Hayden Petit s’est porté volontaire pour enfiler l’équipement de gardien de but de son équipe lors de la finale des séries atome C, en route vers la victoire!

Le triomphe de l’insouciance

CHRONIQUE / C’est la saison des championnats de hockey mineur un peu partout au Québec. Il y a de bien belles histoires là-dedans, même si elles ne feront pas nécessairement la manchette.

Hockey Québec se fait lapider une couple de fois par hiver – parfois à juste titre, certaines fois non –, mais rarement elle reçoit des félicitations pour permettre à nos jeunes de grandir et de vivre de belles émotions.

Permettez que je vous raconte le week-end de Kevin Petit et de son fils Hayden, qui est autiste. Kevin est originaire de Shawinigan, il est maintenant établi sur la rive sud de Montréal. Il fait comme des milliers de parents, il s’implique bénévolement comme entraîneur. En retour de son temps, ça lui permet de connecter avec son gars.

En fin de semaine, avec le Grizzly Nordique de Sainte-Julie, Hayden a gagné la finale des séries de sa ligue atome C. Il a fêté avec ses amis avec les grosses jambières, un plastron, une mitaine et un bloqueur, lui qui est pourtant un joueur d’avant depuis le début de son parcours dans le hockey mineur.

Le jeune Hayden Petit a fièrement immortalisé le précieux moment en compagnie de son père, Kevin.

Comment s’est-il retrouvé gardien? Personne d’autre dans l’équipe ne voulait aller dans le filet pour un match aussi important! L’équipe a disputé la saison sans gardien attitré. Tous les joueurs ont été initiés à tour de rôle en début de saison, incluant Hayden. Après les Fêtes, deux des joueurs ayant démontré de l’intérêt ont été utilisés à cette position à tour de rôle. Mais aucun des deux ne voulait le filet pour la finale! Comme quoi, même à un si jeune âge dans les petites catégories, la pression peut se faire sentir. Un appel a été fait dans le vestiaire pour trouver un remplaçant, sans succès.

C’est là que Hayden, avec l’insouciance de son bord, a foncé vers ce nouveau défi. Il s’est débattu avec chaque once d’énergie dans son corps, et il a guidé son équipe jusqu’à la grosse bannière. Pour lui, c’est une victoire comme une autre. Pour le papa, évidemment qu’elle est spéciale. Kevin a joué au hockey toute sa vie. Il a touché à du bon calibre. Pourtant, un match atome C vient de s’installer dans son palmarès de ses plus beaux souvenirs.

«Fallait voir les parents l’applaudir après chaque arrêt. Ses coéquipiers n’ont jamais arrêté de l’encourager. Il s’est donné corps et âme. Et nous avons gagné», témoignait le papa.

La semaine, Hayden fréquente une école spécialisée. Depuis quatre hivers par contre, lorsque la fin de semaine se pointe le museau, il rejoint tous les enfants de son âge pour partager sa passion du hockey. «Il a toujours été bien accueilli. Il y a une ligue spécialisée pas trop loin de la maison où il pourrait jouer, mais tant que ça va bien au hockey mineur, pourquoi changer? Il s’amuse beaucoup, ça lui fait du bien», raconte Kevin.

Paraît que la saison qui vient de se terminer a quand même été exceptionnelle à ce chapitre. Les gamins grandissent, ils voient de plus en plus les différences. Ça n’a pas éloigné Hayden du groupe, bien au contraire, au grand plaisir de ses parents. «C’est comme le petit frère de la gang. Les autres l’encouragent tout le temps. Parfois, on prépare des jeux un peu plus poussés, Hayden ne comprend pas. C’est tellement beau de voir ses coéquipiers le placer sur la glace, et lui expliquer dans leurs mots ce qu’il doit faire. J’en ai parlé aux parents, à quel point le comportement exemplaire de leurs enfants est bénéfique pour Hayden.»

C’est sans contredit riche pour Hayden. C’est tout aussi formateur pour ses coéquipiers. Après tout, il vient de leur servir une belle petite leçon de résilience ce week-end en s’installant entre les poteaux et en remuant ciel et terre pour aider son équipe à gagner. Dans cinq, dix, quinze ans, tous ceux qui étaient dans cet aréna pourront encore témoigner de ce championnat atome C!