Martin St-Louis a essuyé quelques larmes quand il a rendu hommage à sa mère, décédée d'une crise cardiaque en 2014.

St-Louis: le coeur et l'âme du Lightning

Le Lightning de Tampa Bay a retiré vendredi le numéro 26 de Martin St-Louis, faisant du Lavallois le premier joueur de cette équipe à recevoir un tel honneur.
«Wow! Quelle soirée», s'est exclamé le petit attaquant, qui est devenu particulièrement émotif au moment où il a voulu rendre hommage à sa mère, décédée en 2014. «Quand j'étais jeune, elle me disait toujours : "Montre-leur, Marty, montre-leur." Hé bien maman, je crois que je l'ai fait.»
L'hommage à l'ancien attaquant a eu lieu avant la défaite de 3-1 contre les Blue Jackets. Son ancien entraîneur-chef John Tortorella, maintenant à la tête de Columbus, a été élogieux envers St-Louis.
«Tous les jours, il voulait devenir meilleur et rendre ses coéquipiers meilleurs. C'est une grande inspiration pour moi que d'avoir pu faire partie de son aventure», a déclaré Tortorella, qui était à la barre du Lightning lors de la conquête de la Coupe Stanley. «J'ai tellement de respect pour la façon dont il y est arrivé. C'est tout simplement incroyable.»
St-Louis a amorcé sa carrière dans la LNH avec les Flames de Calgary, où il a joué de 1998 à 2000. Il s'est joint au Lightning à titre de joueur autonome en 2000 et est demeuré avec Tampa Bay jusqu'en 2014, lorsqu'il a été échangé aux Rangers de New York. Il a pris sa retraite en juillet 2015.
Important membre de l'édition qui a procuré au Lightning sa seule Coupe Stanley, en 2004, il est le meneur dans l'histoire de l'équipe au chapitre des points (953) et des mentions d'aide (588). Il mène également pour les points en avantage numérique (300), les buts en désavantage numérique (28), les points en désavantage numérique (44), les buts vainqueurs (64) et les buts en prolongation (10). Ses 365 buts en 972 matchs lui donnent le deuxième rang derrière Vincent Lecavalier (383 buts en 1037 rencontres). Il est aussi le premier chez le Lightning pour les buts en séries (33), ainsi que les aides (35) et les points (68). 
L'exemple ultime
«Il a été, il demeure, et sera toujours le coeur et l'âme de cette organisation», a signalé Steven Stamkos, qui se remet d'une opération au genou subie en novembre. Avant le match, il avait expliqué que St-Louis était l'exemple ultime à suivre lorsqu'il est arrivé dans la LNH, à l'âge de 18 ans.
«Il s'agissait d'une situation parfaite pour moi, de pouvoir observer son éthique de travail, son dévouement, son désir, sa mentalité chaque fois qu'il sautait sur la glace pendant un match», a raconté Stamkos, qui a hérité du titre de capitaine après le départ du petit attaquant pour New York. «Il y avait bien sûr des moments plus détendus entre les matchs, mais il savait quand c'était l'heure de travailler.»
Le défenseur Victor Hedman a aussi louangé la nature compétitive de St-Louis. «Personne ne se démenait autant que Marty. Il travaillait tellement fort, car il voulait absolument gagner. Il vous rendait meilleur et vous poussait à travailler plus fort afin de jouer au même niveau que lui.» Avec LNH.com