Contenu commandité
Golf
Tiger Woods remporte le Tournoi des Maîtres
Partager

Golf

Tiger Woods remporte le Tournoi des Maîtres

AUGUSTA — Après 11 années d’attente, quatre opérations du dos et bien des doutes, Tiger Woods a signé à 43 ans l’un des exploits les plus retentissants de l’histoire du golf, en remportant dimanche le Tournoi des Maîtres, son 15e titre du Grand Chelem.

Comme aux plus belles heures de son incroyable carrière, Woods, habillé de son emblématique polo rouge, a donné le tournis à la planète golf et à ses adversaires pour se rapprocher du record de Jack Nicklaus et ses 18 titres.

À LIRE AUSSI: Les cinq moments spéciaux du Tournoi des Maîtres

La carrière de Tiger Woods en dates

Cinq grands retours du sport

Le «Tigre», deuxième en début de journée à deux coups du leader, l’Italien Francesco Molinari, a écoeuré la concurrence avec trois oiselets entre les trous numéro 13 et 16.

Alors que Molinari coulait en envoyant sa balle dans la pièce d’eau bordant le 15, alors qu’ils étaient un temps cinq à se partager la première place, Woods a sorti le grand jeu au moment le plus important.

Il a pris le large avec une précision diabolique dans son jeu court et au putting, et a transformé le public policé du très sélect club Augusta National en foule vociférante et surexcitée, consciente d’assister à un événement historique.

Après son dernier roulé, synonyme de 15e titre du Grand Chelem et de cinquième sacre à Augusta, Woods a laissé éclater sa joie et a rapidement rejoint ses deux enfants, sa mère et sa compagne, tous habillés de rouge.

«C’est comme si la boucle était bouclée», a-t-il expliqué, encore sous le choc de sa victoire, sa première dans un tournoi majeur depuis l’Omnium des États-Unis en 2008.

«C’est spécial, il a fallu faire preuve de patience lors des dernières années, mais aussi durant ces trois derniers jours», a reconnu celui qui est toujours le joueur de golf le plus célèbre de la planète.

«C’est clairement l’une des victoires qui a été la plus dure à aller chercher après tout ce qu’il s’est passé ces dernières années. Regagner ce titre, 22 ans après mon premier sacre ici, c’est surréaliste, je ne peux pas être plus heureux, je n’ai pas de mots pour décrire ce que je ressens», a-t-il reconnu.

Golf

Les cinq moments spéciaux du Tournoi des Maîtres

AUGUSTA – Le Tournoi des Maîtres offre toujours des moments spéciaux et le 83e ne fait pas exception à la règle. Nous en avons retenu cinq.

Tiger Woods

Quatorze ans. C’est le nombre d’années que Tiger Woods a dû attendre pour revêtir son cinquième veston vert, remis au vainqueur du Tournoi des Maîtres. Quatorze longues années parsemées d’épreuves autant personnelles que physiques. On sentait que son jeu revenait à un niveau qu’il avait dans ses meilleures années et ses efforts pour retrouver sa touche magique ont culminé avec cette victoire. Il tirait de l’arrière par deux coups quand il a amorcé la ronde finale et petit à petit, en faisant preuve de patience, et aussi en profitant des erreurs des autres joueurs, il a pu savourer son triomphe devant ses deux enfants, sa conjointe et sa mère.

Plein d'action

La dernière ronde du Masters est toujours des plus excitantes et ce le fut encore plus cette année tellement il y a eu de changements au tableau des meneurs. On surveillait bien sûr le trio des meneurs avec Woods, Molinari et Finau mais les charges venaient aussi d’autres joueurs. À un moment donné ce fut Xander Schauffele, Brooks Koepka, Webb Simpson, Jason Day, Jon Rahm, Rickie Fowler, Patrick Cantlay et Dustin Johnson qui ont montré des dents et se sont approchés de la tête ou même ont été comeneurs. L’excitation était vraiment à son comble chez les amateurs qui ont afflué encore en grand nombre malgré les modifications à l’horaire de crainte que de violents orages prévus en après-midi ne viennent troubler le spectacle.

