Le secondeur Jean-Gabriel Poulin, Olivier Turcotte, superviseur pour le football amateur chez les Alouettes, et le centre-arrière Étienne Moisan font le tour des écoles primaires avec leur programme Ultimate Football.

Sur les traces de Laurent Duvernay-Tardif [VIDÉO]

Quoi de mieux pour motiver des jeunes à vouloir jouer au football que de le faire au lendemain de la victoire au Super Bowl des Chiefs de Kansas City et du Québécois Laurent Duvernay-Tardif?

Pour une troisième année, l’organisation des Alouettes de Montréal parcourt les écoles primaires de la province dans le cadre du programme Ultimate Football.

«On apprend le jeu à la base. Il s’agit de lancer, courir et attraper [sans contact]. Le but, c’est de les faire bouger. Ça ressemble au ultimate frisbee, mais avec un ballon de football», explique Olivier Turcotte, superviseur pour le football amateur chez les Alouettes, et ancien quart-arrière du Rouge et Or de l’Université Laval.

Lundi, les élèves de l’école primaire Saint-Claude ont eu la chance d’apprendre les rudiments du football avec le centre-arrière Étienne Moisan et le secondeur Jean-Gabriel Poulin.

Les deux joueurs québécois peuvent dire merci à Laurent Duvernay-Tardif, dont la victoire au Super Bowl la veille a augmenté l’excitation chez les jeunes.

«C’est le fun d’avoir un ambassadeur comme Laurent qui peut montrer à des jeunes que c’est possible [conjuguer études et football]. En plus, il l’a fait dans la NFL, en faisant des études supérieures. La première chose que les jeunes nous ont parlé en arrivant, c’est le Super Bowl», raconte l’ancien du Rouge et Or, Étienne Moisan.

Moisan est aussi convaincu que le triomphe de Laurent Duvernay-Tardif va accroitre la popularité du football au Québec. 

«Les jeunes seront sûrement plus inspirés et donc plus motivés à s’inscrire au football et à se dire qu’un jour, ils souhaitent atteindre le Super Bowl.»

«Ça prouve qu’un Québécois peut étudier au Québec, jouer au football au Québec et aller gagner un Super Bowl. Ça permet aux jeunes de rêver et de se fixer un objectif», ajoute Jean-Gabriel Poulin.

La sécurité, une corde sensible

Bien que le but du programme des Alouettes soit d’enseigner le football sans contact physique, la problématique des blessures liées à ce sport est toujours d’actualité.

Malgré tout, les joueurs sont d’avis qu’il est possible d’enseigner les bienfaits du football sans pour autant nier le risque de blessures.

«Il y avait une crainte par le passé avec les commotions cérébrales. Pendant un moment les gens pensaient que ce sport n’était pas sécuritaire. C’est vrai qu’il y avait un problème à régler, mais je pense qu’il y a eu de gros efforts qui ont été faits pour le rendre plus sécuritaire, souligne Jean-Gabriel Poulin. Il y a tellement de belles choses, de belles valeurs qui peuvent être transmises grâce au football.»

Le programme Ultimate Football est offert dans le cadre d’activités parascolaires des écoles en collaboration avec Football Québec. 

Jusqu’au 15 avril, des joueurs des Alouettes visiteront des élèves de 5e et 6e année dans 80 écoles primaires à travers le Québec, rejoignant près de 8000 jeunes.

+

ANCIENS RIVAUX DANS LE MÊME BATEAU

À l’université, Étienne Moisan a croisé le fer à deux reprises à la Coupe Vanier avec son ami de jeunesse Jean-Gabriel Poulin, qui portait l’uniforme de l’Université Western. Depuis la mi-janvier, il a maintenant comme patron un autre ancien rival avec la nomination de Danny Maciocia en tant que directeur général des Alouettes.

Le centre-arrière se dit enthousiaste par l’arrivée de l’ancien entraineur des Carabins de l’Université de Montréal.

«Je suis content parce que Danny, c’est quelqu’un qui a fait beaucoup de bien au football amateur québécois. Il a fait ses classes et pour lui, de revenir [dans la ligue canadienne] comme directeur général des Alouettes, c’est la cerise sur le sundae», explique Moisan avec un grand un sourire.

Selon lui, le nouveau patron des Alouettes sera préoccupé par le fait d’amener davantage de joueurs du Québec au sein de la formation montréalaise.

Avec une fiche de 10 victoires et 8 défaites lors de la dernière saison, les joueurs des Alouettes sont confiants de faire encore mieux en 2020, surtout avec les récents changements à la direction.

«On a des bonnes bases, on a un coaching staff solide en place, une bonne direction et des bons propriétaires. C’est excitant surtout de revenir avec le même noyau de joueurs, explique Moisan. On avait tellement une belle chimie d’équipe, on a fait preuve de beaucoup de résilience, mais l’important, c’est le plaisir qu’on avait de jouer ensemble», ajoute-t-il pour expliquer les succès des Alouettes.

La saison 2020 des Alouettes prendra son envol le 12 juin contre les Stampeders de Calgary.