Avant de s'incliner en double avec sa coéquipière Eugenie Bouchard, Sloane Stephens avait décroché son billet pour la demi-finale en simple grâce à un gain facile sur la Lettone Anastija Sevastova.

Stephens gagne en simple, mais perd en double

MONTRÉAL — Journée en deux temps pour Sloane Stephens à la Coupe Rogers, vendredi.

Tout d’abord, en simple, l’Américaine a pulvérisé la Lettone Anastija Sevastova en deux sets de 6-2, dans un duel qui n’a duré que 70 minutes. 

Stephens, troisième joueuse mondiale, a pris le contrôle du match en gagnant les cinq premiers jeux de l’affrontement grâce à trois bris. Elle a amorcé le deuxième set avec un autre bris, qu’elle a jalousement protégé jusqu’à ce qu’elle en réalise un autre, au septième jeu.

Lors de ses trois matchs en simple cette semaine, Stephens n’a perdu que quatre jeux au premier set.

«Ce n’est pas quelque chose à quoi je pense. Ce n’est pas ce que j’ai essayé de faire, mais c’est ce qui est arrivé. Je tâche seulement de jouer avec beaucoup d’énergie dès le départ.»

En demi-finale, samedi, Stephens se mesurera l’Ukrainienne Elina Svitolina, 5e tête de série, qui a vaincu la Belge Elise Mertens en deux manches de 7-5 et 6-3.

Du plaisir dans la défaite

Plus tard dans la journée, Stephens et la Montréalaise Eugenie Bouchard ont vu leur parcours prendre fin en quarts de finale du double féminin, lorsque Latisha Chan et Ekaterina Makarova les ont vaincues en deux manches de 6-4, 6-2.

Inscrites en double en vertu d’un laissez-passer des organisateurs, Bouchard et Stephens avaient causé une surprise à leur premier match en défaisant les cinquièmes têtes de série, la Canadienne Gabriela Dabrowski et la Chinoise Yifan Xu, en trois manches. Elles ont obtenu leurs billets pour les quarts de finale grâce à une victoire de 6-0, 6-4, jeudi, face à Kirsten Flipkens et Daria Gavrilova.

Surtout, Bouchard et Stephens, de bonnes amies depuis la jeune adolescence, ont donné l’impression d’avoir beaucoup de plaisir à jouer ensemble. Encore vendredi, on les a vues s’échanger plusieurs sourires lors de leurs caucus entre les points, même lorsque les choses n’allaient pas comme elles l’espéraient.

On l’a notamment constaté lors du troisième jeu du deuxième set, lorsqu’une balle tombée près de la ligne de fond entre Bouchard et Stephens a mené à de la confusion. Sur la séquence, Bouchard a d’abord songé à frapper la balle du revers avant de retirer sa raquette, ce qui a déstabilisé Stephens, qui a laissé passer la balle, et donné le point à leurs rivales. Bouchard a réagi en plaçant sa main sur sa bouche pendant que Stephens n’a pu s’empêcher de ricaner.

Toutefois, si elle a semblé s’amuser sur le court avec Stephens, elle a donné l’impression de se présenter à contrecœur à sa conférence de presse après le match. Sa rencontre avec les médias a duré moins de quatre minutes, incluant les versions francophone et anglophone.

«C’est bien d’avoir gagné des matchs et d’avoir atteint les quarts de finale en double, parce que c’est un tournoi important, et de demeurer dans le tournoi jusqu’à vendredi.»

Victoire expéditive

Avant la victoire de Stephens, l’Australienne Ashleigh Barty avait elle aussi été expéditive, n’ayant eu besoin que de 55 minutes pour éliminer la Néerlandaise Kiki Bertens, 6-3,6-1

Barty, qui a ensuite remporté son match de quarts de finale en double, affrontera la Roumaine Simona Halep, numéro un mondiale, qui a vaincu la Française Caroline Garcia 7-5, 6-1 en début de soirée.