Dominik Paris, le vainqueur du super-G masculin aux Championnats du monde de ski alpin, avait auparavant signé six podiums en Coupe du monde cette saison.

Ski alpin: Paris couronné au super-G

ARE, Suède — Dominik Paris a couronné une saison déjà remarquable en s’adjugeant le titre du super-G masculin aux Championnats du monde de ski alpin, mercredi.

L’Italien, qui a connu quelques ennuis dans la dernière portion du parcours très technique, a néanmoins devancé le Français Johan Clarey et l’Autrichien Vincent Kriechmayr, ex aequo en deuxième place, par neuf centièmes de seconde.

Paris a aussi remporté les descentes à la Coupe du monde de Bormio, en Italie, et à celle de Kitzbühel, en Autriche — des épreuves qui sont considérées comme étant les plus difficiles de la saison — lors des deux derniers mois. Il a signé six podiums jusqu’ici cette saison sur le circuit de la Coupe du monde.

«C’est une année vraiment spéciale», a lancé Paris.

Benjamin Thomsen, d’Invermere, en C.-B., Brodie Seger, de North Vancouver, et James Crawford, de Toronto, ont respectivement terminé 17e, 27e et 36e, tandis que Dustin Cook, de Lac-Sainte-Marie, n’a pu terminer la compétition.

«Je visais le top-15, mais encore une fois, je suis juste derrière, a déclaré Thomsen, qui avait aussi terminé 17e en descente aux Mondiaux de 2013. C’est bon d’être sur cette piste; la neige est très différente de ce que nous avons vu au cours de la saison. C’est de la neige dure, il fait vraiment très froid et sec, et ce sont des conditions qui ne sont pas évidentes. J’avais de la vitesse dans certaines sections aujourd’hui, mais je vais devoir m’ajuster à certains niveaux pour la descente.»

«Je suis un peu déçu de ma performance, parce que j’avais l’impression de retenir (la vitesse). Lorsqu’on se bat contre les skieurs les plus rapides du monde, on ne peut pas se permettre d’avoir de la retenue», a évoqué Seger.

Le Norvégien Aksel Lund Svindal, qui accrochera ses skis après les Mondiaux, s’est dit déçu d’avoir pris le 16e rang. Les attentes étaient très élevées pour l’équipe norvégienne de ski alpin, surtout que la piste avait été conçue par l’un de ses entraîneurs, mais Kjetil Jansrud, qui récupère toujours d’une fracture à une main, a dû se contenter du 22e échelon.

«C’était beaucoup plus difficile que ce que j’anticipais, a admis Svindal. Je me sentais pourtant bien. Je suis prêt pour une autre semaine d’activités, et pour la descente.»

Paris avait auparavant décroché la médaille d’argent en descente aux Mondiaux de Schladming, en Autriche, en 2013.

Valérie Grenier blessée Chez les dames, l’hécatombe s’est poursuivie lors de la descente d’entraînement mercredi.

Après avoir chuté pendant le super-G la veille, l’Américaine Lindsey Vonn a choisi de prendre une journée de congé pour récupérer. Vonn prendra sa retraite après la descente prévue dimanche.

Pour sa part, la Canadienne Valérie Grenier a subi une blessure à la jambe droite et a été transportée à l’hôpital pour une évaluation complète. L’organisation Canada Alpin a annoncé qu’elle fournira plus de détails sur Grenier, qui est originaire de Saint-Isidore, en Ontario, dès que possible.

La Suissesse Lara Gut-Behrami a dominé la descente d’entraînement, qui a été écourtée en raison du super-G masculin.

Sa coéquipière Joana Haehlen a suivi en deuxième place, devant l’Italienne Sofia Goggia, médaillée d’argent en super-G.

Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, a signé le 21e temps, à 1,70 seconde de Gut-Behrami, tandis que Roni Remme, de Collingwood, en Ontario, a fini 38e.

Les Championnats du monde se poursuivront vendredi, avec la présentation du combiné alpin chez les dames. Avec La Presse canadienne