Francesco Molinari

Meneur pour amorcer la quatrième ronde, Francesco Molinari roulait sur une longue séquence de trous sans commettre de bogey. En fait il n’en avait commis qu’un seul, au 11e trou de la première ronde. Il a tenu le coup pendant les 49 trous suivants. Jusqu’au 7e trou du parcours final. Après il a ajouté deux bogeys doubles aux 12e et 15e trous, en expédiant des balles à l’eau sur des coups normalement faciles. Le double bogey à la normale 3 du 12e trou lui a été fatale.

Golf

Tiger Woods: «Comme si la boucle était bouclée»

AUGUSTA — L’Américain Tiger Woods a remporté à 43 ans le Tournoi des Maîtres 2019, son 15e titre du Grand Chelem, vingt-deux ans après son premier succès dans un tournoi majeur, déjà à Augusta : «C’est comme si la boucle était bouclée», s’est réjoui le «Tigre».

Q  Que ressentez-vous après ce premier titre en Grand Chelem depuis l’Omnium des États-Unis 2008?

R  C’est tout simplement surréaliste, pour être tout à fait honnête. Quand je pense à l’importance que ce tournoi a pour moi... C’était mon premier tournoi du Grand Chelem en 1995, j’étais encore amateur, j’y ai signé ma première victoire en Grand Chelem en 1997 et, 22 ans plus tard, je le regagne à nouveau. C’est comme si la boucle était bouclée. Il aurait pu se passer tellement de choses durant les neuf derniers trous de ce quatrième tour. Il y avait tellement de joueurs qui auraient pu gagner. Il y avait un embouteillage en tête et tout le monde jouait bien. On ne pouvait pas rêver d’un final plus serré, je sais pourquoi je perds mes cheveux (rires) car c’était vraiment dur. Remporter ce titre, après tout ce que j’ai vécu, c’est vraiment fort pour moi et ma famille, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais.

Q  Ce succès est déjà présenté comme l’un des retours les plus retentissants de l’histoire du sport, avez-vous douté entre 2014 et 2017 lorsque des douleurs au dos vous empêchaient de jouer?

R  J’ai vraiment douté que je pourrais revenir il y a deux-trois ans. Je ne pouvais plus marcher, je ne pouvais plus rester assis ou allongé, je ne pouvais plus rien faire. Mais, heureusement, j’ai eu cette opération [arthrodèse, fusion de vertèbres en 2017] et cela m’a redonné une chance d’avoir une vie normale. Et tout à coup, je me suis aussi rendu compte que je pouvais à nouveau jouer au golf. J’ai eu le sentiment que je pouvais remettre toutes les pièces du puzzle en place pour pouvoir bien jouer et même gagner. Mon corps n’est plus le même qu’il y a quelques années, mais j’ai toujours de bonnes mains [...]. Cette victoire est peut-être l’une des plus belles à cause de tout ce qui s’est passé avant.

Q  Avant ce Tournoi des Maîtres, vos résultats cette saison étaient mitigés (15e du Genesis Open, 20e du Championnat des joueurs, 5e du Championnat du monde de match play), que s’est-il passé cette semaine?

R  Je me suis senti prêt en arrivant ici. Mes résultats de la saison ne reflétaient pas ce que je ressentais sur les parcours. Je sentais que je commençais à frapper la balle comme je savais le faire. Ma préparation pour ce Tournoi des Maîtres a débuté il y a six mois. J’ai tout fait pour être au sommet de ma forme cette semaine et j’ai réussi, ce qui est génial. Il y a tout plein de petites choses que j’ai bien fait durant cette semaine.

Q  Avec 15 victoires en Grand Chelem, vous vous êtes rapprochés du record de Jack Nicklaus (18 titres majeurs) : est-ce à nouveau un objectif?

R  Honnêtement, je n’y ai pas encore pensé une seule seconde. Je suis sûr que cela viendra plus tard. Ou pas. Mais pour le moment, c’est trop tôt et je suis tellement heureux d’avoir ce 15e titre.

Sports

Cinq grands retours du sport

LOS ANGELES — L’Américain Tiger Woods a réussi un retour au premier plan spectaculaire après une blessure de près de deux ans en remportant dimanche le Tournoi des Maîtres, son quinzième succès en Grand Chelem onze ans après sa victoire à l’Omnium des États-Unis en 2008. Cinq autres grands athlètes avaient effectué un retour réussi après une blessure ou une défaite.

