Malgré leur nette domination, Dominique Fortin et ses coéquipières du Rouge et Or ont subi une défaite crève-cœur de 1-0 contre les Mustangs de l’Université Western Ontario, jeudi, au Championnat canadien.

Soccer: petites secondes fatales pour l'UL

Les joueuses du Rouge et Or soccer ont perdu le contrôle du match pendant quelques petites secondes, jeudi, à Winnipeg. Juste assez pour voir les Mustangs de Western Ontario inscrire le seul filet de la rencontre. Juste assez pour voir leur rêve d’un deuxième championnat canadien consécutif s’évaporer dès les quarts de finale.

Les filles «sont vraiment atterrées. Elles sont sous le choc», a dit l’entraîneur-chef Helder Duarte, un peu plus d’une heure après la fin de la rencontre.

Tout au long de l’affrontement, son équipe a démontré pourquoi elle était classée première au pays. Elle a contrôlé le jeu, comme à son habitude. Laval a dirigé 14 tirs vers le but contre seulement trois pour ses rivales. Sans toutefois parvenir à percer la muraille défensive des Ontariennes.

Et ce qui devait arriver arriva. À la 85e minute, Kendra Marlatt a profité d’une rare errance des Québécoises pour s’échapper vers Marie-Joëlle Vandal. Alors que le jeu semblait en voie d’avorter, Marlatt a lobé le ballon tout juste au-dessus des doigts de la grande gardienne de l’Université Laval. La seule véritable occasion de marquer du match pour Western.

«De perdre comme ça, c’est frustrant», a indiqué Duarte. «Elles viennent une fois dans notre zone et elles marquent! C’est toujours la pire affaire. Parce que tu te dis : crime, si on avait marqué en première demie, ça les aurait forcées à ouvrir le jeu. Mais plus un match comme ça avance, plus ça devient égal.»

Dans les dernières secondes, alors que le Rouge et Or évoluait à 10 contre 11, Joëlle Mercier a eu une chance en or, se retrouvant seule devant Megan Girardi. Mais la gardienne a rapidement fermé tous les angles.

Pas question de baisser les bras

L’Université Laval évoluait à court d’une joueuse en raison de l’expulsion sur carton rouge de la défenseure Mélissa Roy, à la 88e minute. L’étoile canadienne a frappé Girardi au visage avec son genou en tentant de récupérer le ballon sur un jeu au sol. Duarte devra donc se passer de sa capitaine pour le premier match consolation de l’équipe, vendredi, contre les Vikes de l’Université de Victoria.

Mais pas question de baisser les bras, souligne Duarte. «Il faut continuer. On va en faire le plus qu’on peut pour aller le plus loin possible. On représente l’Université Laval, on représente notre conférence. On fait du sport en sachant qu’une défaite comme celle-là peut arriver. Si on perd vendredi, la fin de semaine va être longue.»

Si le Rouge et Or l’emporte, il disputera dimanche le match pour la cinquième place et pourrait malgré tout terminer sa saison sur une note gagnante. Il tentait de remporter un troisième titre national en quatre ans, après ses triomphes de 2014 et de 2016, et une quatrième médaille consécutive avec le bronze de 2015.

Cette année-là, il avait d’ailleurs perdu en tirs de barrage un match fort similaire à celui de jeudi, au cours d’une demi-finale nettement à son avantage. Duarte et ses joueuses n’avaient pas perdu depuis...