Lance Stroll, qui a eu la chance vendredi de rouler devant ses partisans pour la première fois, a complété 76 tours lors des deux premières séances d'essais libres du GP du Canada.

Stroll évite les pièges, Raikkonen domine

Le Canadien Lance Stroll a évité les pièges à ses débuts sur le circuit Gilles-Villeneuve et il s'est dit dans l'ensemble satisfait de sa journée de travail après avoir complété 76 tours au volant de sa Williams lors des deux premières séances d'essais libres du Grand Prix du Canada de Formule 1.
Stroll, qui roulait sur le circuit montréalais pour la première fois de sa carrière, a beau avoir concédé plus de deux secondes (2,305) au chrono de référence de la journée - celui de Kimi Raikkonen (Ferrari) -, il affichait un sourire de satisfaction devant les journalistes en fin d'après-midi.
«C'est une bonne journée pour tout le monde, pour les fans, pour moi, pour le Grand Prix. C'est très spécial de rouler ici», a reconnu d'emblée le pilote de 18 ans.
Et il a vite constaté que la réalité de la piste est quelque peu différente de l'expérience vécue sur la console. «Comme prévu, il y a des moments où on se retrouve proche des murs. C'est comme ça ici. En matinée, c'était très glissant pour tout le monde. On a d'ailleurs vu plusieurs sorties de piste. C'était beaucoup mieux en après-midi.
«Je savais avant même de venir ici que la dernière chicane n'est pas facile à négocier. C'est un virage difficile à voir pour tout le monde. Mais la piste est le fun à conduire. Comme l'adhérence sera meilleure demain, ce sera encore plus cool
Maintenant qu'il s'est familiarisé avec les rigueurs du tracé, le pilote de Mont-Tremblant envisage de pousser un peu plus ses limites, samedi. Il est d'ailleurs l'un des rares pilotes à ne pas avoir roulé avec les gommes ultra-tendres, qui se sont révélées plus performantes que les super-tendres et les tendres.
«Nous avons encore les ultra-tendres pour demain. Nous avons choisi de ne pas les mettre aujourd'hui. Ce sera une autre grosse étape pour les performances. Je devrais avoir une meilleure idée après FP3 [les essais libres de samedi matin]. Nous avons de petites choses à améliorer ce soir. C'est très possible d'avoir encore une meilleure voiture demain.»
Éloges de Wolff
C'est un secret de polichinelle : Stroll connaît un début de saison difficile. Il a été contraint à l'abandon lors de quatre des six courses auxquelles il a participé jusqu'ici cette saison. Son meilleur résultat demeure une 11e place au Grand Prix de Russie.
Le directeur de Mercedes, Toto Wolff, qui avait parlé de Stroll en termes très élogieux lors du Grand Prix du Canada en 2016, a réitéré ses propos vendredi matin. «Lance a gagné en F4 et en F3, à sa deuxième saison, donc il a fait ses classes», a expliqué l'homme de 45 ans. Sauf qu'il arrive dans la série reine au moment où la voiture est extrêmement difficile à conduire, surtout contre des vétérans.
«Lance a été malmené dans les médias, et je crois que ce n'est pas justifié», a poursuivi Wolff. «Il est intelligent, et il a déjà prouvé qu'il est rapide, alors je crois qu'il faut lui donner du temps, et revoir tout ça dans un an. Il doit s'adapter à un nouvel environnement, à de nouvelles pistes et de nouvelles voitures. Donnons-lui du temps.»
Peu importe le résultat qu'il inscrira dimanche, le premier pilote canadien en F1 depuis Jacques Villeneuve en 2006 compte savourer le moment. «C'est un rêve devenu réalité pour moi», a répété Stroll. «J'ai grandi ici, et je me souviens d'avoir assisté aux courses ici, dans les gradins, alors que j'avais cinq ou six ans seulement. D'en faire enfin partie, c'est très spécial.»
***
Des amateurs patients
Des milliers d'amateurs de course automobile ont dû s'armer de patience, vendredi matin, pour accéder au circuit Gilles-Villeneuve. En raison des récents événements sur la scène internationale, des mesures de sécurité accrues ont été mises en place et ont provoqué de longues files d'attente. La présence du Montréalais Lance Stroll au sein de l'écurie Williams suscite un nouveau regain d'intérêt pour la course montréalaise cette année et le promoteur de l'événement, François Dumontier, disait s'attendre plus tôt cette semaine à une hausse de 15 % de l'affluence par rapport à l'an dernier.  La Presse canadienne
***
Colis suspect détruit
Un colis suspect qui a été trouvé vendredi après-midi sur l'île Sainte-Hélène ne contenait aucun engin explosif, mais son apparence était des plus inquiétantes. L'agent Benoit Boisselle a indiqué qu'il s'agissait d'une boîte enveloppée dans du plastique dissimulée dans un buisson à proximité de la station de métro Jean-Drapeau et de la Biosphère. M. Boisselle a précisé que e sont des policiers qui effectuaient une patrouille à pied en marge du Grand Prix du Canada qui ont repéré le colis suspect. Le Groupe d'intervention tactique a immédiatement été appelé sur les lieux. Aux alentours de 16h, le colis a été détruit par un robot, puisque les policiers ne pouvaient déterminer ce qu'il contenait.  La Presse canadienne
***
Pas de frictions chez la Scuderia
En signant le meilleur temps de la première journée d'essais du GP du Canada, Kimi Raikkonen assure qu'il n'a pas voulu envoyer un message à Sebastain Vettel, son coéquipier chez Ferrari. Le Finlandais de 37 ans, qui avait obtenu le 27 mai sa première position de tête en 129 départs au GP de Monaco, avait finalement terminé deuxième, derrière Vettel. Pendant que le premier était tout sourire pour recevoir le trophée, le second affichait une mine déconfite. Y a-t-il des frictions au sein de la Scuderia depuis cet incident? «Non, il n'y a pas de friction», a assuré Raikkonen avec son sang-froid. C'est ça, la course automobile. Un pilote gagne et l'autre doit finir deuxième. [...] Les gens essaient de créer des polémiques, mais c'est une journée comme les autres. La routine du vendredi.»
Celui qu'on surnomme «Iceman» a été le seul à franchir la barre des 73 secondes (1:12,935), vendredi. Lewis Hamilton (Mercedes) a signé le deuxième temps, à 0,215 seconde, suivi de Sebastian Vettel, à 0,265. Le circuit Gilles-Villeneuve étant poussiéreux, de nombreux pilotes ont valsé pendant cette première journée d'essais. Vettel (Ferrari), Raikkonen, Valtteri Bottas (Mercedes), Romain Grosjean (Haas) et Stoffel Vandoorne (McLaren) ont figuré parmi les victimes, même si aucun dégât n'a été signalé.  La Presse canadienne