, c’est un style de défensive qui t’étouffe. Ils n’ont aucun problème à te donner deux, trois ou quatre verges, mais ils sont agressifs.»