Steven Dubois a remporté deux médailles d'or samedi aux Championnats du monde des quatre continents de patinage de vitesse courte piste.

Steven Dubois réussit un doublé aux Championnats des quatre continents

MONTRÉAL — Deux médailles d’argent, c’est bien. Mais deux médailles d’or, c’est mieux. C’est ainsi que Steven Dubois a résumé sa performance samedi aux Championnats du monde des quatre continents de patinage de vitesse courte piste.

Dubois, de Lachenaie, a terminé deuxième sur 500 et 1500 m, chaque fois derrière le Sud-Coréen Hwang Dae Heon - le meneur au classement général à l’issue de la première journée de compétition à l’aréna Maurice-Richard. Même s’il semblait très ambitieux, l’athlète à la moustache extravagante était le premier surpris de ses résultats.

«Quand même, ç’aurait pu être mieux. Deux (médailles) d’or, ç’aurait été plus le ‘fun’. Mais je ne m’attendais pas vraiment à ça; j’avais comme objectif un top-3 dans chaque distance, a assuré Dubois. Deux médailles d’argent, je suis vraiment content.»

Ses coéquipières Alyson Charles et Courtney Sarault ont doublé la récolte canadienne en fin de journée, en s’adjugeant respectivement les médailles d’argent et de bronze sur 500 m. Elles ont concédé la victoire à la Sud-Coréenne Choi Min Jeong, qui a aussi triomphé sur 1500 m.

«Ç’aurait pu aller un peu mieux pour moi aujourd’hui, surtout au 1500 m - c’est ma spécialité -, mais je n’avais tout simplement pas de jambes, a expliqué Sarault, qui a fini cinquième sur la distance. Et j’ai commis quelques erreurs lors du 500 m.

«Mais j’aime bien cette compétition, car elle nous permet de travailler sur certaines choses et qu’elle nous prépare pour les deux prochaines étapes de la Coupe du monde en Allemagne et aux Pays-Bas. Je n’étais pas à 100 pour cent», a-t-elle ajouté.

Les autres patineurs canadiens en action samedi - Charles Hamelin, William Dandjinou et Camille De Serres-Rainville - n’ont pu grimper sur le podium.

Ces résultats en demi-teinte ne sont pas étonnants en soi, compte tenu du fait que les patineurs canadiens avaient déjà prévenu plus tôt cette semaine qu’ils ne seraient pas au sommet de leur art en raison de leur programme d’entraînement. Celui-ci est plutôt conçu pour maximiser leurs performances aux Championnats du monde de Séoul, à la mi-mars.

Dubois, qui connaît tout de même une très bonne saison jusqu’ici après avoir obtenu la médaille d’argent sur 1000 m sur la même patinoire en novembre à la Coupe du monde de Montréal, a d’ailleurs reconnu que la première journée avait été difficile.

«Les compétitions sont plus relaxes en Coupe du monde; il y a plus de temps entre les courses, a noté Dubois. Là, nous arrivons et c’est ‘rushé’. Il n’y a que 15 minutes entre chaque course, donc c’est difficile.»

Il s’est néanmoins dit très satisfait de sa réaction en finale du 500 m, alors qu’il a effectué un dépassement audacieux aux dépens de Kim Dagyeom dans le dernier virage pour obtenir la médaille d’argent.

«Je savais que la course se déroulerait très rapidement avec les deux Sud-Coréens, a-t-il expliqué. J’ai essayé de le (Kim) dépasser dès le premier demi-tour, mais il m’a bien bloqué. J’ai donc décidé de prendre mes distances, de reprendre de la vitesse et de le surprendre dans le dernier virage. Et ç’a fonctionné.»

Charles fait preuve de caractère

Du côté des dames, Charles a admis être particulièrement fière de la manière dont elle a rebondi lors du 500 m, après avoir connu une contre-performance sur 1500 m plus tôt en journée - elle a été éliminée dès la première vague.

«Le 1500 m ce matin ne s’est pas passé comme j’aurais voulu. J’ai commis beaucoup d’erreurs, qui m’ont coûté très cher. Mais c’était la première course, et je ressentais un petit stress, a reconnu Charles, qui a ainsi obtenu sa première médaille individuelle cette saison. J’ai été emportée par mes émotions, et ç’a été une déception.

«Puis, j’ai évacué tout ça et je suis revenue dans un bon esprit pour le 500 m. Ce n’est jamais facile d’y parvenir, surtout qu’on n’a pas beaucoup de temps entre les courses. Mais nous sommes habituées de rebondir après une déception», a confié la Montréalaise.

Pour sa part, De Serres-Rainville, qui disputait sa première compétition en près d’un an, a fini septième sur 1500 m. De plus, la Montréalaise âgée de 24 ans n’a pu franchir les demi-finales du 500 m.

Il s’agit de la première édition des Championnats des quatre continents, mais de la deuxième compétition de courte piste à être présentée à Montréal en deux mois, après une étape de la Coupe du monde de l’ISU plus tôt en novembre.

La compétition se poursuivra dimanche entre 14h et 18h, avec la présentation des épreuves masculines et féminines de 1000 m, de 3000 m et les relais. Danaé Blais, Claudia Gagnon, Cédrik Blais et Pascal Dion feront alors leur entrée en scène pour le Canada.