Greg LeMond 

La légende du cyclisme américain a frôlé la mort à la suite d’un accident de chasse en Californie en 1987. Le vainqueur en titre du Tour de France (1986) avait été touché par plus de 60 plombs sur un coup de fusil tiré par son beau-frère. Transporté par avion à l’hôpital, le coureur avait perdu beaucoup de sang. Cet accident l’avait empêché de participer aux deux éditions suivantes du Tour de France. Mais il était revenu en 1989, remportant la Grande Boucle dans un final mémorable avec huit secondes d’avance sur le porteur du maillot jaune au départ de cet ultime contre-la-montre individuel, le Français Laurent Fignon.

Niki Lauda 

Le pilote autrichien, alors en passe de remporter un deuxième titre de champion du monde de Formule 1, a été victime d’un grave accident sur le circuit allemand du Nürburgring en 1976. À la sortie d’un virage, sa Ferrari est allée percuter le rail de sécurité avant de s’embraser. Coincé dans l’habitacle avant d’être secouru, Lauda a souffert de graves brûlures. De façon incroyable, il a repris la compétition 43 jours plus tard lors du Grand Prix d’Italie. Il remportera deux nouveaux titres de champion du monde avant de se retirer définitivement des circuits.

George Foreman 

Le poids lourd américain avait peu à peu sombré dans l’oubli à la suite de sa mémorable défaite par K.-O. à la huitième reprise face à Mohamed Ali, le 30 octobre 1974 à Kinshasa, lors du célèbre «Rumble in the jungle» (Combat dans la jungle). Après ce revers, Foreman avait combattu à six autres reprises avant de se retirer en 1977 après une nouvelle défaite (aux points) contre Jimmy Young. Mais en 1987, il a stupéfait le monde de la boxe en remontant sur le ring à l’âge de 40 ans, se contentant toutefois de combats discrets dans une catégorie à l’époque dominée par Mike Tyson. Puis il a échoué à sa première tentative de reconquérir un titre mondial, battu par Evander Holyfield aux points en 1991. Pourtant, trois ans plus tard, Foreman était de retour au sommet mondial, battant Michael Moorer (de 18 ans son cadet) par K.-O. à la 10e reprise le 5 novembre 1994. Foreman retrouvait un titre mondial 20 ans après l’avoir abandonné, devenant à 45 ans le plus vieux champion du monde des poids lourds de l’histoire.

Monica Seles 

Au début des années 90, la Yougoslave Monica Seles (naturalisée américaine en 1994) semblait devoir dominer le tennis féminin après être devenue la plus jeune N.1 mondiale de l’histoire en 1991, avant de remporter trois titres en Grand Chelem en 1992 (Melbourne, Roland-Garros, Omnium des États-Unis). En 1993, alors qu’elle semblait bien partie pour dominer de nouveau après une première victoire à l’Omnium d’Australie, elle était victime d’une agression au couteau par un spectateur au cours d’un match à Hambourg. Bien qu’elle se soit vite remise de ses blessures, Seles n’a pas joué pendant les deux années suivantes. Elle est finalement revenue en 1995, et a remporté en 1996 son 10et dernier titre en Grand Chelem, à l’Omnium d’Australie.

Mohamed Ali 

Après avoir refusé d’intégrer l’armée américaine en 1966, le champion du monde des poids lourds a été empêché de boxer pendant trois ans entre 1967 et 1970, personne ne voulant lui accorder une licence. De retour, il a concédé la première défaite de sa carrière en 1971, battu aux points par Joe Frazier lors du combat du siècle. En 1974, alors qu’on ne lui donnait aucune chance, Ali récupérait sa couronne mondiale en battant George Foreman par K.-O. à la huitième reprise lors du célèbre «Rumble in the jungle» (Combat dans la jungle) de Kinshasa, à l’âge de 32 ans.

