Jasey-Jay Anderson

Slovénie: les Québécois à l’écart des finales en surf des neiges

ROGLA, Slovénie — Les Québécois Sébastien Beaulieu, Jasey-Jay Anderson et Arnaud Gaudet ont tous été exclus des finales du slalom géant en parallèle à la Coupe du monde de surf des neiges, dimanche.

Beaulieu a obtenu le meilleur résultat du pays avec une 31e place et un temps de 1:07,74. Il a d’abord fini 16e du parcours rouge en 33,57 à sa première course. Il a donc fait partie du groupe de 32 planchistes qui ont pris part à la deuxième descente, mais seuls les 16 premiers se qualifiaient pour la ronde finale.

«Je déteste la piste de Rogla. C’est très plat, donc comme je suis le plus petit sur le circuit, ça me désavantage beaucoup, a dit Beaulieu, de Sherbrooke. C’est la première fois que je réussis à effectuer une deuxième descente ici, alors je suis plutôt satisfait. Par contre, j’ai commis une grosse erreur dans la seconde descente, ce qui m’a fait perdre du temps précieux. En général, c’était vraiment solide et assurément un pas en avant.»

Anderson a fini 20e sur le parcours rouge à la première course, insuffisant pour prendre part à la seconde descente. Selon lui, une erreur tactique est en partie ce qui explique son résultat en dessous des attentes. Il a opté pour une approche avec une ligne ronde et puissante dans ses virages, ce qui lui aurait permis d’être plus rapide.

«Le lissage de la piste était seulement fait pour une ligne directe, donc j’ai été sur la neige molle dans un virage clé sur le plat et la course s’est éteinte. Ça ne prend pas grand-chose à Rogla. Avec du recul, j’aurais pris une ligne légèrement plus directe», a commenté le vétéran de Mont-Tremblant, 37e. Gaudet, de Montcalm, a pris le 53e rang.

Si la place d’Anderson sur l’équipe canadienne pour les Jeux olympiques de Pyeongchang est presque confirmée, les chances de Beaulieu sont plutôt minces. «En ce moment, je suis 40e au classement général et le 37e a une place aux Jeux. Comme c’est au maximum quatre hommes par pays, il faudrait que trois pays déclinent une de leurs places. Malheureusement, j’ai dû compétitionner avec une fracture de l’humérus et une dislocation de l’épaule pour plus de la moitié du processus de qualification avant de subir mon opération à l’été dernier. L’autre option, c’est que la place d’un de mes coéquipiers me soit offerte, a affirmé Beaulieu.

«J’ai réussi quatre top 32 lors des cinq dernières Coupes du monde. Je sais que j’ai ma place, mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. J’étais 27e au classement avant ma blessure, donc en bonne position pour aller aux Jeux. C’est très dommage, mais je me suis battu et je peux être fier, peu importe la conclusion.»