Takuma Sato célèbre sa victoire à Indianapolis en buvant le traditionnel lait.
Takuma Sato célèbre sa victoire à Indianapolis en buvant le traditionnel lait.

Takuma Sato remporte l’Indianapolis 500 sous un drapeau jaune

Jenna Fryer
Associated Press
INDIANAPOLIS - Takuma Sato a remporté pour la deuxième fois l’Indianapolis 500 lorsqu’il a résisté à une poussée de Scott Dixon avant de franchir l’arrivée sous un drapeau jaune, dimanche.

Les officiels de l’IndyCar ont refusé de sortir le drapeau rouge après que Spencer Pigot eut été victime d’un violent accident alors qu’il ne restait que quelques tours à compléter.

Pigot avait besoin d’aide médicale sur la piste, il y avait beaucoup de débris et il semblait impossible que la course se poursuive sans interruption.

Dixon, le quintuple champion de la série IndyCar, a dominé la course et il a demandé à son équipe si les officiels allaient donner aux pilotes un dernier tour rapide pour rallier le drapeau à damiers.

«Est-ce qu’ils sortent le drapeau rouge? Ils n’ont pas le choix de le faire. Il n’y a aucune chance qu’ils puissent nettoyer tout ça», a mentionné Dixon à son équipe.

Les officiels n’ont cependant pas répondu à son appel, forçant Sato et lui à traverser l’arrivée sous un drapeau jaune. Dixon a mené 111 des 200 tours de l’épreuve.

«C’est difficile à digérer. Nous avons tellement eu une bonne journée, a affirmé Dixon. C’est la première fois que je vois les officiels terminer cette course de cette façon. Je pensais qu’ils allaient sortir le drapeau rouge.»

Sato était devenu le premier Japonais à gagner l’Indy 500, en 2017. Dixon a conclu l’épreuve au deuxième rang et Graham Rahal, le coéquipier de Sato chez Rahal Letterman Lanigan Racing, a complété le podium.

Contrairement à la série NASCAR, qui donne habituellement deux tours rapides aux pilotes lorsqu’un incident vient perturber la fin d’une course, l’IndyCar suit rarement cette procédure. Les officiels ont déjà sorti le drapeau rouge lors de l’Indianapolis 500, en 2014, mais les puristes n’avaient pas apprécié.


« Est-ce qu’ils sortent le drapeau rouge? Ils n’ont pas le choix de le faire. Il n’y a aucune chance qu’ils puissent nettoyer tout ça »
Scott Dixon parlant à son équipe

Cette fois, alors qu’il ne restait que quatre tours à disputer, il n’y avait pas assez de temps pour permettre une bonne relance. Dixon croyait que Sato était sur le point de manquer d’essence.

Rien de tout ça n’a finalement compté alors que Sato a pu faire les tours manquants sans peser à fond sur l’accélérateur.

Le Japonais savait que Dixon ne serait pas facile à battre sous un drapeau vert.

«Je sais que Scott s’en venait rapidement, après le quatrième tournant. J’ai dû lui résister», a-t-il observé.

Célébrations timides

Les célébrations ont été plutôt timides, alors que la distanciation sociale a dû être respectée dans le cercle du vainqueur. La piste accueille habituellement plus de 300 000 spectateurs lors d’une journée de course.

Fernando Alonso, qui tentait de compléter la version motorisée de la Triple couronne, a conclu l’événement en 21e place. Il s’agissait de sa troisième tentative pour gagner l’Indianapolis 500. Alonso retourne en Formule 1 en 2021.