Le club de soccer féminin du Rouge et Or a pris la direction d’Ottawa, mercredi, pour participer au Championnat canadien. Roxanne Dionne et Joëlle Gosselin entourent l’entraîneur-chef Helder Duarte juste avant l’embarquement.

Soccer Rouge et Or: la mission moins la pression

Pour la première fois en cinq ans, l’équipe féminine du Rouge et Or ne se présente pas au Championnat canadien de soccer universitaire coiffée de l’auréole de favorite. Mais ça n’empêche pas les représentantes de l’Université Laval de vouloir répéter leurs exploits de 2014 et 2016.

«Dans un Championnat canadien, tout peut arriver. On y va avec l’idée que l’on peut et que l’on veut gagner», soulignait l’entraîneur-chef Helder Duarte avant de grimper à bord de l’autocar menant à Ottawa, hôte du tournoi national à compter de jeudi.

Pour ce faire, le Rouge et Or devra renverser la meilleure équipe au Canada dès le premier tour, jeudi à 12h30 : les Spartans de Trinity Western. Troisième en 2017, le Rouge et Or est classé au sixième rang pour ce Championnat canadien.

«On joue contre la meilleure équipe au pays, et pour une fois, la pression n’est pas sur nous. Habituellement, c’est toujours nous qui arrivons là-bas comme favoris. Il s’agit d’une grosse commande, mais je préfère les affronter au début qu’à la fin parce qu’on a quelques filles amochées et qu’on aura eu quelques jours de repos depuis la finale contre les Carabins», précisait celui qui participe à ce rendez-vous pour la cinquième année de suite.

Le Rouge et Or revendique des titres nationaux en 2014 et 2016 et a remporté le bronze en 2015. Il a été éliminé en première ronde, l’an passé, à la suite d’un revers malgré son rôle de première tête de série.

Approche prudente

Les filles du R et O se présentent à Ottawa sans trop connaître l’adversaire de jeudi. En fait, Duarte n’avait pas encore pu voir Trinity Western en action avant le départ, parce que les équipes de l’ouest ont pactisé entre elles pour retirer toutes les images sur le web.

«On va être prudent dans les 15 premières minutes, pour analyser leurs forces et leurs faiblesses qui vont dicter notre façon de jouer par la suite. J’essaie de trouver des images avec mes contacts, je pense que ça va bien aller, mais ça va me prendre une bonne nuit de sommeil.»

Le Rouge et Or aligne trois joueuses dont la carrière universitaire prendra fin en fin de semaine : Joëlle Gosselin, Roxanne Dion et Marie-Joëlle Vandal. Blessée, cette dernière ne jouera toutefois pas.

«Je veux agir comme mentor, je vais aider les filles à ne pas être trop stressées, [leur dire] que ce n’est qu’un match de soccer. Je vais essayer d’en profiter au maximum. Hier [mardi], c’était ma dernière pratique. En 2014, j’avais commencé de la bonne manière en gagnant, je vais essayer de finir de la même façon», disait Gosselin.

Le Rouge et Or est plus reposé qu’en finale du RSEQ, dimanche dernier, où cinq régulières manquaient à l’appel. Deux jours plus tard, l’UL avait battu l’UQTR grâce à deux buts en fin de match. Les quelques jours de repos, cette semaine, ont été utiles.

«Dimanche, contre Montréal, on revenait d’un gros high d’émotion, était un peu fatigué. Je pense qu’on est prête, on a vraiment hâte de causer la surprise», ajoutait Gosselin.