Le terrain de baseball du parc Henri-Casault, dans Charlesbourg, est dans un piteux état.
Le terrain de baseball du parc Henri-Casault, dans Charlesbourg, est dans un piteux état.

Stade Henri-Casault: la patience des Alouettes bientôt récompensée

Même si le terrain de baseball du parc Henri-Casault est dans un piteux état, les Alouettes (junior) et les Canonniers de Charlesbourg y disputeront malgré tout leur saison 2020 écourtée en rêvant à l’an prochain, où une surface synthétique y sera installée pour la saison 2021.

De passage au Stade Henri-Casault par hasard, en début de semaine, Le Soleil a constaté la piètre qualité du losange et du champ extérieur, et ce, à quelques jours de l’ouverture des saisons de la Ligue de baseball junior élite du Québec et de la Ligue de baseball midget AAA du Québec.

En fait, la surface de jeu est en fin de vie depuis déjà quelques saisons. Chaque année, on repousse la limite de l’avant-champ encore un plus vers le champ extérieur. Mais le projet d’en de le transformer en terrain synthétique comme au Stade Canac est sur le point d’aboutir.

«Les plans et devis sont faits, les travaux commenceront à l’automne et dès la saison prochaine, les Alouettes et les Canonniers joueront sur un nouveau terrain synthétique qui servira la cause du baseball élite et celle du baseball mineur à Charlesbourg», indique Vincent Dufresne, président du conseil d’arrondissement de Charlesbourg et conseiller municipal du quartier Saint-Rodrigue.

Le parc Henri-Casault est beaucoup plus qu’un équipement sportif. On y trouve aussi un jardin communautaire, des jeux d’eau, un module de jeux pour enfant, des exerciseurs, des terrains de basketball et volleyball, une patinoire de dekhockey, un «skate park», etc., mais les Alouettes y sont ses plus vieux locataires. Et ils sont prêts à patienter encore un peu avant de profiter des nouvelles installations.

«Ce n’est pas l’idéal de jouer sur ce terrain, présentement, mais on se console en se disant que c’est la dernière année qu’on le fait. Il nous reste 11 matchs de saison régulière à y jouer, ce n’est pas un immense sacrifice en sachant ce qui s’en vient. On sait tous que le terrain actuel tire à sa fin, on est compréhensif puisque l’échéancier approche», note le président du conseil d’administration des Alouettes, Pier-Alexandre Bernier.


« Les plans et devis sont faits, les travaux commenceront à l’automne et dès la saison prochaine, les Alouettes et les Canonniers joueront sur un nouveau terrain synthétique qui servira la cause du baseball élite et celle du baseball mineur à Charlesbourg »
Vincent Dufresne, président du conseil d’arrondissement de Charlesbourg

Le club et la ville marchent main dans la main dans ce dossier, tant au niveau de la communication que de la collaboration.

«La ville nous consulte à toutes les étapes, on peut lui faire part de nos besoins futurs, etc. Les joueurs comprennent la situation. Depuis le début du camp d’entraînement, les gars donnent un coup de pouce au préposé du terrain. On a refait le monticule, on a travaillé pour solidifier les boîtes de frappeurs, on passe le râteau et on arrose l’avant-champ. Avec la température qu’il fait, on le sait que le terrain est sec, ce n’est pas la faute de personne», ajoutait Bernier.

Le conseiller Dufresne est originaire du quartier Saint-Rodrigue, il y a joué au baseball mineur, à l’époque. «J’ai même passé proche de jouer dans l’élite», dit-il en riant.

Voilà déjà quelques années que ce dossier municipal chemine. Des travaux de mise aux normes ont nécessité quelques investissements supplémentaires, depuis. Le parc Réal Cloutier, à Saint-Émile, dans l’arrondissement de La Haute-Saint-Charles, aura aussi son terrain synthétique dans un avenir rapproché, celui-ci étant prévu pour l’été 2022. En bout de ligne, le coût total des deux équipements avoisinera les 5 millions $.

Les Alouettes de Charlesbourg disputeront leur premier match de la saison 2020 de la LBJEQ le mardi 21 juillet contre les Diamants de Québec. Pour ce qui est des Canonniers, leur ouverture locale est prévue ce samedi (11 juillet), à 10h, dans le cadre d’un programme de trois matchs impliquant aussi les équipes de Saguenay et Rivière-du-Loup.