Avant de penser aux séries, le Lightning de Tampa Bay se concentre sur la fin de la saison régulière.

Le chiffre magique du Lightning

CHRONIQUE / Tout le monde sait que le Lightning forme la meilleure équipe de toute la Ligue nationale de hockey à l’heure actuelle. On ne réalise peut-être pas, toutefois, à quel point l’équipe dirigée par Jon Cooper a connu une saison régulière exceptionnelle.

Un seul chiffre suffit pourtant à tout résumer : 60.

Soixante, comme dans 60 victoires.

Lorsque le Lightning a sauté sur la patinoire du Centre Canadian Tire, lundi soir, il avait pour objectif de remporter un 60e match.

« Ce n’est pas vraiment un sujet de conversation quotidien dans notre vestiaire », disait, avec sa légère nonchalance, le capitaine Steven Stamkos.

« Tant qu’à y être, aussi bien essayer de gagner tous les matches qu’il nous reste à jouer », a-t-il enchaîné.

Son entraîneur Cooper était juste un peu plus enthousiaste.

« Ce n’est pas quelque chose qui se produit souvent, dans le monde du hockey. Il faut saisir l’opportunité tandis qu’elle passe », a-t-il dit.

Pas fou.

Le Canadien de Montréal de 1976-77 est généralement perçu comme la meilleure équipe de hockey de tous les temps. Durant cette saison magique, l’équipe d’étoiles menée par Guy Lafleur a gagné 60 parties.

À Edmonton, Wayne Gretzky s’est retrouvé au cœur d’une des plus belles dynasties de l’histoire de la LNH. La Merveille a soulevé la coupe Stanley quatre fois en cinq ans, au milieu des années 1980. En saison régulière, ses Oilers n’ont cependant jamais gagné plus de 57 matches.

Ces deux glorieuses équipes canadiennes ne jouaient que 80 parties par année, à l’époque.

À l’époque, il y avait également des matches nuls. Ça changeait un peu la donne.

Ça n’enlève quand même rien au Lightning de 2018-19.

Si tout se passe bien, l’équipe terminera la saison avec un différentiel collectif de + 100.

Lundi, les Flames présentaient le deuxième meilleur différentiel collectif de toute la LNH. Ils se situaient à + 61.

Le Lightning a gagné plus de matches que quiconque sur la route. Ils ont entrepris la dernière semaine du calendrier régulier avec le meilleur jeu de puissance et le quatrième meilleur taux de succès en infériorité numérique.

Ce club présentait une fiche de 6-1 en tirs de barrage !

On serait presque portés à croire que les joueurs de Cooper n’ont pas eu à faire face à l’adversité, jusqu’ici.

Ce n’est pas une bonne chose. Personne ne veut affronter l’adversité pour la première fois durant les séries de la coupe Stanley.

C’est pourquoi la blessure subie par Victor Hedman ne tombe pas à un mauvais moment.

Le défenseur numéro un du Lightning est blessé. Il a raté le match de lundi, à Ottawa, et représente un cas douteux pour le reste de la saison régulière.

« Il est le plus récent récipiendaire du trophée Norris. Ça dit pas mal tout ce que vous devez savoir à son sujet. Nous sommes convaincus qu’il est le meilleur défenseur au monde », dit Stamkos, soudainement moins nonchalant.

« On pourrait vous sortir le vieux cliché usé, selon lequel chaque blessure offre une opportunité. La vérité, c’est que nous n’avons personne, dans notre formation, qui peut remplacer Victor », note Cooper.

Le Lightning aimerait resserrer sa défensive avant le début des séries. Si elle parvient à le faire sans son général, elle sera mieux préparée à connaître du succès en jouant du hockey de printemps.

Les Capitals vont se battre

On a déjà remis le trophée du Président au Lightning.

Les Capitals de Washington étaient les visiteurs, à Tampa, lors de cette soirée où Stamkos a mis la patte sur le trophée des champions de la saison régulière dans la LNH.

Les Caps ont gagné le match qui a suivi, 6-3.

Si jamais les deux équipes croisent le fer en séries, Alex Ovechkin et sa bande n’auront aucun complexe !

« Nous avons donné le ton à ce match, dès le départ. Nous avons envoyé un message fort, dès le départ. Nos quatre trios ont vraiment bien joué », a résumé Ovechkin après coup.

Le capitaine a lui-même marqué deux buts, dans cette partie. Il a franchi le plateau des 50 buts. Pour la huitième fois de sa carrière.

Cette victoire a permis aux Caps de bien se positionner pour remporter le championnat de la section Métropolitaine.

Trois décennies plus tard...

On ne remet pas de trophées aux champions des deux Associations de la LNH en saison régulière. Dommage pour les Flames de Calgary, qui termineront la saison au sommet du classement dans l’ouest.

Il s’agit d’une belle réussite pour l’équipe que personne n’attendait au sommet.

Une double réussite, étant donné que les Flames n’avaient pas remporté le championnat de l’Association Ouest depuis 1990 !

« C’est déjà difficile de se qualifier pour les séries. Nous avons accompli quelque chose de spécial. Nous ne l’oublierons jamais », a confié Sean Monahan après le match qui leur a permis de s’assurer du premier rang.

C’est arrivé ce week-end, au SAP Center de San Jose.

« Nous avons connu une bonne saison, mais nous savons que le pire s’en vient », a pour sa part indiqué le capitaine Mark Giordano.

Winnipeg ou Nashville ?

La plus belle « course au championnat » se déroule dans la section Centrale. Les Jets de Winnipeg et les Predators de Nashville ont entrepris la dernière semaine au coude-à-coude.

Les Jets ont le désavantage de jouer leurs quatre derniers matches sur la route.

Les Preds vont jouer les matches numéro 81 et 82 à la maison.