Golf

La carrière de Tiger Woods en dates

AUGUSTA — Les principales dates de la carrière de Tiger Woods, après sa victoire dimanche au Masters d’Augusta de golf, le 15e titre de sa carrière en Grand Chelem, après 11 années de disette dans les tournois majeurs
  • août 1996: devient professionnel à 20 ans et termine sa première saison avec deux titres PGA et le trophée de «recrue de l’année».
  • 13 avril 1997: remporte le Tournoi des Maîtres, son premier titre du Grand Chelem, à 21 ans, un record de précocité pour un vainqueur de l’épreuve. Deux mois plus tard, il devient N.1 mondial pour la première fois.
  • 18 juin 2000: remporte l’Omnium des États-Unis avec quinze coups d’avance sur son premier poursuivant, un record, et boucle le mois suivant le Grand Chelem en s’adjugeant l'Omnium britannique, le seul rendez-vous majeur qui manquait encore à son palmarès.
  • septembre 2004: est délogé de la première place mondiale par le Fidjien Vijay Singh après 264 semaines consécutives au sommet du classement.
  • 3 mai 2006: décès de son père et mentor, Earl, à l’âge de 74 ans, ce qui ne l’empêche pas un mois plus tard de remporter l'Omnium britannique pour la troisième fois, son 11e titre du Grand Chelem.
  • 16 juin 2008: bat son compatriote Rocco Mediate en barrages pour s’adjuger l’Omnium des États-Unis 2008, son 14e et dernier titre du Grand Chelem jusqu’à ce dimanche. Il s’impose en étant blessé à un genou et doit être opéré dans la foulée, avant de mettre fin à sa saison.
  • novembre 2009: dans l’œil du cyclone après les révélations sur ses infidélités et son accident de voiture provoqué par sa future ex-femme qui le pourchassait avec un bâton de golf. Décide de faire une pause pour une durée indéterminée pour «remettre de l’ordre dans sa vie».
  • mars 2013: repasse à la première place mondiale après sa 8e victoire dans le Arnold Palmer Invitational, l’un de ses six titres de l’année.
  • 4 août 2013: remporte le Bridgestone Invitational, avec sept coups d’avance, son 79e titre PGA, ce qui en fait le deuxième joueur le plus titré de l’histoire à trois longueurs de son compatriote Sam Snead (82).
  • mars 2014: se blesse durant la Classique Honda et se fait opérer du dos pour la première fois.
  • avril 2017: quatrième opération du dos, puis un mois plus tard, est arrêté endormi au volant sous l’influence de médicaments et d’antidépresseurs. Alors qu’il n’a disputé que quatre épreuves en 2016 et 2017, il sombre au-delà de la 1100e place au classement mondial.
  • 12 août 2018: termine 2e du Championnat PGA, son meilleur résultat dans un tournoi du Grand Chelem depuis 2009. En juillet, il était passé brièvement en tête de l'Omnium britannique lors du quatrième tour, avant de finir 6e. Alors qu’il avait débuté 2018 à la 656e place mondiale, il remonte en septembre au 21e rang, son meilleur classement depuis 2013.
  • 4 septembre 2018: sélectionné pour la première fois depuis 2012 pour la Coupe Ryder. Mais l’expérience tournera au calvaire fin septembre en France avec quatre défaites en quatre matchs qui plombent les États-Unis, surclassés par l’Europe.
  • 23 septembre 2018: remporte le Championnat du Tour, son premier succès sur le circuit PGA depuis août 2013, le 80e de sa carrière, à deux longueurs du record de son compatriote Sam Snead.
  • 14 avril 2019: remporte le Tournoi des Maîtres, 22 ans après son premier succès en Grand Chelem et onze ans après sa dernière victoire dans un tournoi majeur. Avec ce 15e titre en Grand Chelem - le 81e sur le circuit PGA -, il se rapproche du record de Jack Nicklaus et ses 18 titres du Grand Chelem.

Golf

Les réactions à la victoire de Tiger Woods

LOS ANGELES — Principales réactions aux États-Unis à la victoire dimanche de Tiger Woods dans le Tournoi des Maîtres, son premier titre du Grand Chelem depuis onze ans, le 15e de sa carrière:

Jack Nicklaus (vainqueur de 18 titres du Grand Chelem) sur Twitter: «Un grand bravo de ma part. Je suis si heureux pour lui et pour notre sport, c'est tout simplement fantastique».