Svein Tuft, de Langley, en Colombie-Britannique, en est à son dernier Tour de Beauce, lui qui est âgé de 41 ans.

Svein Tuft, un dur de dur

Saint-Prosper — À 41 ans, Svein Tuft est encore le meilleur. Ou presque. Parce que vendredi, le plus grand cycliste canadien des années 2000 avait gagné le contre-la-montre du 33e Tour de Beauce. Jusqu’à ce qu’on le relègue deuxième pour une bête erreur de chronométrage.

«Très intéressant...» a-t-il simplement laissé tomber, quand on l’a informé que le chrono électronique qui lui donnait la victoire était faussé. Rebienvenue en Beauce!

Tuft vient de courir son septième Giro d’Italie, tout le mois de mai, avec l’équipe du WorldTour Mitchelton-Scott. Son coéquipier Simon Yates y a porté le maillot rose durant 13 jours et a gagné trois étapes; cinq victoires d’étape pour l’équipe.

Le natif de Langley, en Colombie-Britannique, a 13 grands tours à son actif et presque autant de Tours de Beauce. Il est le dernier Canadien à avoir remporté la plus ancienne course par étapes professionnelle en Amérique du Nord, en 2008.

Pour sa saison d’adieu, il renoue avec ses anciennes amours. Six ans qu’il n’avait pas roulé en Beauce. «Ma femme vient de Montréal et nous avons un garçon de huit mois, alors on avait planifié ce voyage de toute façon», explique-t-il.

«Et je parle souvent avec Kevin [Field, directeur sportif de l’équipe canadienne], il essayait de me convaincre depuis un moment. Comme c’est ma dernière année, c’était le bon moment de revenir rouler avec les jeunes», affirme celui qui tentera de plus de décrocher un 11e titre de champion canadien du contre-la-montre jeudi prochain, à Saguenay.

Car le chrono solo, ça le connaît. Tuft a été champion panaméricain et huitième aux Jeux olympiques en 2008, vice-champion du monde (2013) et membre de l’équipe gagnante du contre-la-montre par équipe du Tour de France (2013) et du Giro d’Italie (2014). En 2013, il avait aussi fini sixième du contre-la-montre individuel de la Grande Boucle.

Alors quand on lui a annoncé que ses 23:53 électroniques sur le trajet de 19,4 km à Saint-Prosper s’étaient transformées en 24:05 manuelles — 12 secondes de plus! —, Tuft l’a avalé de travers.

Il voyait tout d’un coup Serghei Tvetcov le devancer par 15 secondes pour la victoire d’étape et s’emparer du jaune, maillot du meneur que le Roumain obtenait de toute façon. Dans la confusion, Tvetcov a gagné trois secondes. Le jeune Québécois Adam Roberge a fini troisième.

Une étape qui ne bouscule rien 

Dans la courte étape de 78 km en soirée, la victoire du plus jeune des frères Easter, Griffin, n’a rien bouleversé au classement général. Tvetcov y pointe toujours en tête et Tuft au 11e rang.

Considérant que Ryder Hesjedal, vainqueur du Giro en 2012, a avoué s’être déjà dopé, Tuft demeure le Canadien ayant connu le plus de succès dans le cyclisme international ces 20 dernières années.

Ce qui n’empêche pas ce petit-fils d’un fondeur norvégien qui a pris part aux Jeux olympiques de 1936 de savoir d’où il vient.

«Les courses en Europe, c’est juste différent. Le niveau des étapes et des coureurs ici est très élevé. Il n’est pas question pour moi de dire “j’aurais pu aller plus vite”. Chaque étape, je fais juste de mon mieux pour me rendre à l’arrivée.» Dénicher un job sur le WorldTour, «c’est une question d’occasions, de chances, de contacts», assure Tuft.

Tvetcov, 29 ans, vient de gagner le Tour de Corée, épreuve sur cinq jours comme en Beauce. Cinquième l’an dernier au contre-la-montre en Beauce malgré une crevaison, son objectif était clair en se levant vendredi matin. S’agit maintenant de s’accrocher au maillot jaune jusqu’à dimanche après-midi, lui qui dit compter sur «l’équipe la plus forte» en United Healthcare.

Même credo chez Silber et Roberge. Le cycliste de 21 ans de Prévost ne devait pas participer au Tour et le voilà en lutte pour le podium final. Appelé à remplacer un blessé à la dernière minute, l’athlète de 6’2” ne court sur route que depuis trois ans, lui qui roulait auparavant en vélo de montagne.

+

CLASSEMENTS

Troisième étape (CLM)

1. Serghei Tvetcov (United) 23:50

2. Svein Tuft (Canada) à 15 secondes

3. Adam Roberge (Silber) à 16 secondes

Quatrième étape (78 km)

1. Griffin Easter (303) 1h33:15

2. Jonathan Brown (Hagens) même temps

3. Rui Oliveira (Hagens) à 6 secondes

Général

1. Serghei Tvetcov (United)  10 h 31 min 38 s

2. Adam Roberge (Silber)  à 20 secondes

3. Jack Burke (Jelly Belly)  à 22 secondes

Meilleur grimpeur : Benjamin Perry (Canada)

Meilleur sprinteur : Serghei Tvetcov (United)

Meilleur jeune : Adam Roberge (Silber)

+

ÉTAPE DU JOUR

Distance : 70 km (critérium)

Départ/arrivée : Québec

+

LA RUE DU JOUR : GRANDE ALLÉE

Le Tour de Beauce fait un détour par Québec. Où le passé se révèle d’une rue à l’autre. Découvrez l’histoire derrière une simple pancarte sur le parcours de l’étape du jour. (Source : Guide odonymique de la ville de Québec 1608-1988, 1989; Comité de toponymie de la Ville de Québec

Au XVIIe siècle, on appelle Grande Allée le long chemin qui, sur les hauteurs du plateau, mène de Québec au cap Rouge. Elle est d’ailleurs mentionnée dans le Journal des Jésuites de 1648 et de 1649. Au XVIIIe siècle, le nom ne désigne peu à peu que son parcours jusqu’à la hauteur de l’avenue des Érables, l’appellation chemin Saint-Louis étant utilisée pour son prolongement vers Sillery. À la fin du XIXe siècle, la Grande Allée devient le lieu de résidence de la haute bourgeoisie, ce qui lui vaut alors le surnom de «Champs-Élysées de Québec».