Sylvain St-Laurent
Le Droit
Sylvain St-Laurent
Cale Makar fait partie des finalistes pour le trophée Calder, remis à la recrue de l’année dans la Ligue nationale de hockey.
Cale Makar fait partie des finalistes pour le trophée Calder, remis à la recrue de l’année dans la Ligue nationale de hockey.

L’ère des défenseurs

RUBRIQUE — À TRAVERS LA LNH / La Ligue nationale de hockey a commencé à décerner ses trophées individuels de fin de saison. Un vainqueur est connu chaque soir, dans les émissions d’avant-match, à la télévision.

Elle semble vouloir procéder en «crescendo». Elle se garde les prix les plus prestigieux pour la finale de la coupe Stanley.

On a particulièrement hâte de connaître le résultat du vote du trophée Calder. Il viendra mettre un terme au plus beau débat des derniers mois.

Quinn Hughes ou Cale Makar?

On savait que les deux jeunes défenseurs étaient bons. On ne savait pas à quel point ils étaient bons.

Ils ont obtenu des statistiques fort semblables, en tant que recrues. Hughes a obtenu trois points de plus, mais il a joué 11 matches supplémentaires.

Makar a conservé un différentiel positif, alors que Hughes a terminé la saison dans le rouge.

Hughes a été davantage utilisé que Makar à forces égales.

Quinn Hughes

Les chroniqueurs de hockey d’Amérique ont rempli leurs bulletins de vote durant le confinement. Il n’aurait pas été plus facile de choisir un vainqueur, si le scrutin avait eu lieu au terme des séries éliminatoires.

Les deux ont produit à un rythme d’un point par match, sous la bulle!

Le troisième finaliste pour le trophée Calder est un attaquant. Difficile d’ignorer ou d’écarter Dominik Kubalik, marqueur de 30 buts à Chicago.

Dominik Kubalik

Les scribes auraient quand même pu choisir un troisième défenseur. Sans être aussi dominant que Quinn ou Makar, Adam Fox vient de connaître une saison plus qu’intéressante avec les Rangers de New York.

Les trois arrivent en même temps et ce n’est peut-être pas le fruit du hasard.

Fox, Hughes et Makar appartiennent à une nouvelle génération de défenseurs. Rasmus Dahlin, Tony DeAngelo et Thomas Chabot aussi. On doit ajouter à ce groupe Miro Heiskanen. Il a connu une saison régulière discrète, mais il fait partie des plus sérieux aspirants au trophée Conn-Smythe, pour son rendement en séries éliminatoires.

Nathan MacKinnon a fait tout ce qu’il a pu pour soutenir son jeune coéquipier, plus tôt, cet hiver.

«Il est déjà un des meilleurs joueurs avec qui j’ai eu le bonheur de jouer», a-t-il déclaré alors que Makar n’avait qu’une vingtaine de parties derrière la cravate.

L’ancien capitaine des Sénateurs d’Ottawa, Erik Karlsson, s’est retrouvé au coeur d’une petite révolution, il y a une dizaine d’années.

Le frêle défenseur suédois était si habile à relancer l’attaque que toutes les équipes se sont mises à chercher un joueur aux qualités similaires.

Les entraîneurs, à tous les niveaux, ont accordé plus d’importance au jeu de transition.

Fox, Hughes et Makar n’étaient que des enfants, à l’époque. Ils ont grandi dans un monde où ils ont été capables de bien développer leurs talents.

Aujourd’hui, les résultats sont probants.

«Quand on le regarde transporter la rondelle d’un bout à l’autre de la patinoire, on le regarde depuis le banc des joueurs et on n’en revient pas. On essaie de l’imiter durant nos séances d’entraînement. Personne n’est capable», a déclaré un des coéquipiers de Hughes, Oscar Fantenberg, plus tôt cet été.

Et il n’a que 20 ans.

Heiskanen, lui, a célébré son 21e anniversaire de naissance durant l’été.

Miro Heiskanen

Ses performances durant les séries dépassent sa production offensive.

«Il ne faut pas oublier que nous l’envoyons dans la mêlée contre les meilleurs joueurs adverses. Il n’a que 21 ans. Il va continuer de s’améliorer. Ça prend juste un peu de temps», soutient l’entraîneur-chef intérimaire des Stars de Dallas, Rick Bowness.

Bouleversements chez les bruins?

On avait aussi très hâte de connaître, aussi, le résultat du vote pour le trophée Frank-Selke, puisque deux attaquants francophones figuraient parmi les trois finalistes.

Sean Couturier l’a emporté. Ça signifie que Patrice Bergeron a mordu la poussière.

Sean Couturier

Bergeron voulait faire l’histoire. Il a déjà remporté le titre d’attaquant à caractère défensif par excellence à quatre occasions. Il est le deuxième joueur à le gagner quatre fois. L’autre, c’est le vénérable Bob Gainey.

S’il réussit à remporter un cinquième Selke, d’ici la fin de sa carrière, il établira un nouveau record.

Bergeron doit avoir d’autres sources de préoccupation, ces jours-ci. L’élimination des Bruins a laissé un goût amer dans la bouche des dirigeants de l’organisation.

Patrice Bergeron

Le président Cam Neely a dressé son bilan dans le cadre d’une visioconférence, jeudi.

«Nous avons eu beaucoup de conversations quand nous étions enfermés sous la bulle. Ça nous a laissé le temps de jaser de hockey.

«Il faut continuer de se demander si nous pouvons gagner une coupe Stanley.»